in

Le Conseil des ministres saoudien réaffirme son soutien aux réfugiés palestiniens

Réuni lundi en séance plénière, le Conseil des ministres saoudien, présidé par le Roi Salman, a réaffirmé le soutien constant de l'Arabie saoudite aux réfugiés palestiniens, ainsi qu’à l’Agence de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), animé par la conviction profonde que cela relève d’un devoir religieux et humanitaire. 

Parmi les nombreuses questions et les derniers développements passés en revue, tant sur le plan régional qu’international, le maintien de l’aide et des soins apportés par l’Arabie saoudite à plus de cinq millions de Palestiniens a été entériné avec l’assentiment général, le royaume saoudien se hissant en tête de leurs principaux bailleurs de fonds.

Inscrit également à l’ordre du jour, le discours prononcé à l’ONU par le représentant saoudien, ayant trait au Comité spécial chargé d’enquêter sur les violations israéliennes des droits de l’homme à l’encontre du peuple palestinien, au cours duquel il a exprimé sa vive préoccupation face à l’escalade de la violence, à la multiplication des actes de provocation et l’augmentation des agressions par les forces d’occupation de l’Etat Hébreu et les colons fanatisés à l’extrême, a été longuement discuté.

Le Conseil des ministres déplore qu’Israël persiste à défier les résolutions onusiennes et a approuvé la démarche française appelant à une conférence internationale de la paix, en se conformant aux termes du processus de paix, en particulier l’initiative de paix arabe.

L’accession au pouvoir de Donald Trump, le nouveau président de la première puissance mondiale et proche alliée de l’Arabie saoudite sur le socle d’intérêts communs, a été bien entendue abordée, notamment par le roi en personne qui a fait part de son appel téléphonique pour féliciter le nouvel homme fort de Washington, comme le veut l’usage diplomatique. Il a indiqué s’être réjoui de « l’amélioration des relations historiques et stratégiques avec les Etats-Unis »,  mais aussi de la perspective « d’œuvrer ensemble pour parvenir à la paix et à la stabilité au Moyen-Orient et dans le monde ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’engouement pour le halal ne se dément pas au Japon

Une activiste américaine, noire et musulmane, troque son voile contre un chapeau par peur de représailles islamophobes