in

Le commissaire européen aux droits de l’Homme appelle à « renoncer aux lois contre les musulmans »

Passée comme une lettre à la poste en France, la loi contre le voile intégral qui, quoi qu’en disent ses farouches artisans, jette l’anathème contre l’islam en criminalisant sa minorité salafiste, n’a jamais fait l’unanimité au sein de l’Union européenne.

Pire encore, le cynisme politique de Nicolas Sarkozy, qui a hélas fait tache d’huile dans la France d’en bas, a valu à la patrie des droits de l’homme d’être classée par Amnesty International, en avril 2012, dans le trio de tête des mauvais élèves de l’Europe en matière de discrimination à l’encontre des musulmans, talonnant la Belgique et les Pays-Bas dans une sinistre concurrence.

Haussant le ton, le Commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks, exhorte aujourd'hui les gouvernements européens à "renoncer aux lois et mesures visant spécialement les musulmans et interdire la discrimination fondée sur la religion ou les convictions dans tous les domaines", a-t-il préconisé dans une lettre  publiée sur le site de l'instance paneuropéenne.

"De grands partis ont exploité la défiance à l'égard des musulmans en soutenant des mesures législatives restrictives dirigées contre cette population. En Belgique et en France, des lois prévoient (…) une amende ou "un stage de citoyenneté" pour les femmes portant un voile dans l'espace public", dénonce-t-il, au grand dam de nos parlementaires de tous bords, de Jean-François Copé à Manuel Valls, en passant par le communiste André Gérin, tous ligués pour légiférer à tout prix contre le voile de la discorde, ou plutôt de l’entente cordiale entre tous les partis…

Pour Nils Muiznieks, les musulmans d'Europe "se heurtent régulièrement à diverses formes de préjugés, de discriminations et de violence, qui renforcent leur exclusion sociale". Et de citer une étude récente de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union selon laquelle : "un musulman sur trois a été victime de discrimination au cours des douze derniers mois", et "un quart des musulmans interrogés ont été arrêtés par la police l'année précédente".

Dans ce vaste tour d'horizon des discriminations qui jalonnent la route des musulmans d'Europe,  Niels Muiznieks condamne les contrôles d'identité au faciès, qu'il juge "non seulement discriminatoires, mais aussi contre-productifs", tout en appelant les Etats à mener des recherches sur la discrimination qui frappe les musulmans et d'autres groupes religieux à partir de "la collecte de données ventilées par origine ethnique, religion et sexe".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marseille : un nouveau contrôle d’une femme en voile intégral dégénère

Soutenez le film de Vincent Geisser et Jean-Michel Riera sur Mouloud Aounit