in

Le Dr Anne Aly pourrait devenir la première sénatrice musulmane d’Australie

Accablée par l’attentat sanglant d’Orlando, commis non pas au nom de l’islam mais au nom de « l’idéologie du mal » prônée par Daesh, selon ses propres termes, et dont elle connaît, de par ses travaux de recherche, les ressorts mortifères, l’Australienne Anne Aly, une universitaire émérite d’origine égyptienne et engagée en politique sous les couleurs du parti Travailliste (ALP), aborde toutefois la dernière ligne droite des élections fédérales, qui auront lieu le 2 juillet prochain, avec une détermination renforcée.

"C’est une tragédie absolue", a-t-elle déclaré, consternée, à l’évocation des 49 victimes qui ont péri sous les tirs nourris de Omar Mateen, avant de souligner : "L'autre chose qui m’interpelle grandement, c’est que cet homme était connu du FBI. Ce n’est pas la première fois que nous constatons que les terroristes sont connus des forces de l’ordre, mais réussissent à passer à travers les mailles du filet. Quelque chose doit être fait pour y remédier de toute urgence."

Plus que jamais persuadée de la légitimité et de l'utilité de sa candidature dans la circonscription de Cowan, qui s’étend au nord de Perth et où elle réside depuis plus de quinze ans, cette experte de la lutte contre le terrorisme et du phénomène de la radicalisation qu’elle n’a cessé de disséquer au fil de la décennie écoulée pour tenter de les prévenir et les juguler, ne perd pas espoir de convaincre les électeurs qu’elle est la Femme de la situation, et la future sénatrice la plus à même de créer des ponts de compréhension entre toutes les communautés.

A 49 ans, Anne Aly, qui aime à rappeler qu’elle est arrivée à l’âge de deux dans cet îlot lointain du multiculturalisme, et plus humblement, qu’elle a reçu en 2008 le prix prestigieux du « meilleur chercheur de l’année » des mains du doyen de l’Université Edith Cowan, entrerait dans les annales de la politique australienne si elle venait à triompher de son adversaire, le conservateur chrétien Christian Luke Simpkins, et de ses diatribes récurrentes contre l’islam et le halal dont elle a fustigé à maintes reprises la diabolisation outrancière confinant à l’absurde.

En effet, si les urnes parlaient en sa faveur, elle deviendrait dès lors la première sénatrice arabe et musulmane à siéger dans le centre névralgique du pouvoir législatif de la terre du bush. Pleinement consciente qu’elle aura peut-être rendez-vous avec l’histoire le 2 juillet prochain, le Dr Anne Aly entend bien damer le pion à son rival, se montrant intransigeante envers son ignorance et son instrumentalisation de l’islamophobie qui n'en est que plus détestable, tout en appelant à voter pour la candidate éclairée qu’elle est, à bien des égards.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un policier refuse de serrer la main de Hollande et Valls (vidéo)

Comment Israël pille l’eau des Palestiniens (vidéo)