in

Le plus long Coran du monde prend forme en Irak

Ils s’attellent à l’ouvrage avec passion depuis un an, dépassant la fatigue des longues heures inconfortables passées à genoux, quatre artistes irakiens ont pris leurs plus belles plumes pour confectionner, en orfèvres de la calligraphie, le plus long Coran du monde, magnifié par une ornementation héritée d’une culture millénaire.

Ce véritable défi graphique, tout en élégance et en finesse, prend forme progressivement, alors que le tiers de l’exemplaire a déjà été réalisé sur les 5 à 6 000 mètre de long qui se déploieront à terme. Le Saint Coran le plus long du monde ne sera bientôt plus un doux rêve caressé par des virtuoses de l’art calligraphique, mais une réalité bien tangible susceptible d’entrer par la grande porte dans la bible des records mondiaux, le Guinness Book.

Parmi les quatre artistes irakiens qui sont à pied d’oeuvre, Hussein al-Kharsan est à 25 ans un passionné d'écriture, un ascète des beaux caractères, qui laisse sa plume, alerte et assurée, tracer avec précision des courbes harmonieuses qui, les unes après les autres, font transparaître les sourates sublimées du Livre Saint.

Le Livre Saint de l’islam est une source intarissable de challenges qui défient l'imagination et ne reculent devant aucune prouesse. Ainsi, après le gigantisme livresque du plus grand Coran du monde, un joyau exposé avec précaution dans la quiétude de la mosquée Golcharif, à Kazan, la capitale de la république du Tatarstan, où ses dimensions hors normes en étonnent plus d'un (2 mètres de long sur 1.5 mètre de large), et la miniaturisation du plus petit Coran jamais conçu (1,7 cm de long, 1,28 cm de large, et 571 pages), imprimé au Caire en 1982, avant d’être précieusement remis à un Pakistanais, le Coran a inspiré un nouvel exploit qui repousse toujours plus loin les limites de l’art, de la précision et de la faisabilité technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un Coran d’Al-Azhar, sauvé des flammes en 1798, mis en vente

Raha Moharrak, la première femme saoudienne à escalader l’Everest