in

Le père du petit Ahmed, 8 ans, diabétique et accusé “d’apologie du terrorisme” : “Depuis, les attentats, l’instituteur s’acharne contre mon fils”

Que reste-t-il de la France du 11 janvier qui exaltait l'unité nationale, quand l’éducation nationale, en pleine crise de crispation aiguë, décèle "l’apologie du terrorisme" derrière des mots d’enfant prononcés innocemment, en leur donnant une importance et une résonance en tout point disproportionnées, quand la machine judiciaire s’emballe au point de céder à l’hystérie ambiante en plaçant sur le banc des accusés ce même enfant ? La France unie d'un dimanche unique, entré dans les annales républicaines, semble s’être atomisée à l’air libre et avec, elle, ses valeurs cardinales et le bon sens le plus élémentaire.

Cette France-là qui, emportée par la déraison passionnelle, a livré à la vindicte le petit Ahmed, 8 ans, diabétique, jusqu’à porter plainte contre lui, fait peur. Et ce n’est pas la remarque d’une violence inouïe essuyée par le petit écolier alors qu’il se trouvait dans le bac à sable "Arrête de creuser, tu ne vas pas trouver de mitraillette pour tous nous tuer", assortie de brimades infligées par le directeur de son établissement scolaire, sans parler de la prise d’insuline dont il a été privé, comme l’a rapporté, indigné, l’avocat de sa famille Me Sefen Guez Guez, qui sont de nature à dissiper nos pires craintes.

Aujourd’hui, le père d’Ahmed monte au créneau devant les caméras pour donner sa version du cauchemar vécu par son fils, à qui le système éducatif, après en avoir fait l’ennemi public n°1, exige de lui qu’il passe de classe en classe pour se confondre en excuses.

S’excuser publiquement, c’est s’accuser aux yeux de tous, mais le père et le fils, pris dans cette spirale infernale de la suspicion généralisée, n’ont d’autre choix que de se repentir… De quoi au juste ? Du délire collectif qui s’est emparé de nos institutions, reléguant déjà le 11 janvier « historique » au rang des souvenirs évanescents, presque irréels… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les caricatures du Prophète ne seront pas visibles sur Facebook en Turquie

Eric Cantona: “Il ne faudrait pas que cet attentat soit récupéré contre l’islam” (vidéo)