in

Le coup de semonce d’Alger suite aux cas d’Algériens humiliés et malmenés à l’aéroport de Francfort

Derrière la belle vitrine de l’aéroport de Francfort, se cache une voie de transit dont les coulisses se sont révélées cauchemardesques pour certains ressortissants algériens. En guise de comité d’accueil, nombreux sont ceux qui ont été refoulés sans ménagement, ou pire, maltraités avec une brutalité inouïe par la police des frontières allemande, sans le moindre égard vis-à-vis de leur intégrité physique et encore moins pour leur visa Schengen…

Humiliations indignes après violences inacceptables, la coupe était pleine pour le gouvernement algérien qui a décidé de convoquer, samedi, la nouvelle ambassadrice d’Allemagne à Alger, afin de protester officiellement contre des dérives inqualifiables devenues monnaie courante. Il est à noter que c’est la deuxième fois que des autorités diplomatiques allemandes sont sommées de se rendre au ministère algérien des Affaires étrangères, au sujet du même dossier.

Ce nouveau coup de semonce contre l’Allemagne a été donné par le ministre en personne, Mourad Medelci, qui selon son porte-parole, a fait part de « la très vive préoccupation  du Gouvernement algérien face à la multiplication de traitements inconvenants et inacceptables réservés à certains voyageurs algériens munis de visas Schengen et qui empruntent, le plus souvent, cet aéroport international dans le cadre de transit sur d'autres destinations», a indiqué M. Belani.

Alger est remonté et a fait entendre son vif mécontentement, Mourad Meldeci  martelant «la nécessité absolue de préserver, en toutes circonstances, la dignité des ressortissants algériens et a fait observer que la persistance de ce genre d'incidents inadmissibles au niveau de l'aéroport de Francfort, n'est pas en phase avec l'esprit amical et positif qui caractérise les relations entre l'Algérie et l'Allemagne».

C’est la descente aux enfers subie par deux cadres algériens de l'entreprise nationale des arts graphiques (ENAG), le 11 mai dernier, qui a été le délit de faciès de trop…

Détenteurs du visa Schengen, ces deux infortunés représentants de l’ENAG, conviés par une entreprise allemande à participer à la foire des arts graphiques de Francfort, ne pouvaient imaginer ce qui les attendait à leur descente d’avion. Aussitôt arrivés, aussitôt offensés, rabaissés et criminalisés par la police allemande qui, dans un raffinement de cruauté, les a soumis à la question des  heures durant, jusqu’à l’heure indue de 23h30, pour faire toute la lumière sur les raisons de leur voyage. Les documents attestant de leur bonne foi n'y ont rien fait, les deux hommes ont finalement été expulsés pour avoir refusé d’acquitter les 400 euros nécessaires au déclenchement d'une procédure administrative qui aurait permis de trancher leur cas… Un comble de l’administration kafkaïenne, aussi absurde qu’inhumaine!

D’autres Algériens ont connu le même sort peu enviable, et ce malgré la vive réprobation d’Alger. Il reste à espérer que ce nouvel entretien entre Mourad Medelci et l’ambassadrice allemande, qui a acté le principe d'une réunion conjointe en vue de "procéder à une évaluation minutieuse de tous les volets de cette question sur le plan (politique, juridique, et humain), et trouver une solution acceptable et définitive qui soit conforme aux bonnes relations qui existent entre les deux pays", saura mettre un terme à l'impunité de pratiques répressives révoltantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les juifs ultra-orthodoxes ont des œillères et en sont fiers…

Ces américains en pleine confusion au sujet du 11-septembre