in

Le Crif exhorte à voter Sarkozy depuis Israël

 Il rime avec musulmans et subversion, c’est la fameuse cinquième colonne verte qui aurait appelé à voter Hollande, selon une mystérieuse injonction qui s’est volatilisée dans l’air, c’est le 2 en 1 de la République, à la fois hideux repoussoir brandi à tout propos, ou paravent utile qui sert des intérêts supérieurs, le communautarisme, source de tous les maux, semble pourtant bien peu de choses face à l'omnipotent communautarisme qui ne dit pas son nom et qui, depuis Israël, s’autorise à communautariser le débat franco-français. De qui se moque-t-on à la fin ?

Richard Prasquier, car il s’agit bien du président du Crif, qui s’autoproclame représentatif de la communauté juive de France, et qui n’est autre que l’ambassade bis d’Israël sur le territoire national, exhorte depuis la terre promise à voter Sarkozy, et l’écrit en toutes lettres dans une tribune publiée dans le quotidien Haaretz. Trop, c’est trop ! Son cri de ralliement à la gloire de Nicolas Sarkozy, qualifié de  "fervent supporter du gouvernement israélien", ayant noué "des liens profonds avec la communauté juive française", s’alarme de l’éventuel triomphe de Hollande, en raison de ses alliés suspectés de nourrir une "profonde hostilité" envers Israël, dont celui qui a fait sensation lors du premier tour, Jean-Luc Mélenchon.

Plus sidérant encore, Marine Le Pen n’est plus diabolisée !  La leader du FN, qui a festoyé en février avec l’extrême droite autrichienne lors d’un bal des maudits à Vienne, n’est plus l’incarnation d’un  "risque pour la communauté juive française", ni même "d'un risque pour la France", comme Richard Prasquier se plaisait à le dénoncer, il y a peu encore, depuis Montréal. Non, bien au contraire, ses efforts pour attirer  "le vote juifs" en cassant du musulman ont manifestement payé,  l’héritière de l’extrême droite française est devenue comme par enchantement très fréquentable. C’est carrément la twilight zone !

Qui pourra nier que Nicolas Sarkozy a fait sombrer cette campagne présidentielle dans une pantalonnade tragi-comique, véritable puits sans fond d’une fourberie politicienne qui fait injure, chaque jour davantage, aux valeurs républicaines ? Après l’avènement de son oligarchie triomphante, sa  fin de règne pourrait connaître un autre avènement, moins reluisant, celui du vote sanction…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le musulman modèle selon Sarkozy et le CRIF

Comment Hollande est devenu le candidat du système