in

Le prix Nobel de la paix doit-il revenir à Jacinda Ardern, la Première ministre de Nouvelle-Zélande ?

A intervalles plus ou moins réguliers, les choix d’attributions effectués par le Comité en charge du prix Nobel de la paix s’avèrent, sur le long terme, malheureux. Ainsi de celui porté en 1994 sur Yasser Arafat, Yitzhak Rabin et Shimon Peres. Ces derniers, bien qu’acteurs principaux du processus d’Oslo, n’ont jamais assisté de leur vivant au règlement d’un conflit israélo-palestinien qui, encore aujourd’hui, est enfermé plus que jamais dans une violente impasse.

Pour autant, recevoir le prix confère à la plupart de ses bénéficiaires un prestige incommensurable, qui se traduit par l’adoubement universel de leur œuvre pacificatrice. La contrition unanime qui a gagné le monde en 2013 lors de la mort de Nelson Mandela, qui a reçu la distinction vingt ans plus tôt, nous l’a encore démontré. Cette aura planétaire pourrait très bien habiter Jacinda Ardern, la Première Ministre de Nouvelle-Zélande qui a impressionné par son attitude bienveillante suite aux attentats de Christchurch. La presse nous apprend en effet qu’une pétition mise en ligne demande qu’elle obtienne le Prix Nobel de la Paix.

Voici les raisons pour lesquelles un maximum de gens, ici en France comme ailleurs dans le monde, devrait se précipiter sur change.org, le site qui abrite cette pétition, pour soutenir cette démarche.

« They are us »

Publicité

Choquée comme tout le monde suite aux massacres perpétrés dans deux mosquées de la ville de Christchurch, la Première ministre de Nouvelle-Zélande s’était vite ressaisie, en prenant conscience du rôle qu’elle devait jouer pour l’unité de son pays. Lors d’un discours mémorable au cours duquel elle condamna cet assassinat de masse avec la plus forte des résolutions, elle martela dans une voix pleine de conviction, en parlant des musulmans du pays, « they are us ». Dans un phrasé simple et direct, caractéristique de l’anglais, elle affichait sans ambiguïté l’idée multiculturelle sous-jacente aux nations à construire du XXIème siècle, formées de plus en plus par des composantes provenant d’horizons divers.

Qui a un cœur acceptant le monde tel qu’il est ne pouvait que chavirer devant la résonnance de ces mots. Attribuer à Jacinda Ardern le Prix Nobel permettrait à ce sujet-verbe-attribut facilement déchiffrable et compréhensible de rejoindre les cimes de l’universel. « They are us », termes qui sanctifient « l’autre » comme étant « le même », deviendrait l’égal du « I have a dream » de Martin Luther King, prix Nobel de la paix en 1964.  

Un symbole de tolérance active

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Jacinda Ardern est l’exemple typique de la femme moderne et émancipée, conciliant vie familiale et professionnelle. Elle devint ainsi, l’année dernière, la deuxième femme au monde à accoucher de son bébé pendant l’exercice de son mandat. Bébé qu’elle amena avec elle à l’Assemblée générale des Nations-Unies, une première pour cette organisation.

Publicité

Et pourtant ! Face à l’horreur, elle n’hésita pas une seule seconde. Faisant montre d’une tolérance active, qui ne se traduit pas simplement en des mots mais en des gestes d’une portée considérable, elle alla présenter ses condoléances à la communauté musulmane en arborant un voile islamique, identifié par beaucoup comme un instrument d’oppression des femmes. Par cette attitude, elle donna l’exemple de ce que la fraternité entre les êtres humains veut dire, lorsque les uns acceptent les autres tels qu’ils sont. Elle fut d’ailleurs suivie par de nombreuses néo-zélandaises qui, pour marquer leur respect vis-à-vis de leurs compatriotes musulmans, lancèrent un mouvement sur les réseaux sociaux en postant des photos les représentant avec un voile sur la tête. Cette image de tolérance active gagnerait une aura sans pareille si elle était renforcée par l’attribution du prix Nobel à celle qui l’a initiée.

Conclusion

Nous vivons un rétrécissement inédit du monde, qui, sans que l’on ne puisse rien y faire sauf à causer des guerres, se transforme en un village global. Nous sommes par conséquent les témoins d’un brassage des cultures sans précédent. A l’heure où beaucoup prédisent le choc des civilisations, l’action tolérante de Jacinda Ardern vaut exemple. Nous devons donc tous soutenir l’idée qu’elle mérite de recevoir le prochain Prix Nobel pour la Paix.

Publicité
Publicité

21 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Oui je l’ai vue avec son foulard étreindre une femme musulmane noire, en pleure parente d’une victime . Jacinda est l’être type proche de l’idéal humain qui veut la paix sur cette terre dans l’ amour du prochain … Elle ne peut que mérité cette distinction du prix Nobel…

  2. @ Leroy
    Mon cher Leroy, je n’y peux rien si vous avez beaucoup péché. il est vrai que les pays occidentaux ont beaucoup à se faire pardonner. Ils ont commis tant de saloperies à travers le monde entier qu’on est en peine de citer l’ensemble de leurs oeuvres
    La repentance comme vous dites n’a pas beaucoup de sens.les descendants des uns devraient battre leurs coulpes devant les descendants des autres. les uns n’ayant rien fait, les autres n’ayant rien subi.C’est simplement ridicule!.
    En fait ce qui est reproché aux pays occidentaux est simplement leurs mensonges par omission, le déni des atrocités commises, et une certaine arrogance vis a vis des populations victimes.
    Pour ce qui est de l’esclavage pratiqué par les musulmans sachez que contrairement aux occidentaux celui-ci ne s’est pas pratiqué sur une base raciste. Les blancs comme les noirs ou tout autre ethnie d’ailleurs était susceptible de devenir une valeur marchande. Les esclaves du fait de l’islam étaient à plus ou moins longue échéance intégrés à la société. On connait encore actuellement des populations issues de l’esclavage complètement intégrées à la population marocaine sans stigmatisation aucune. Citez moi une seule civilisation qui vit des esclaves ou descendant d’esclaves prendre le pouvoir et régner pendant plusieurs décades sur leurs concitoyens ( les Mamelouks en Egyptes – Mamelouk signifiant esclave). Citez moi une civilisation ou les enfant d’esclaves deviennent sultans ou vizirs ou dirigeant important dans la société. Je ne dis pas que le statut d’esclave était enviable dans le monde musulman mais certainement plus que dans le monde occidental. Tous les faits dont je fais état ici sont vérifiables.
    L’économie esclavagiste est une infamie ou qu’elle ait été pratiquée.Mais n’utilisez pas le mensonge vis à vis du monde musulman. Ce dernier l’a été moins que le monde occidental et de loin.
    Pour ce qui est des morts des attentats, cela vous écorcherait la bouche de dire que nombre d’entre eux étaient musulmans ( 33 sur 86 à Nice). Pourquoi les musulmans devraient-ils faire repentance, n’ont-ils pas assez payé à votre avis?
    Le pire dans cette saloperie c’est que votre esprit malade les essentialise et que vous les faites redevables de cette monstruosité. Vous voyez en eux les musulmans pire les terroristes et non les Français.
    Qui donc récupère le massacre de Christchurch? Qui donc possède les médias? vous êtes proprement malade. Non seulement les musulmans sont bien incapable de récupérer médiatiquement quoi que ce soit par le simple fait qu’ils ne sont pas aux commandes des moyens de communication mais en plus cet événement a été occulté comparativement aux autres attentats de même nature.
    Je crois malheureusement que vous êtes irrécupérable songez tout de m^me à vous soignez pour éviter la contagion.

  3. La pauvre cherie elle a de la peine donc il faut lui donner le prix nobel n’importe quoi..mais ou va-t-ton dans la connerie…..plusieurs morts en France et un partout dans le monde personne n’a reclame pour eux un prix…par contre ce prix est merite pour Donald trump qui esssaie de raisonner un dictateur sanguinaire alors que le monde entier l’a pris pour un va t’en guerre,alors oui donnons ce prix a un president courageux qui a le courage de rencontrer ce petit dictateur meme insignifiant.

  4. @Titi
    La repentance ? Mais elle uniquement pour nous, mon brave Titi. Mais tu bouches tes yeux et tes oreilles, les musulmans ont beaucoup pratiqué l’esclavage, parfois jusqu’au 20e siècle, mais ils refusent toute repentance.
    Et puis il y a eu les attentats de Paris (13 novembre 2015, 132 morts) et de Nice (14 juillet 2016, 86 morts).
    Là aussi quelques questions pourraient se poser. Mais chaque fois que je l’ai dit, j’ai été censuré.
    C’est tabou. La récupération et l’exploitation du massacre de Christchurch par l’islam politique est une affaire en or. Il n’y a qu’à compter le nombre d’articles qui lui est consacré sur le site.

    • @leroy cohen

      Les plus grands esclavagistes sont les juifs tel aaron lopez, juif portugais donc arrête de raconter des mensonges en mettant tous les maux de la planète sur les musulmans.
      Encore aujourd’hui en Palestine occupée, tout le monde voit comment les juifs se comportent en volant la terre des palestiniens à coups de bombes sur une population civile sans défense

  5. @ oujjani
    Peut-être pourrions nous t’accorder le prix Nobel de la provoc sinon celui de la connerie? Tu en es le titulaire attitré sans contestation possible.

  6. @ Drewski
    Nous sommes dans l’inversion des valeurs: le prix Nobel de la paix consacre les pires criminels que la terre ait porté ou ceux qui ont cautionné ces crimes.
    Je suis entièrement d’accord avec vous, ce prix ne rime plus à rien, c’est un objet de propagande politique destiné à endormir les masses.
    Que ce soit le peuple Algérien ou Jacinda Ardern, aucun ne mérite cette indignité. La reconnaissance mondiale des hommes vaut largement plus que celle d’un comité Théodule dont on ne connait ni les valeurs ni les objectifs et dont les précédents jugements laissent pour le moins à désirer.

  7. @Leroy
    Quelle repentance veux tu quelle fasse? Elle n’est coupable de rien? et ne se sent héritière d’aucune saloperie dont son peuple aurait été l’instigateur vis à vis des musulmans.
    La repentance n’est pas un vilain mot bien au contraire, il faut être muni d’un certain courage pour oser le faire. D’ailleurs qu’appelle-t-on repentance: si c’est le fait de reconnaître que nous ou nos prédécesseurs nous sommes mal conduits quand il y a matière à le faire (esclavage, colonisation, meurtres, massacres, etc…), cela ne me semble que justice.
    Je te laisse donc à tes névroses et tes haines recuites, il me semble que tu es déjà bien à plaindre et que ta situation est déjà une punition en elle-même. Je n’en rajouterai donc pas

  8. Le roy des sans-culottes est jaloux, une première.

    Prix Nobel de la paix ex æquo pour Mme Arden et pour le peuple algérien, même si ça doit t’faire souffrir, le roy des pompes funèbres, ça ne sera jamais que justice.

  9. le prix Nobel ayant été déconsidéré depuis longtemps d’autant plus que pratiquement personne ne connait qui sont les membres de l’auguste assemblée, on doit plutôt ignorer ce prix et en créant un nouveau qui soit beaucoup plus transparent et équilibré. Que ferait Ardern aux côtés d’Obama, de Begin ou de Kissinger ? Je rappelle que Le Duc Tho, le négociateur vietnamien à l’époque de sa guerre de libération, avait refusé l’attribution en sa faveur du prix nobel pour ne pas avoir à voisiner avec des faiseurs de guerre. Depuis les choses n’ont fait qu’empirer ! Donc inventons quelque chose de plus honnête et de plus prestigieux ! On n’a pas besoin de s’abaisser à quémander des honneurs auprès des puissants.

  10. Ni les Algeriens, ni la première ministre de la Nouvelle Zélande ont fait quoi que ce soit pour la paix dans
    le monde. Encore que ce prix ne vaut plus grand chose .

  11. En ces temps où les peuples commencent à se réveiller pour manifester pour le droit, la justice , la démocratie, la liberté et la dignité et lutter contre l’oligarchie financière mondiale, il ne faut pas oublier le peuple algérien qui, à mon avis , le mérite amplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La décision de Trump sur le Golan va permettre à Israël d’annexer d’autres territoires

Richard McKinney, ou l’incroyable conversion à l’islam d’un islamophobe qui voulait faire exploser la mosquée locale !