in ,

Le Grand Mufti d’Arabie saoudite exhorte les pèlerins à faire l’union sacrée contre les ravages de la politique

Vent debout contre l’incursion ravageuse de la politique en Terre Sainte, au beau milieu du Hajj, le Grand Mufti d’Arabie saoudite Sheikh Abdul Aziz Al-Asheikh a récemment mis en garde les pèlerins contre les divisions intestines qui en résultent, souillant la pureté des lieux, troublant l’intensité de la ferveur religieuse, et minant en profondeur l’unité des musulmans.

Les querelles, controverses et autres propagandes liées aux tourments de notre monde assis sur un volcan n’ont pas leur place à La Mecque, le Grand Mufti exhortant les millions de fidèles venus prendre part à une procession unique, placée sous le signe de l’infinie dévotion, à se tenir à l’écart de ces agitations et des semeurs de troubles qui violent la sacralité du grand pèlerinage.

"Le Hajj n’est pas l'occasion de faire de la basse politique, ni de créer la zizanie, et encore moins de répandre la haine entre les musulmans", s’est emporté Sheikh Abdul Aziz Al-Asheikh, en appelant à l’union sacrée entre tous, lors de son sermon du vendredi qui a résonné avec force dans l’enceinte de la somptueuse Mosquée Imam Turki bin Abdullah Mosquée, à Riyad.

"Nous, musulmans, nous ne sommes pas ici pour créer un schisme entre le peuple et les dirigeants. Nous sommes venus ici pour nous unir dans la foi, pour profiter de cette chance exceptionnelle pour nous rencontrer et créer les conditions d'un dialogue constructif, mus par le noble objectif de défendre la justice et de faire disparaître les torts", a insisté le Grand Mufti, en rappelant que durant la période préislamique, quand l’ignorance « Jahiliayh » prévalait, les gens effectuaient le pèlerinage en faisant étalage de leurs liens de parenté et de manière festive. L’Islam ayant contribué à les remettre dans le droit chemin.

Durcissant le ton, le haut dignitaire religieux du royaume saoudien a lancé un sérieux avertissement à l’endroit des esprits réfractaires qui déclencheraient son courroux en désobéissant à son injonction. "Les pèlerins doivent continuer à répéter les paroles de Dieu, lire son Livre et effectuer le tawaf et Salah dans la Grande Mosquée, loin des slogans de l'ignorance. Nous sommes une Oumma islamique, une communauté unifiée, notre Dieu est un, notre Prophète est un et notre Livre est un", a-t-il martelé, avant de clamer : "La Maison de Dieu est le plus pur des endroits sur terre."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un journaliste de France 2 effectue la traversée avec des réfugiés à bord d’une chaloupe (vidéo)

Les musulmans d’Ajaccio autorisés à faire la prière de l’Aïd El Kebir sur un stade (vidéo)