in

Le joueur « musulman » devient surdéterminé par sa religion

A lire l'entretien  du sociologue Marwan Mohammed paru sur  le site du magazine SO FOOT.

Certains affirment qu'aujourd'hui l'Islam imposerait sa loi dans le foot. L'exception qui confirme la règle ?

Pour moi, au contraire, le discours de quelqu'un comme Dianel Riolo illustre parfaitement ce que j'appelle la construction du « problème musulman ». Jusqu'à présent, le foot était plutôt épargné de ce point de vue-là, même si j’ai eu écho de pratiques ou de propos plus que limites tenus à Clairefontaine sur la pratique de l’Islam au niveau foot à 11. On saisit des petits cas particuliers, comme l'affaire du Paris Football Gay, et on fabrique le tout. Le joueur « musulman » devient surdéterminé par sa religion, en tout et tout le temps. Tu retrouves un argumentaire assez répandu désormais : des « personnes » tenteraient d'imposer leurs normes, leurs règles et leurs croyances face à des institutions dépassées par une lame de fond islamiste. Dans la réalité, il existe très peu d'équipes exclusivement musulmanes par exemple, ce qui n'est pas plus choquant d'ailleurs que les clubs portugais ou antillais. La seule question, c'est comment tu vis ensemble. Je me suis longtemps occupé d'un club de futsal et je fréquente encore beaucoup le foot amateur le week-end, et je perçois de fait surtout beaucoup d'accommodements : on entre après les autres dans la douche, on porte des shorts plus longs, etc. Je doute énormément que Daniel Riolo connaisse cette réalité empirique du football amateur, du football populaire. Je n'ai pas l'impression, non plus, que les présidents des clubs pros aient exprimé un profond malaise sur le sujet, y compris face à une pratique telle que le Ramadan qui peut, chez les joueurs pratiquants, induire quelques complications. À part les clashs qui attirent forcément la caméra ou le micro, la plupart du temps, tout le monde arrive à s'arranger.

Lire la suite de l'entretien sur SO FOOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mais où est donc passée la résistance irakienne ?

Israa Al-Mudallal, la première porte-parole du Hamas