in

Le sénateur Pozzo di Borgo s’alarme de la “stigmatisation anti-musulmans” en France que pourrait attiser le dernier film d’Eastwood

Yves Pozzo di Borgo est un sénateur centriste de Paris inquiet, à la perspective d’un débarquement américain dans nos salles obscures qui s’annonce des plus explosifs : « American Sniper », le dernier long métrage de Clint Eastwood, qui présente la particularité de faire un double carton, à la fois sur des Irakiens dépeints sous les traits patibulaires des méchants à abattre, et au box-office US, où il est indétrônable, ramassant des millions de dollars à la pelle…

Seule ombre au tableau de ce succès hollywoodien parfaitement calibré, qui a réactivé un patriotisme si cher aux Américains, à travers son héros érigé en mythe, le défunt Chris Kyle, ce tireur d’élite des Navy Seals qui traitait les musulmans de « sauvages » dans ses mémoires et confiait « avoir vécu les meilleurs moments de sa vie en Irak », là où il a abattu comme des mouches 160 cibles musulmanes, c’est qu’il a aussi et surtout soufflé sur les braises de la haine sur le sol de la bannière étoilée.

Montant en flèche, à mesure que le public se précipite pour s’enflammer au rythme des tirs ciblés du sniper Chris, l’islamophobie se déchaîne et se propage comme une traînée de poudre, notamment sur les réseaux sociaux et contre des organisations islamiques influentes et très respectables qui ont alerté la Warner Bros, Clint Eastwood, ainsi que l’acteur principal, Bradley Cooper.   

Comme chacun sait, la détestation de l’islam et la diabolisation des musulmans sont les sentiments les mieux partagés et les plus facilement exportables d’une rive à l’autre de l’Atlantique, ce qui n’est pas de nature à apaiser les craintes du parlementaire Yves Pozzo di Borgo, à l’approche de l’arrivée que l'on imagine fracassante du film en France. Celui-ci s’est fendu d’une récente missive auprès de François Hollande pour le sensibiliser aux risques de "stigmatisation" de la communauté musulmane qui pourraient en résulter, un mois après les attentats commis au cœur de Paris.

"Compte tenu des événements survenus au mois de janvier, il me semble que ce film pourrait être un élément qui contribue à la stigmatisation de la communauté musulmane en France", a-t-il écrit en substance, comme l’a rapporté le JDD, Yves Pozzo di Borgo émettant le souhait que le ministère de la Culture et le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), "repoussent la diffusion de American Sniper" ou bien "qu'ils l'interdisent aux moins de 16 ans". Reste à savoir si le sens de la responsabilité l’emportera sur la liberté créative d’embraser les esprits, surtout contre les éternels boucs émissaires de la République, qui est tout entière acquise à « Charlie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand Gad Elmaleh niait avoir un compte en Suisse (vidéo)

Aïcha Msakni montre la chambre de ses enfants qui ont été enlevés par les services sociaux (vidéo)