in

Tunisie : Qui veut raser les barbus ?

Les barbus sont partout. Certains d’entre eux auraient même le don d’ubiquité. Dès lors, nos médias crient au loup, au point de les mettre en avant dans leurs reportages. Pourtant les « fous d’Allah » sont disculpés dans les vidéos circulant dans les réseaux sociaux. A croire que la barbe est devenue une pièce à conviction.

barbus-340Nos médias crient au loup, qui se serait insidieusement introduit dans la bergerie électorale. Et certains évoquent même le mouton noir à sacrifier pour juguler le « fléau salafiste » qui, à les croire, se serait abattu sur notre société. Voici que les barbus sont donc accusés de tous les maux. Et depuis les incidents survenus à la faculté des lettres et des sciences humaines de Sousse, notre chaîne nationale semble bien avoir rallié le troupeau.

Dans le dernier reportage diffusé par la Wataniya couvrant les manifestations qui ont eu lieu à Gafsa et à Tunis, on notera en effet que malgré l’insistance des présentateurs du journal télévisé sur la nature pacifique des manifestations, les reporters de la chaîne nationale n’ont tendu leur micro qu’aux barbus. Trois individus ont ainsi été sélectionnés parmi plus d’une centaine de manifestants à l’arrière-plan, imberbes, dans leur écrasante majorité, et scandant des slogans contre la chaîne Nessma. Ce qui laisse perplexe quant à l’innocence du choix des interlocuteurs interrogés.

Attention, ils sont partout !

Dans le même ordre d’idées, on remarquera le don d’ubiquité de certains barbus comme le relève un article publié sur Webdo. focalisant sur l’omniprésence d’un manifestant islamiste barbu là où « le devoir » l’appelle à défendre la bonne cause. Le présumé étudiant a ainsi été filmé devant l’enceinte de la faculté des lettres de Sousse pour dénoncer le comportement de son administration à l’égard des deux étudiantes portant le niqab. Et voici que le même acteur, habillé des mêmes vêtements, et arborant la même besace, est photographié par l’AFP lors de l’attroupement organisé devant le siège de Nessma. On le verra même gentiment enlacé par un policier et accompagnant des agents en uniforme.

On se demande bien qui est en train de rire dans sa (fausse) barbe, en faisant d’aussi « innocentes » farces aux Tunisiens qui ne sont pas nés de la dernière pluie.

Une autre vidéo circulant sur Facebook dément ainsi les informations avancées par la direction de la chaîne, qui impute la responsabilité des actes de violences qui ont eu lieu devant ses locaux à un groupe de barbus. « Deux établissements de la chaîne de télévision Nessma TV ont failli être assaillis et agressés par un groupe de barbus et de femmes portant le niqab, dont certains se sont armés de gourdins et d’armes blanches » indique le communiqué de Nessma rendu public le dimanche 9 octobre et rapporté par la TAP, qui semble avoir pris pour argent comptant les déclarations émanant de la chaîne en titrant : « Des salafistes tentent d’assaillir deux établissements de la chaîne Nessma ».

Or voici qu’une vidéo montre des Tunisiens on ne peut plus normaux, protestant contre la diffusion de Perspolis par la chaîne Nessma.

En somme, en lieu et place de la bataille électorale, nos médias ainsi que certains partis politiques misent sur l’actu « barbue » de la rue pour gonfler artificiellement un débat, déjà consommé depuis l’entrée du Mouvement Ennahdha en lice, muni de son visa réglementaire, délivré par le ministère de l’Intérieur… A croire que la barbe est devenue une véritable « pièce à conviction », delà à vouloir raser les Tunisiens gratis…

Tekiano.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment BHL compte libérer la Syrie

Le boycott contre le Maroc, la nouvelle trouvaille de l’extrême-droite néerlandaise