in

Le boycott contre le Maroc, la nouvelle trouvaille de l’extrême-droite néerlandaise

A l’avant-garde du populisme européen, l’extrême-droite néerlandaise, le PVV, fourmille d’idées toutes plus radicales les unes que les autres pour bouter l’étranger, et notamment l’arabo-musulman, hors de ses frontières. Impulsée par son leader Geert Wilders, qui a l’islamophobie chevillée au corps, la nouvelle initiative de dissuasion massive portée par député du parti anti-islam, tient plus de représailles anti-marocaines que de la décision politique pacifique.

Interdire l’accès des bateaux et des avions en provenance du Maroc vers le port d’Amsterdam et l’aéroport de Schiphol, pour toute réponse au refus de la monarchie de Mohammed VI de favoriser le retour aux sources des immigrés clandestins, voilà sortie du chapeau du fulminant xénophobe Geert Wilders, la mesure vengeresse qui glacerait pour moins que cela l’entente cordiale entre les deux pays.

Aveuglé par sa haine de l’islam, celui qui a les yeux de Chimène pour l’impérialisme israélien ne brille pas par son sens de la diplomatie avec les pays arabes, mais plus inquiétant encore, exerce une certaine influence sur le ministre de l’immigration qui a insinué que « l’absence de coopération du Maroc dans la politique d’immigration menée par les Néerlandais pourrait nuire aux relations entre les deux pays ».

La palme de la petite phrase ultra révélatrice revient au promoteur de ce boycott ultra-nationaliste Sietse Frisma, qui a lâché : cette décision permettra de « faire pleuvoir des papiers si les Pays-Bas menacent le Maroc de Boycott ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tunisie : Qui veut raser les barbus ?

Une escrimeuse tunisienne boycotte Israël