in

Le challenge du Coran, le noble défi lancé par un jeune artiste allemand

Les défis viraux, véritables gageures pour certains, se suivent et fort heureusement ne se ressemblent pas toujours, le meilleur succédant au pire, à l’image du challenge dédié au Noble Coran, empli de spiritualité, de vibrations mélodieuses et aux vertus éminemment pédagogiques, lancé par un jeune artiste allemand de 26 ans, d’origine palestinienne, le très inspiré Issam Bayan.

Particulièrement sensibilisé au « Challenge des gravats de Gaza » et à ses seaux de pierres déversés sur les têtes, tel un puissant électrochoc administré, au milieu des décombres et des sillons creusés par le sang des Gazaouis massacrés, sur les consciences engourdies, sous influence, ou versatiles à l’heure de la culture du zapping, Issam Bayan a choisi d’innover au pays du très alcoolisé "Beer Challenge", à travers le défi de l’élévation de la voix et de l’âme, celui qui fait la part belle à la psalmodie des versets du Saint Coran.

Depuis son irruption sur la Toile il y a trois semaines de cela, ce challenge récitatif, qui résonne agréablement aux oreilles et réchauffe les coeurs, a été relevé par des centaines de musulmans à travers le monde qui se sont empressés, avec foi et passion, de télécharger leurs clips sur #Quranchallenge.

Parmi ces illustres inconnus qui donnent de la voix pour s’appliquer à réciter la parole d’Allah, Issam Bamya a eu la joie de compter de célèbres challengers. Adam Saleh, ce jeune réalisateur américain qui fourmille d’idées pour lutter contre les préjugés, dans le cadre du très populaire trio du Net, TrueStoryASA, formé avec ses deux amis inséparables et compagnons de combat, Sheikh Abdullah Akbar et Ghuman, ainsi que Mohamed Zeyara, ce cinéaste canadien et étudiant en médecine revenu aux sources à l’adolescence, à Gaza, où il passa huit ans de sa vie, qui jouit d’une large notoriété grâce à ses vidéos éducatives en ligne visionnées par des millions de musulmans et non-musulmans, mais aussi Maher Zaice chanteur suédois de R&B et World Music, d’origine libanaise, à la triple casquette, auteur, compositeur et producteur, dont les textes sont empreints d’une forte influence musulmane, ont, entre autres, rejoint avec panache la longue liste des récitateurs du Livre Saint.

Comblé au-delà de ses espérances par le formidable engouement planétaire suscité par son challenge à la gloire de la magie qui émane du Coran, cette source de lumière incandescente qui éclaire les pensées, les paroles, et les actes de tout un chacun, Issam Bayan est un artiste et un lanceur de défi heureux que la participation de nombreux enfants émeut et transporte de joie.

"Ce Challenge du Coran, je l’ai imaginé et conçu comme une manière de relier les gens entre eux, de créer des liens uniques entre fidèles, mais aussi de faire la Dawa de la plus belle manière qui soit, susceptible de toucher, de bouleverser et de résonner dans bien des cœurs, au-delà de la communauté musulmane. Le Coran est magique et c’est cette magie que j’ai voulue transmettre, insuffler et promouvoir grâce à l’autre magie qui abolit les frontières et favorise l’instantanéité des échanges : les réseaux sociaux", a-t-il confié radieux, d’autant plus que les compliments affluent des quatre coins de notre vaste monde pour saluer une initiative des plus louables.

"Merci frère Issam Bayan pour ce noble challenge, et je voudrais proposer à mon tour la candidature de l'imam Omar Suleiman pour psalmodier nos  versets préférés", lui a écrit Mohamed Zeyara, plein de gratitude, tandis qu'Ismail Hussayn, un calligraphe musulman très connu au Royaume-Uni, a chanté les louanges d’Issam Bayan avant, pour la première fois de sa vie, de se prêter au jeu, et quel jeu ! "Personnellement, je ne fais pas de tels défis, ce n'est pas mon truc, mais comment dire non à celui-ci ? C’était impossible !", s’est exclamé ce dernier, et ne tarissant pas d’éloges a ajouté : "Vous faites ce défi pour une bonne cause, une noble cause : encourager les gens autour de nous à lire le Coran".

Des paroles qui sont allées droit au cœur d’Issam Bayan, celui qui incite à se surpasser en s’imprégnant de la quintessence du Texte pour que s’élève harmonieusement, intensément, et avec le recueillement qui s’impose, la parole magnifiée d’Allah.

Par la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’otage français en Algérie Hervé Gourdel a été exécuté

Un collectif de musulmans de France : «Nous sommes aussi de “sales Français” »