in

Le shérif de Dallas dans la tourmente après avoir accordé des repas « Spécial Ramadan » aux détenus musulmans

Le Ramadan a beau être passé, la controverse attisée par les repas spéciaux octroyés aux prisonniers musulmans pendant cette période sacrée ne faiblit pas pour autant à Dallas, et continue même d’enfler alors que la femme shérif Lupe Valdez, à l’origine de cette dérogation exceptionnelle, est louée pour son courage et sa compréhension par un site d’information islamique local.

Remerciée pour ses efforts en faveur de relations apaisées et d’une plus grande proximité avec la communauté musulmane, dont ce qui a constitué le récent point d’orgue, aux yeux des musulmans, a été le point noir rédhibitoire pour nombre de citoyens et parlementaires outrés de la cité emblématique du Texas, Lupe Valdez subit aujourd’hui un feu nourri de critiques acerbes, accusée d’avoir consenti à concocter des repas "Spécial Ramadan" à un coût prohibitif et aux frais des contribuables.

Loin de vaciller sous cette volée de bois vert, le département du Shérif, droit dans ses bottes, a opposé un démenti ferme à toutes les allégations mensongères proférées en grande partie par le clan conservateur du cru, répliquant par un communiqué officiel : "C'est la mission du département du shérif du comté de Dallas de servir tous ses administrés sans aucune exclusive et sans aucun préjugé, ni discrimination. De même que nous offrons des services religieux en anglais et en espagnol, en chinois et en langue des signes, nous avons considéré que le Ramadan est un moment d'intense purification spirituelle qui passe par le jeûne, le recueillement et les prières, et qu’il était légitime d’adapter les repas des détenus en conséquence."

Si cet argument risque fort d’être inaudible dans le vacarme politicien ambiant, les dirigeants musulmans, au premier rang desquels figure Bilal Khaleeg, imam de la mosquée Masjid de Richardson, se réjouissent de la décision inédite du shérif, récusant la qualification péjorative de « traitement spécial » pour faire valoir que des repas casher sont prévus au menu des prisonniers depuis longtemps, sans que cela n’ait jamais offusqué les bien-pensants de Dallas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chine : les musulmans trompés par de la fausse viande de bœuf halal

Rejetée d’un salon de coiffure à cause de son voile, une Marseillaise raconte son humiliation