in

“17 Palestiniens ont été tués au cours des deux dernières semaines. Ce n’est pas du terrorisme” (Haaretz)

« Abdul Karim Saadi nous attendait à notre lieu de rendez-vous habituel, dans la cour d’une usine de cuir à l’extérieur de TulKarem, un endroit toujours puant de carcasses. Saadi est entré dans sa voiture tout agité, la voix étouffée et le menton tremblant, tentant en vain de refouler ses larmes. Saadi a été bouleversé par ce dont il avait été témoin au camp de réfugiés de Jénine. « Vous poussez tout le camp dans les bras des terroristes », a déclaré l’enquêteur vétéran de B’Tselem d’une voix cassée. Il travaille dans ce domaine et a tout vu.

Cela s’est produit la semaine dernière, quelques jours après l’attentat terroriste de la rue Dizengoff de Tel-Aviv, au milieu d’une vaste et insensée chasse à l’homme lancée contre le père de l’agresseur, Raad Hazem.

Le père endeuillé, Fathi, a énervé les forces de sécurité avec ses propos concernant l’approche de la victoire palestinienne, les amenant à le traquer avec ses fils encore vivants. « Dans votre génération, vous serez témoins de la victoire », a déclaré le père aux jeunes amis de son fils, qui s’étaient rassemblés sous le balcon de sa maison.

Publicité

Le Shin Bet et Tsahal n’aiment pas les Palestiniens qui parlent de cette façon. Les Palestiniens ne sont autorisés qu’à baisser la tête et à ramper ou à garder le silence. Nous seuls sommes autorisés à menacer et à nous vanter. Nos parents endeuillés, bien sûr, sont autorisés à dire tout ce qu’ils pensent dans leur chagrin, à s’en prendre et à inciter à la haine, mais les parents palestiniens endeuillés ne peuvent même pas être appelés ainsi, de peur qu’un soupçon d’humanité ne s’attache à leur image. De toute évidence, ils ne peuvent pas parler avec le pathétique et la fureur du chagrin.

En réponse, les soldats israéliens ont tiré sur une voiture qu’ils soupçonnaient de transporter le frère de l’agresseur. « Il y a eu des coups et la poursuite continue », s’est félicité le porte-parole de l’armée.

La chasse à l’homme n’a fait qu’attiser davantage les flammes dans le camp de réfugiés de Jénine. Le père endeuillé n’a pas encore été appréhendé, un véritable échec de sécurité, mais on peut compter sur le Shin Bet et l’armée israélienne pour ne pas le laisser à son chagrin, en utilisant autant de pouvoir qu’ils peuvent rassembler jusqu’à ce qu’il soit arrêté pour incitation à la haine, ou éventuellement éliminé.

Publicité

Les deux premières semaines d’avril ont vu 20 morts, trois Israéliens à Dizengoff et 17 Palestiniens en Cisjordanie et à Ashkelon. Tout cela fait suite à la vague d’attaques du mois dernier, au cours de laquelle 11 Israéliens et 11 Palestiniens ont été tués.

Les dernières entraves qui retenaient l’armée sont levées. Qui n’ont-ils pas tué ? Le bilan comprenait un garçon de 17 ans à Kafr Dan ; un avocat de 34 ans à l’entrée de l’université de Tul Karm ; un garçon de 14 ans à Husan, deux jours après avoir tué une veuve à moitié aveugle avec six enfants dans le même village. Dix-sept Palestiniens au total sont morts en deux semaines.

Les médias n’en ont fait état que brièvement, voire pas du tout, et toujours avec les pièges de l’information de style propagande dictée par les services de sécurité, dont au moins une partie consiste en des mensonges, des mensonges commodes pour les oreilles de tous les Israéliens.

La veuve aveugle essayait de poignarder quelqu’un et, bon sang, quand aucun couteau n’a été trouvé sur elle, pas même une fronde, l’explication était qu’elle avait peut-être tenté de se suicider. L’avocat amenant son neveu à l’école avait participé à des affrontements ; le garçon mort avait lancé un cocktail Molotov ; même le jeune estropié et atteint de cancer qui peut à peine se tenir debout a été arrêté par des soldats, après avoir prétendument lancé des pierres mortelles avec ses bras émaciés, qui peuvent à peine soulever une chaussure.

Les Israéliens ont avalé tout cela aveuglément, peut-être avec enthousiasme, puisque tout est permis quand il s’agit de la vie des Palestiniens.

Chacun de ces décès signifie un deuil pour une famille et, dans de nombreux cas, la fin de sa dernière source de subsistance. Leur bien-aimé a été tué, quelles que soient les circonstances. Les permis de travail en Israël sont révoqués pendant de nombreuses années, pour parer à d’éventuelles vengeances.

Publicité

Une catastrophe ne suffit pas, deux sont préférables. Comme dans la torture à l’eau chinoise, toutes les personnes tuées en vain s’égouttent lentement, jusqu’à la prochaine attaque, où à nouveau il sera prouvé que les Palestiniens sont les meurtriers. Chaque jour, un ou deux nouveaux morts, jusqu’à ce que les Israéliens soient à nouveau les victimes, les seuls, avec les yeux du monde tournés vers eux.

Dix-sept morts en 15 jours. Un mini-Bucha sans guerre. Une méga-attaque qui n’est pas qualifiée de terreur. »

Par Gideon Levy

Source : Haaretz

EuroPalestine

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les dix derniers jour du mois de Ramadan ou comment s’exercer à la quête d’excellence?

Irak : troisième tempête de poussière en moins de deux semaines