in

L’Allemagne lance un programme de bourses d’études dédié à la jeunesse musulmane

Alors que le blizzard du néo-facisme et de l’islamophobie souffle de l’autre côté du Rhin, incendiant des mosquées, fouettant les visages défigurés par la haine et tentant d’engourdir tous les esprits bienveillants, le gouvernement fédéral, dont la chancelière Angela Merkel clamait en octobre dernier que "l’islam a un rôle à jouer dans l’avenir de l’Allemagne", est déterminé à résister aux assauts de l’hiver du cœur.

Comment faire retomber le vent mauvais du nationalisme et faire fondre la glace qui paralyse le vivre-ensemble ? Le poids lourd européen a décidé de miser sur l’éducation afin de donner toutes leurs chances aux jeunes musulmans, grâce à un programme inédit de bourses d’études octroyées aux plus brillants et méritants d’entre eux, tout en incitant ceux qui partent vaincus d’avance à placer la barre du savoir toujours plus haut.

"C’est une première dans l'histoire de l’Allemagne dont nous nous réjouissons", a déclaré plein d’enthousiasme Bülent UCAR, le grand parrain de l’opération et président d'Avicenne Studienwerk, l’institut d’enseignement de référence dédié à la formation des étudiants musulmans, en précisant : "Pour la première fois 65 jeunes musulmans ont obtenu une bourse, un nombre qui devrait s’élever à 500 personnes dans les années à venir."

Une intégration réussie passe par un parcours scolaire sans fautes, sanctionné par des diplômes qui ouvriront des horizons plus radieux, les autorités allemandes sont convaincues de tenir là la parade éclairée contre l’obscurantisme du ressentiment anti-musulmans qui, partout en Europe, plonge les pays dans le noir en gelant les âmes, les bonnes âmes comme les plus asséchées.

Elle a fait partie de la délégation musulmane qui a été reçue lundi, à Berlin, et en grande pompe par des hommes politiques allemands, la rayonnante Rumeysa Yıldız, 28 ans, doctorante en pédagogie à l'Institut de technologie de Karlsruhe, a confié à l’issue de cette journée mémorable :"Les musulmans qui réussissent sont une source d’inspiration lumineuse pour nous tous, et il est souhaitable qu’ils soient plus nombreux à s’illustrer dans tous les domaines de la société."

Dotés d’une précieuse bourse d’études d’un montant de 670 euros mensuels auxquels s’ajouteront 300 euros, les doctorants se voyant, quant à eux, accorder une bourse mensuelle de 1150 euros, les jeunes étudiants musulmans, talentueux et prometteurs, pourront faire des rêves et des projets d’avenir que nombre d’entre eux n’osaient caresser.

A l’heure où la France, qui reste à la traîne de l’Allemagne dans bien des domaines, se recroqueville dans son laïcisme à la seule évocation de l’enseignement du fait religieux à l’école ou de la présence de mamans voilées lors de sorties scolaires, la locomotive de l’UE continue de lui donner de sacrées leçons de tolérance, à l’image des cours coraniques réservés aux écoliers musulmans qui sont dispensés dans ses écoles publiques depuis 2009.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Biélorussie interdit le port du hijab sur les photos d’identité

Fatima Ziati: “J’ai été écrasée et traînée sur 300 mètres par une auto car je portais le voile à Forest”