in ,

L’araignée, le pigeon et les musulmans

Encore une controverse dont seuls les Arabes et les musulmans ont le secret. Il s’agit d’un sujet en apparence futile et qu’on élude depuis des lustres, alors qu’il sème souvent la zizanie dans les chaumières, les souks et les mosquées. De quoi s’agit-il ?

Nous sommes au début du VIIème siècle, à l’époque de la révélation de l’Islam au Prophète (saws) par l’ange Gabriel. Les historiens nous ont appris que les habitants de la Mecque, les Quraychite, étaient absolument hostiles à cette nouvelle religion et n’avaient de cesse de faire la guerre au Prophète de l’islam et à ses fidèles compagnons. Leur hostilité était tellement virulente qu’elle avait contraint le Prophète et ses compagnons à l’exil vers Médine en 622. Pourchassés par une armée de guerriers fanatisés, le Prophète Mohamed et son fidèle compagnon Abu Bakr furent contraints de se réfugier dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants. Leur capture devenait donc inéluctable, mais c’était sans compter avec le miracle divin rapporté par de nombreux hadiths (paroles et gestes de l’Envoyé de Dieu), parfois sujets à caution, mais peu importe puisque le hadith le dit.

On apprend donc que deux espèces animales vont sauver la vie des deux célèbres fugitifs : l’araignée et le pigeon.

Publicité

Quel est le problème ?

On raconte qu’à l’arrivée de l’armée de poursuivants, une araignée avait miraculeusement tissé sa toile, au pied levé pour ainsi dire, rendant ainsi la grotte inviolée en apparence.

Mieux encore, et pour mieux leurrer leurs poursuivants, un pigeon pondit tout aussi miraculeusement des œufs dans un nid déposé par miracle à l’entrée de cette fameuse grotte. Le tour était joué ; les poursuivants n’y virent que du feu, les deux compagnons eurent la vie sauve et arrivèrent enfin à Médine, où ils reçurent un accueil triomphal de la part des Ansars ( habitants de Médine, amis du Prophète ).

Publicité

Happy end ! on connaît la suite.

Oui ! mais on ne voit toujours pas où est le problème.

En réalité, il n’y a pas de problème, mais il y a une anomalie.

Publicité

Il faut savoir qu’en terre sainte, et dans la plupart des pays musulmans, on protège les pigeons et on les nourrit de grains à longueur d’année, à la grande joie des marchands de céréales, en hommage et par reconnaissance au columbidae qui, par sa présence, avait sauvé la vie du Prophète de l’islam (saws). La considération ainsi manifestée pour le volatile est certes louable pour autant qu’on n’en retienne que la signification symbolique. Mais alors pourrait-on objecter, on devrait réserver le même traitement aux araignées aussi pour services rendus ?

Or les araignées, comme chacun sait, sont comme tous les arachnides, suffisamment autonomes – d’aucuns penseraient orgueilleuses – pour ne pas attendre qu’on les nourrisse. Elles ne demandent rien et n’attendent rien.

Mais alors pourquoi on les tue, on les écrase, on détruit leurs toiles et on les accable de toutes sortes de malédictions, alors que le subterfuge de leur digne représentante était beaucoup plus convaincant que le nid de pigeon et que les spécialistes considèrent que leur leurre est plus trompeur que le nid de pigeon, même garni d’oeufs ?

Nous sommes donc là devant un cas flagrant et scandaleux d’injustice et de reconnaissance à géométrie variable ; autant dire assez éloigné des valeurs de l’islam en matière de justice.

Reste à suggérer très modestement à nos respectables savants religieux de bien vouloir rétablir l’araignée dans ses droits, sans diminuer pour autant les mérites du pigeon. Ou alors ranger cette histoire de miracle, de grotte, de pigeons et d’araignée au rang de l’imagination débridée qui accompagne souvent les crises de foi. Faute de quoi, et qu’à Dieu ne plaise, le risque de Fitna est tout à fait possible pour peu que le clan des colombophiles et celui des arachnophiles en viennent à en découdre.

Quand on pense qu’aujourd’hui on s’étripe pour si peu, il serait temps de mettre bon ordre à toute cette accumulation de malentendus et de non-dits, et de libérer l’énergie de nos jeunes pour des batailles beaucoup plus déterminantes pour leur avenir. Ne serait-il pas plus utile d’orienter leur intelligence vers les défis de leur époque et de les entendre débattre de robotique et d’intelligence artificielle, plutôt que de s’étriper pour savoir si on joue sa place au paradis en entrant du pied gauche dans une mosquée plutôt que du pied droit ?

Saad Khiari
Cinéaste-auteur

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Je conçois parfaitement que l’ironie sur ce genre de sujets puisse être tentante, mais elle fait le jeu de l’abrutissement général en ceci qu’elle ne donne aucune clef pour en sortir. Par conséquent et au lieu de faire toucher du doigt l’absurde en suscitant la réflexion de ses coreligionnaires, elle risque au contraire de provoquer en eux méfiance et repli sur soi et sur « sa paroisse » face à ce qui est pressenti comme une grave dérision de l’Islam et donc comme une hostilité d’ « apostats » contre les « vrais » authentiques label de qualité et agriculture bio musulmans.
    La perversion de la religion de Dieu par les pseudo-ahadiths et l’abêtissement intentionnel, à grand renfort de légendes et de discours apologétiques sur les sahabas pour mieux éloigner de Dieu et de sa vérité est un véritable drame que seul un retour au Coran et à la vérité historique des faits, est en mesure de défaire.
    Avant de revenir à l’épisode de la grotte de thawr, il est nécessaire pour comprendre les versets qui en parlent de se rappeler que Mouawiya a émis quatre décrets ou édits « royaux » pour diminuer l’ennemi mortel Ali par tous les moyens et sublimer les bani oumayya au détriment des Bani Hashim, (notamment l’édit n°3 incitant à faire l’apologie de outhman puis une fois qu’il y a eu un trop-plein de « ahadiths » dans ce sens, l’édit n°4 appelant à « collecter » des ahadiths sur Abu bakr et Omar -non pas pour leurs beaux yeux mais juste pour souligner que leur califat versus celui de Ali était légitime- puis tous les sahabas (y compris Mouawiya et son père Abu soufyan themselves s’entend).
    https://almaliky.org/subject.php?id=1761
    Résultat des courses, il est ancré – chez quasiment tous les musulmans – que « tous » les sahabas sont irréprochables, intouchables, quasi-infaillibles, sacrés.
    Ce n’est pas ce que dit le Coran en maints endroits y compris lorsqu’il rappelle l’épisode de Thawr (voir ci-après):
    Et surtout pas question de dire à un wahhabi que si Abu bakr a eu raison de combattre les apostats qui menaçaient Médine et qui se coalisaient pour certains de manière à attaquer les musulmans, il n’avait aucun droit selon la religion de Dieu et la sunna de son messager, de combattre des musulmans parce qu’ils auraient refusé de donner la zakat en attendant d’en savoir plus sur la prise de pouvoir du calife, ou encore de combattre des apostats qui n’avaient affiché aucun bellicisme ni intention de combattre les musulmans.
    يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا مَا لَكُمْ إِذَا قِيلَ لَكُمُ انفِرُوا فِي سَبِيلِ اللَّهِ اثَّاقَلْتُمْ إِلَى الْأَرْضِ ۚ أَرَضِيتُم بِالْحَيَاةِ الدُّنْيَا مِنَ الْآخِرَةِ ۚ فَمَا مَتَاعُ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا فِي الْآخِرَةِ إِلَّا قَلِيلٌ (38)
    إِلَّا تَنفِرُوا يُعَذِّبْكُمْ عَذَابًا أَلِيمًا وَيَسْتَبْدِلْ قَوْمًا غَيْرَكُمْ وَلَا تَضُرُّوهُ شَيْئًا ۗ وَاللَّهُ عَلَىٰ كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ (39)
    إِلَّا تَنصُرُوهُ فَقَدْ نَصَرَهُ اللَّهُ إِذْ أَخْرَجَهُ الَّذِينَ كَفَرُوا ثَانِيَ اثْنَيْنِ إِذْ هُمَا فِي الْغَارِ إِذْ يَقُولُ لِصَاحِبِهِ لَا تَحْزَنْ إِنَّ اللَّهَ مَعَنَا ۖ فَأَنزَلَ اللَّهُ سَكِينَتَهُ عَلَيْهِ وَأَيَّدَهُ بِجُنُودٍ لَّمْ تَرَوْهَا وَجَعَلَ كَلِمَةَ الَّذِينَ كَفَرُوا السُّفْلَىٰ ۗ وَكَلِمَةُ اللَّهِ هِيَ الْعُلْيَا ۗ وَاللَّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ (40)
    [38] Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous à rester cloués au sol, lorsqu’on vous dit : «Allez combattre pour la Cause de Dieu?» Préférez-vous la vie présente à la vie future? Mais les plaisirs de cette vie ne sont-ils pas bien peu de chose, comparés à la vie future?
    [39] Si vous refusez d’aller au combat, Dieu sévira durement contre vous et choisira un autre peuple pour Le servir, sans que vous puissiez Lui nuire en quoi que ce soit, car Sa puissance n’a point de limite.
    [40] Si vous ne voulez pas prêter assistance au Prophète, Dieu lui a déjà prêté la Sienne lorsque, chassé par les négateurs et se trouvant dans la grotte avec son seul compagnon, il disait à celui-ci : «Ne t’afflige pas ! Dieu est avec nous.» Dieu étendit alors sur lui Sa sérénité, envoya à son secours des troupes invisibles, faisant ainsi échec aux négateurs et assurant le triomphe de la Parole divine, car Dieu est Puissant et Sage.
    Bref, d’abord un sérieux avertissement après les graves tergiversations ayant suivi un ordre direct du messager de se mobiliser sur le sentier de Dieu afin d’aller contrer les byzantins qui levaient des armées pour en finir avec l’Islam (Bataille de Tabuk 9ème de l’hégire et qui n’aura finalement même pas lieu, faute d’adversaire).
    Ensuite l’épisode qui nous intéresse et alors
    1. Il n’est question nulle part de pigeon, de toile d’araignée ou plus généralement de soldats visibles de Dieu mais au contraire de troupes invisibles d’anges.
    2. Pour d’aucuns, la présence même d’Abu bakr avec le messager est une preuve de sa grande valeur or, le tout puissant qui sait très bien ce qu’il fait et ce qu’il dit, rapporte d’abord que le messager a tenté de rassurer son ami c’est donc la preuve qu’icelui était terrorisé, mais surtout Dieu ne dit nulle part qu’il étendit sa sérénité sur celui qui avait peur ou sur eux deux à la rigueur et il ne l’a fait que pour son seul messager, pourquoi d’après vous?

  2. un autre exemple: “celui qui tue un homme,tue toute l’humanité”(Talmud de Babylone,Sanhédrin 37a)
    Quant à la colombe elle a depuis l’aube des temps toujours été respectée par de nombreux peuples ;Grecs ,Egyptiens etc…
    Was salam

  3. Le symbolisme de l’araignée(d’après le site “dico-rêves”)
    Globalement, l’araignée, même si elle répugne à certaines ménagères, a bonne réputation, d’autant que la légende lui attribue un grand rôle dans l’histoire sainte. Parce qu’une araignée avait tissé sa toile à l’entrée de la grotte ou s’étaient réfugiés, pendant la fuite en Égypte, la Vierge et son enfant, leurs poursuivants, croyant l’endroit inhabité, passèrent leur chemin. On notera que d’autres de ses congénères recoururent au même moyen pour sauver, dît-on, le roi David et Mahomet. Selon un récit du Calvados, une araignée tissa sa toile sur les plaies de Jésus pour empêcher les mouches d’approcher. Depuis, elle porte une croix blanche sur le dos : c’est l’araignée porte-croix (Aranea diadema), dont les petites pierres qu’elle a dans le corps étaient portées autour du cou pour se protéger de la peste.
    Les musulmans sont devenus religiocentristes en ignorant leurs aînés
    un autre exemple: “celui qui tue un homme,tue toute l’humanité”(Talmud de Babylone,Sanhédrin 37a)
    Quant à la colombe elle a depuis l’aube des temps toujours été respectée par de nombreux peuples ;Grecs ,Egyptiens etc…
    Was salam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Saïd Branine

Publicité

Irlande : l’institution policière autorise le port du voile dans ses rangs

Zulfirman Syah, l’un des héros du massacre de Christchurch, vient de quitter l’hôpital