in

Le procès d’Ahed Tamimi reporté, une fois encore, par le tribunal militaire israélien

Telle la détention administrative infligée aux Palestiniens, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes, indéfiniment et arbitrairement pour mieux briser leur capacité de résilience, le simulacre de procès d’Ahed Tamimi et de sa mère Nariman n’en finit pas d’être reporté, semaine après semaine, pour mieux émousser la mobilisation internationale que leur incarcération a suscitée et les faire tomber dans l’oubli.

A défaut de pouvoir remettre leur audience aux calendes grecques, en les laissant croupir dans des geôles infâmes, le tribunal militaire israélien d’Ofer, aux ordres du pouvoir ultra-sioniste, vient de la repousser au 21 mars prochain. Un huis clos qui ne laisse rien augurer de bon, mais en dit long sur la manière de rendre la justice dans la « seule démocratie du Proche-Orient », derrière des portes closes et loin des objectifs des caméras, a été exigé.

Exit, donc, la nuée de journalistes qui se pressaient jusqu’à présent dans le prétoire, et plus cruel encore, tous les membres de la famille de la jeune icône de la résistance palestinienne !

Publicité
Publicité
Publicité

Comme le soulignait avec inquiétude Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité, dans l’entretien qu’il a récemment accordé à Oumma : «  Le tribunal militaire d’occupation n’a cessé de retarder leur procès et a récemment procédé à des arrestations massives et arbitraires dans leur famille, et parmi les autres habitants du village de Nabi Saleh. On ne peut rien attendre de positif de la part de la justice militaire israélienne. Seule la mobilisation en leur faveur, qui est forte et mondiale (la pétition pour la libération de Ahed Tamimi a dépassé 1,7 millions de signatures), peut contraindre le pouvoir israélien à les libérer dès maintenant ».

Amnesty International n’a pas de mots assez forts pour condamner le maintien en détention de la très digne et courageuse Ahed Tamimi.

Publicité
Publicité
Publicité

« Rien de ce que Ahed Tamimi a fait ne saurait justifier le maintien en détention de cette adolescente palestinienne. La jeune fille risque 10 ans de prison notamment pour une altercation avec des soldats israéliens qui, lourdement armés, s’étaient introduits dans la cour de sa maison, le jour où son cousin a été grièvement blessé par des tirs de l’armée.

Ahed Tamimi a enduré des interrogatoires musclés et des menaces ont été proférées à l’encontre de sa famille. Cette arrestation révèle le traitement inadmissible qu’infligent les autorités israéliennes aux mineurs palestiniens qui osent les défier. Chaque année, des centaines d’entre eux sont arrêtés, soumis à des mauvais traitements, parfois à des violences, et poursuivis devant des tribunaux militaires pour mineurs. »

A voir ou à revoir, l’une de nos vidéos de soutien à la jeune héroïne du village de Nabi Saleh, où beaucoup manquent à l’appel aujourd’hui :

L'émouvant message au monde adressé par Ahed Tamimi

L’émouvant message au monde adressé par Ahed TamimiCe message vidéo a été enregistré quelques instants après avoir giflé un soldat israélien. Elle dit notamment dans ce message: "J’aimerais que les gens, dans le monde entier, s'unissent autour de nous pour que nous parvenions à libérer la Palestine." A partager absolument !!!Il est important de partager encore une fois cette vidéo pour la soutenirOn compte sur vous !!!

Publicité
Publicité
Publicité

Publié par Oumma.com sur vendredi 5 Janvier 2018

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’épidémie de rougeole frappe l’Algérie et pourrait être de « grande ampleur »

Un des avocats de Tariq Ramadan s’exprime pour la première fois