in

L’écolier algérien, Mohamed Farah Djeloud, consacré Champion 2016 du concours de haut vol “Arab reading challenge”

Haut comme trois pommes mais impressionnant de talent, le petit écolier algérien Mohamed Farah Djeloud a surclassé, à tout juste six ans, ses deux jeunes concurrentes plus âgées que lui  – Rouaa Hamoud de Jordanie et Oulaa El Bakali de Bahreïn – lors de la finale de la deuxième édition du Concours international de lecture « Arab reading Challenge », à Dubaï.

Le grand « Champion de la lecture arabe », dont chacun s’accorde à louer les extraordinaires capacités, n’est autre que le plus jeune finaliste de cette compétition très sélective, placée sous le haut patronage du gouverneur de Dubaï et du vice-président des Emirat Arabes Unis. Une compétition créée en 2015, dont la vocation première est d’encourager la lecture dans les écoles et les universités des pays arabes.

Abonné aux bonnes notes dans son école primaire de Constantine, le petit Mohamed Farah Djeloud, qui s’était déjà surpassé dans les phases préliminaires de sélection en Algérie, a atteint cette fois-ci l’excellence dans l’émirat phare du golfe Persique. Il a en effet forcé l’admiration de tous pour être parvenu à lire avec aisance, et à voix haute et intelligible, une cinquantaine d'ouvrages de littérature arabe, d'histoire, ou encore de biographies.

C’est sous une pluie d’éloges et de confettis que le jeune lauréat aux anges s’est vu décerner lundi, sur la scène de l’Opéra de Dubaï, la plus gratifiante des palmes, dotée de surcroît de 150 000 dollars, au cours d’une cérémonie de clôture à laquelle assistaient le Premier ministre émirati, la ministre algérienne de l’éducation, Nouria Benghabrit, et des personnalités arabes éminentes de la sphère culturelle.

Le talent n’attend pas le nombre des années, surtout quand il a le visage de l’enfance et la fraîcheur de Mohamed Farah Djeloud, ce très jeune champion qui a non seulement placé haut la barre du défi à relever, mais a aussi porté haut les couleurs de son pays, l’Algérie, face aux 17 autres candidats en lice représentant notamment l’Arabie saoudite, Bahreïn, la Tunisie, l’Egypte, le Maroc, la Jordanie et le Liban.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelles solutions pour la Syrie?

La mosquée de Bayonne taguée pour la seconde fois: “assassins et sales arabes”