in

Le Gazaoui, devenu la nouvelle icône de la résistance palestinienne, blessé par des tirs israéliens

Sa photo iconique, capturée par le photographe Mustafa Hassouna au beau milieu d’une manifestation à Beit Lahiya, le 22 octobre dernier, a saisi l’instant avec un sens aigu de l’esthétique, au point d’en faire une véritable œuvre d’art, Ahmed Abou Amro, le Gazaoui érigé depuis en symbole de la lutte contre l’occupation israélienne, a été fauché par les tirs de snipers israéliens, lundi 5 novembre.

« Si je meurs, je veux être enroulé dans ce drapeau », avait confié récemment à Al Jazeera le valeureux jeune homme de 22 ans qui, chaque semaine, entouré de nombreux autres Palestiniens de son âge, oppose une résistance pacifique, et néanmoins farouche, à l’armée israélienne, en ayant pour seule arme que l’étendard de son pays, brandi fièrement sur tous les fronts.

Dans ce combat cruel et totalement disproportionné du pot de terre contre le pot de fer, Ahmed Abou Amro fait en effet partie des nombreux manifestants à avoir été blessés au cours d’un lundi noir de novembre où l’armée israélienne, égale à elle-même, n’a pas fait de quartier, tirant sur des Palestiniens désarmés comme sur des lapins.

Prises de vue à l’appui, l’agence de presse Getty a apporté la preuve en images de ce qu’avançaient plusieurs activistes palestiniens, à l’issue de la 15ème marche protestataire appelant à briser le blocus de Gaza.

« Je ne vais pas à des manifestations pour me faire prendre en photo, mais cela m’encourage à continuer de manifester. Nous réclamons notre droit au retour, et manifestons pour notre dignité et celle des générations à venir », déclarait Ahmed Abou Amro quelques jours plus tôt.

Elevé, malgré lui, au rang de porte-étendard de la résistance palestinienne, ce jeune Gazaoui, admirable de courage et de détermination, devait être plus que jamais dans le viseur d’Israël depuis que sa photo saisissante, qualifiée même d'”historique” par certains, a marqué les esprits, par-delà les frontières et le mur de la honte.

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ils sont cons, ils n’ont tjrs pas compris.
    .
    Ils devraient se mettre à 50.000 habillés en blanc sans dire un mot marcher en silence et disant au monde de boycotter les USA apple ford coca etc
    De revendre les dettes en dollar

    Si tous les pro palestiniens boycottaient les usa (qui donne de l’argent à isr**) ben les USA diraient à is-**- de lâcher du lest et de donner des terres

    EN 3 ANS

    ILS GAGNERAIENT PLUS QU EN 100

    Mais ils ne le feront pas et ils finiront au mieux absorbés au pire exterminés

    • Il y a un boycott radicalement efficace, celui des smartphone. TOUS ont des composants fabriqués en Israël, l’économie en souffrirait alors que les dattes et les oranges c’est facile et inutile. On verrait aussi l’importance réelle, pour certains, de la Palestine.

  2. Je suis né ici sur ce bord de méditerranée
    Dans ce paradis ensoleillé
    Palestine ! Palestine !
    C’est ici que mon père, que mon grand père et tous ceux d’avant sont enterrés
    Dans la chair de ta terre, Palestine !
    C’est dans la maison en ruine là-bas au milieu du champ d’oliviers
    C’est là que nous avons chanté, ri, dansé, vibré même
    Comme les cordes de cette guitare manouche
    Pincés au cœur, cueillis comme des fleurs
    C’est là que nous avons pleuré aussi, pleuré
    Difficile d’expliquer pourquoi on est attaché à un endroit
    Jusqu’à ce qu’une armée débarque chez toi

    Au début, ils ont tiré en l’air, ça faisait du bruit, c’était gentil
    Et puis après ils ont tué mon père, et puis mon oncle, et puis mon frère
    Ont fait brûler la maison, détruit jardins et plantations pour y installer leurs colons
    Nous, femmes et enfants déportés jusqu’à ce camp de réfugiés
    Sales, froids, on y était entassés.
    Seul au loin, le son de cette guitare tzigane me donnait encore la force de résister
    La force de respirer
    Mélodie des gens du voyage, musique des déracinés, elle m’a fait oublier le mal

  3. Les terroristes juifistes tuent les vrais habitants de la Palestine occupée et pleurent h24 devant les médias du monde que leur grand parents sont mort à auschwitz… Typique du juifiste, faites ce que je dis mais pas ce que je fais…

    De toute façon, ça se retournera contre eux, tôt ou tard et ils paieront très cher leur génocide. Tic tac tic tac…

  4. En Europe en 14/18 les oligarchies ont sacrifié des millions de jeunes hommes sur le même principe !
    Mais pourquoi donc les vieux ne sont-ils pas en première ligne ?
    Ils ne le sont jamais dans aucune guerre !
    Après avoir perdu son fils sacrifié en 1915 au nom du patriotisme anglais Rudyard Kipling a, de mémoire, dit : “les enfants sont morts parce que leurs pères leur ont menti”.
    Il n’y aura aucune fin à cette guerre …………. combien de générations déjà sacrifiées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Affaire Khashoggi : deux “nettoyeurs” envoyés en Turquie pour effacer les preuves ?

Rohingya : déshumanisés (reportage)