in

La réforme de l’héritage en droit musulman

Est-il licite de réviser les règles de répartition de l’héritage prescrites dans le Coran pour les adapter aux conditions de vie et aux besoins des femmes dans les sociétés musulmanes du 21è siècle?

A Mme Rachida Benchemsi

Les fondements du partage inégal de l’héritage

L’islam fut un précurseur en matière de libération de la femme. Dès le 7è siècle, il redéfinit son statut au sein de la famille et de la société, et lui donna sa pleine quote-part de droits et de responsabilités. Il procéda à un rééquilibrage des rôles respectifs des époux au sein de la famille, dans le but de permettre à chacun d’eux d’assumer pleinement les responsabilités qui lui étaient attribuées, et de contribuer de manière efficace à l’épanouissement de la cellule familiale et à la consolidation des assises de la communauté. En particulier, l’islam donna à la femme le droit de recevoir un héritage (ce dont elle était privée jusque-là) et de gérer librement tous ses biens.

Le Coran présente à cet effet un tableau détaillé des nouvelles règles de répartition de l’héritage que les musulmans doivent appliquer. Elles sont basées sur trois critères fondamentaux :
le degré de parenté avec le défunt (plus le lien est fort, plus la part augmente) ;
la catégorie d’âge du bénéficiaire (un héritier « jeune » reçoit une part plus importante qu’un héritier d’un âge « avancé » ; ainsi, la fille du défunt hérite plus que la mère ou le père du défunt) ; et
la responsabilité financière qu’a l’héritier de pourvoir aux besoins de sa famille et de ses proches. (1)

Sur la base de ces règles de répartition, au sein d’une fratrie, la fille du défunt reçoit une part d’héritage, contre deux parts pour son frère. Mais, contrairement aux apparences, ce partage inégal n’est pas fondé sur le sexe des héritiers. Il se justifiait fondamentalement, au temps de la Révélation, selon les oulémas, du fait que les héritiers mâles avaient la responsabilité de pourvoir à l’ensemble des besoins de leur famille propre et de certains de leurs proches bien définis, alors que la femme n’assumait aucune responsabilité en la matière et pouvait disposer librement de la part qui lui revenait.

Autrement, sur plus de 30 cas répertoriés dans les règles de partage de l’héritage, il n’existe que 4 cas dans lesquels la femme hérite la moitié de ce qu’hérite l’homme. Dans plus de 8 cas, elle hérite une part égale à celle de l’homme (des parts égales sont attribuées au père et à la mère du défunt, par exemple) ; dans plus de 10 cas, la femme hérite plus que l’homme ; dans différents autres cas, seule la femme hérite. (2)

En établissant ces nouvelles règles, l’islam visait à réparer une injustice, en accordant aux femmes leur part appropriée d’héritage en fonction de leur degré de parenté avec le défunt. Il signifiait ainsi à l’ensemble de la société arabe de l’époque qu’il n’y avait pas de raison que toute la fortune du défunt aille aux mâles de la famille seulement, alors que les femmes aussi avaient des besoins qu’il s’agissait de satisfaire, et qui n’étaient pas nécessairement que de « loisirs ».

Cette redéfinition des droits et ce rééquilibrage des rôles respectifs des hommes et des femmes au sein de la famille musulmane constituaient, à l’époque de la Révélation, une percée révolutionnaire par rapport aux habitudes et au mode de vie traditionnel des sociétés de la région.

La critique contemporaine du partage inégal de l’héritage

Mais, quatorze siècles plus tard, le mode de vie des sociétés musulmanes et les données de la situation ont radicalement changé. Ce qui était indéniablement un grand progrès pour les droits de la femme au 7è siècle, en matière d’héritage, est jugé par de nombreuses associations de défense des droits des femmes comme une grande injustice, quand c’est replacé dans le contexte du 21è siècle. Ces associations réclament donc la révision des termes de répartition de l’héritage dans les sociétés musulmanes, pour les adapter aux conditions de vie et aux besoins des femmes dans le cadre des sociétés contemporaines.

Elles observent ainsi que, de notre temps, dans un ménage, le mari ne dispose pas nécessairement de ressources suffisantes pour pourvoir à tous les besoins de la famille. La femme a souvent besoin de travailler pour contribuer de son mieux aux dépenses du foyer, qu’il s’agisse des achats de nourriture et de vêtements, des règlements de loyer, des dépenses de santé ou d’éducation des enfants, des frais de transport, etc. La liste des obligations du ménage s’allonge constamment, au fur et à mesure de la croissance des enfants, alors que le coùt de la vie ne cesse d’augmenter.

Souvent, le couple procède aussi, quand il le peut, à des investissements, généralement effectués à crédit et remboursables sur plusieurs années (tels que l’achat d’une voiture ou d’un logement, etc.), ce qui nécessite la mobilisation de ressources considérables. La femme est donc appelée, quand elle dispose de ressources personnelles, à contribuer de son mieux à la couverture de ces dépenses.

Par ailleurs, il existe de nombreuses situations où les femmes sont appelées à prendre en charge tous les frais du ménage : en cas de perte de travail de l’époux ; de son décès ; ou en cas de divorce, de répudiation ou d’abandon du foyer par le mari (en lui laissant la charge des enfants), par exemple.

De plus, le raisonnement qui sous-tend le partage inégal ne tient pas suffisamment compte de la situation des héritières quand il s’agit de fillettes et d’adolescentes qui sont encore à la charge de leurs parents (et qui seront, selon les cas de figure, également à la charge de leurs frères qui ont reçu une part double de la leur dans le cadre de l’héritage).

En effet, les frères plus âgés peuvent avoir à subvenir en priorité aux besoins de leur propre foyer, quand ils en ont un. Ils ne vont donc pas nécessairement subvenir à tous les besoins de ces fillettes et adolescentes (nourriture, vêtements, santé, éducation, etc.) jusqu’au jour où elles se marieront avec un homme qui prendra la relève. Au sein d’une telle fratrie, une sœur sera à la merci de son frère jusqu’à son mariage, dépendante de sa bonne foi et de sa bonne volonté, ainsi que de tous les aléas de la vie qui peuvent survenir dans le ménage de ce frère.

Encore faudrait-il que la jeune fille épouse éventuellement un homme riche, ayant des ressources suffisantes pour qu’elle n’ait pas besoin de contribuer aux dépenses du ménage. Or, l’écrasante majorité des hommes et des femmes aujourd’hui ne tombent pas dans ce cas de figure. Un jeune couple a des besoins énormes et des ressources limitées. Une part d’héritage, quand elle survient, est toujours la bienvenue.

D’après les associations de défense des droits des femmes, il n’est plus possible, dans ces conditions, de justifier de nos jours l’inégalité dans le partage par la proposition que c’est l’homme qui prend en charge toutes les dépenses, et que les ressources qu’une femme reçoit dans le cadre d’un héritage ne représentent que de “l’argent de poche” dont elle disposera librement pour ses propres besoins ou ses loisirs.

Notes
(1) Asma Lamrabet, L’héritage : relecture des versets http://www.asma-lamrabet.com/articles/l-heritage-relcture-des-versets/
(2) Tahar Mahdi, La place de la femme dans le droit successoral musulman (2003)

48 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Pour moi la problématique est male posée !

    Déjà, elles partent sur un constat historique bidonné. Où ont-elles vu que les femmes ne travaillaient pas avant ? La couture, cela leur rappelle quelque chose ? Et les femmes docteurs ? Et les femmes politiques ? Et les femmes restauratrices ? Et les femmes commerçantes (l’épouse du prophète sws par exemple) ? Et les femmes capitaines de navire ? etc etc etc Encore des incultes qui ont mangé dans la soupe du “modernisme” ou plutôt de l’idéologie anti-religion. Ce qui est triste, c’est que beaucoup s’y trump. Les femmes ont toujours travaillé, elles n’ont cependant jamais pu réaliser les travaux les plus pénibles. Donc, il ne faut pas trop se la jouer, il y a simplement plus de travail disponible et accessible aux femmes.

    Quelques infos pour ces personnes :
    Je ne sais pas d’où vient cette association mais elles devraient mieux s’informer parce qu’il existe plusieurs manières dans les pays musulmans de faire ce qu’on veut avec l’héritage comme partout ailleurs pour peu qu’on soit prévenant. Le problème semble concerner celles qui sont prises au dépourvu. La complexité des diverses situation peut faire que ces femmes seront contentes quand leur mari touchera une bonne part. Alors qu’elles laissent les musulmans et l’islam tranquilles qu’on puisse parler concrètement surtout que le sujet est complexe et que Dieu swt est beaucoup plus savant.
    Je rappelle que Dieu swt ne loupera personne, ce jour viendra que personne n’en doute. Celui qui ne répond pas à ses obligations pour plaire à Dieu swt comprendra très bientôt.

    Quelques questions en suspend et qu’on esquive à bon escient :
    Sont-elles capables d’assurer la défense d’un pays et sa sécurité interne ? Sont-elles capables d’aller dans les mines, ériger des ponts et travailler en majorité dans le bâtiment, la mécanique, l’aéronautique, les fonderies à la place des hommes ? Ce sont quand même des sujets centraux ! Être médecin, avocate, enseignante ou commerçante ce n’est pas nouveau mais encore faut-il le faire en sécurité et pouvoir se déplacer.
    Pourquoi ne luttent-elles pas pour supprimer la dot versée pour se marier qui est astronomique dans certains pays et qui par contre là ne répond absolument pas à ce qui est recommandé ?
    Quand j’entendrai ces personnes lutter pour la préservation de la famille, pour qu’elle soit plus unie et plus soudée, peut-être que leur doléance prendra la dimension qu’elle mérite i.e. celui de la préservation de la base du tissu social : la famille (notre plus grande épreuve sur terre est la famille pour rappel).
    Pourquoi ne pas lutter pour mettre la pression sur ces hommes afin qu’ils répondent à leurs obligations religieuses (si tant est qu’ils le soient). Il y a beaucoup de femmes qui n’y répondent pas également. C’est un peu trop facile de ne critiquer que les hommes.

    Où cela mène-t-il ?
    Quant à ces femmes qui remettent en question la parole de Dieu swt pour des raisons pécunières de ce bas monde, elles pourront un jour protester devant Lui qu’elles ne s’inquiètent pas. En tous cas, Johny Halliday leur a donné une bonne leçon. Bientôt ce sera Brigitte Bardot qui léguera tout à son caniche qui ensuite léguera tout à la spa. Il ne faut quand même pas oublier les animaux de compagnie. Je pense beaucoup à mon hamster. Non parce que parmi mes enfants, si personne n’est pieux, tout mon héritage ira à mon hamster. Si mon hamster meurt avant, tout ira à une association caritative.

    Plus sérieusement, l’héritage est déjà très bien codifié et très bien équilibré pour peu qu’on le comprenne car il est clair et évident. Chaque héritage est particuliers.
    La doléance de cette association démontre surtout la dislocation de beaucoup de familles. L’héritage rappelle la notion de famille avec piquant. Où se situe réellement le problème ? Est-ce juste une question d’argent ? Comment se fait-il que des femmes aient peur pour leur subsistance ? Comment se fait-il que des hommes viennent prendre leur part et les laisse dans le besoin ? Comment se fait-il qu’on en arrive à une lutte où le débat est l’argent et où les valeurs morales sont mises de côté ?
    On voit bien que le problème est ailleurs et que l’héritage, pour peu qu’il y en est, est un sujet beaucoup plus vaste. Beaucoup de “musulmans” sont déjà loin de l’islam et ils ne s’en aperçoivent même pas. On ne peut plus vraiment parler de musulmans mais de gens du livre, c’est comme ça que l’éxégèse parle, musulman n’est pas celui qui veut mais que Dieu swt veut.
    Que dieu swt renforce les musulmans dans l’islam.

    Allah sait mieux et est plus savant

    • “il existe plusieurs manières dans les pays musulmans de faire ce qu’on veut avec l’héritage comme partout ailleurs pour peu qu’on soit prévenant. Le problème semble concerner celles qui sont prises au dépourvu.”

      Un probleme subsistera tjr, il s’agit surtout des leaders de quelques groupe mis en évidence qui tiennent absolument à montrer au reste du monde qu’ils sont coopératif et parfaitement capable de réformisme du texte sacré comme d’autre l’ont fait avant eux. Les femmes qui rencontrent de réels problème dans leur volonté de contrevenir au lois de dieu ne leur sont qu’un prétexte. Le réformisme est une affaire politique sous couvert de religion adéquat pour le peuple.
      En tout cas c’est la seule conclusion logique aux vues des observations largement soutenue par la réalité exposé des propositions de réforme en propositions de réforme…
      Ajoutez a ça une petite commande de la part du président français macro(n), le mois de jeûne est passé, il avait promis de s’attaquer à l’islam en france, les hérétiques opportunistes s’en donnent à coeur joie, et on a pas fini d’en voir…

  2. Le fait d’octroyer à l’homme la part de deux femmes peut être vécu comme une injustice car de nos jours la femme est aussi chef de famille et souvent indépendante financièrement, dans le coran il n’est pas dit qu’il est interdit de donner la même part voir plus, mes grands parents lors des partages de terres en Tunisie ont donnés naturellement la même part aux filles et garçons, ce que préconise le coran il s’agit seulement du minimum auquel la femme a droit obligatoirement car à l’époque beaucoup ne donnaient rien à la femme et à l’époque cette part minimum obligatoire dont devait hériter la femme était une évolution, c’est comme pour la polygamie bien quil ne soit pas interdit par le coran, il n’est pas interdit de l’interdire surtout sachant qu’il s’agissait d’une pratique culturelle de l’époque et non d’une invention de l’islam.

    • Vous dites qu’il ne s’agit que d’un minimum requis?
      Premièrement vous prêtez des intentions à dieu qu’il n’exprime nulle part et je n’aimerai pas être à votre place d’émissaire entre dieu et l’humanité.
      Deuxièmement pour augmenter ce minimum vous devez diminuez le minimum d’un autre ayant droit selon la parole de dieu. Vous êtes donc injuste et ça n’a pas l’air de trop vous ennuyer…

      Super, vos grands parents ont fait des choix dans leur vies, comme tout le monde, mais ce n’est pas par ce que c’était vos grands parents qu’ils ont fait les meilleurs choix.
      Dans le coran il est zxplicitement dit qui a droit à quoi. Pas la peine de s’imaginer que s’il n’est pas interdit de modifier alors c’est autorisé sinon il ne vous restera plus grand chose du coran et l’on se demandera alors pourquoi dieu à décider d’y inclure des règles à suivre plutôt que de laisser cela au jugement de son prophète qui connaissait mieux que vous son époque. Le problème avec les néo muslim c’est qu’ils croient que leur intérêt dans la vie tourne autour du pognon qu’ils amasseront dans leur poche et se fichent royalement de ce que dieu leur a fait connaître de ses lois et de ses sagesses imperceptibles aux coeurs endurcis.

        • Al ajami propose le même postulat : la réforme du coran. C’est un séculariste, tréd peu pour moi merci.
          Pour un traditionaliste le coran c’est le coran et tout part de lui. C’est à la société de se réformer, pas aux paroles de dieu.
          L’idée de réformabilité du coran sort de la tête des penseurs moderne qui veulent s’intégrer dans ce sue le monde est devenu quand bien même ce monde est une infamie sans nom… la reformabilité du coran n’a aucun fondement et même au contraire dieu donne l’exemple dans le coran des communautés qui ont précédé et qui ont transformé leurs ecritures et les réglementations prescrites, et les condamne sans détour.
          Il est incompréhensible que l’on puisse nier ces faits là et continuer à suivre les mauvais exemple des communautés précédente…

          Vous voulez suivre al ajami grand bien vous fasse. Essayez aussi de lire le coran, sans arrières pensées et de manière totalement désintéressé, vous verrez la différence.

          • mais la société évolue et il s’agit de faire en sorte que des réponses adéquates soient apportées. il est nombre de choses nouvelles apparues depuis l’époque des Prophètes.
            aussi, il est indéniable que la condition de la femme ait évolué en ce sens que de nos jours, elles travaillent et semblent même réussir davantage que les hommes. ce qui était quasiment du domaine “réservé” de l’homme, à savoir la quête du salaire, est désormais tout à fait rempli par la femme. il n’y a d’ailleurs plus de distinction. alors effectivement, il y a certains hommes qui se sentent chamboulés parce qu’ils ne se définissaient que par rapport à ce qu’ils apportaient en termes financiers alors qu’être un homme est bien plus et même totalement différent de ces considérations capitalistes.
            bref, il y a une grosse méditation à faire qui, avec la Grâce de Dieu, pourrait nous permettre d’y voir plus clair non seulement sur les relations homme-femme que sur notre conception de la vie.
            je ne suis pas pour une réforme, je ne suis pas pour le statu quo : je suis seulement pour que la Parole de Dieu se manifeste. peut-être L’avons-nous mal comprise ?

            en tout cas, c’est dommage que vous n’ayez pas cité ce que Al Ajami dit sur le propos (ou proposé un lien), @Nora.. !

          • Vous me faites penser aux Amishs, aux USA, qui vivent encore, comme au 18 ième siecle, dans une societe qui bouge. Bouger, c’ est la vie, resté figé, c’ est la mort. Il faut savoir s’ adapter au choses qui bougent, pour rester en vie. Quand un volcan entre en érution, la geographie des lieux change, et pourtant, la vie reprend ses droits, et, c’ est ien l’ oeuvre de Dieu !
            Donc, si on vous écoutes, vous étes au dessus de Dieu, pour mettre en doute les processus, que lui , donne a la vie ?

          • Déjà il ne suffit pas de lire le coran il faut le comprendre et c’est pas aussi simple quand on sait à quel point l’arabe classique est une langue subtile, bref je n’ai pas lu tout votre commentaire je l’ai survolée car je connais votre type de raisonnement et il ne m’intéresse pas.

          • @ souareba quand vous dites que vous n’êtes pas pour la réforme vous me rassurez. Allah dis que le coran est un rappel pour ceux qui croient, et il ne le dit pas qu’une seule fois même si je n’en ai pas fais le décompte. Il est très clair que la reformabilité du coran est sans aucun fondement mais au contraire est bien fondé que le coran est la base à suivre quand il est clair, mais on préfère nous rapporter qu’il n’est que confusion quand allah encore nous dit qu’une partie est clair et que nous penchons sur les versets équivoque.

            Oui le monde évolue et il évolue dans le sens dégressif par ce qu’il n’évolue pas à la lumière de l’islam. C’est pour cette raison que les musulmans au lieu de vouloir réformer ce qui leur vient de dieu devraient chercher à comprendre ce qui ne fonctionne pas dans cette société, a la lumière de ce que dieu à laissé comme héritage, et réformer les gens, les personnes, les individus, leur faire comprendre qu’ils s’éloignent de dieu…
            tte les histoires relaté par dieu dans le coran mènent sur cette voie mais les réformiste du coran et de l’islam les négligent dans leur lecture biaisé et orienté sécularisme…

            Donner du crédit au moindre réformisme du coran et de l’idéologie islamique est une grossière erreur. Les musulmans ont compris que depuis plusieurs siècles ils n’avancent plus et au lieu de constater que les musulmans s’éloignent de l’islam par ce que les intellos sont incapable de leur donner la substance qui leur permet de s’y accrocher, ils se sont rendus auto suffisant à eux même en prétendant devoir s’aligner au reste du monde qui fait courir l’humanité à sa perte. Le diable maudit veut nous faire croire qu’il est dans l’ordre des choses d’adapter l’islam aux gens par ce qu’il est normal qu’ils soient des adorateurs d’eux même plus que des adorateurs de dieu, et avec les réformistes qui touchent au coran – comme les catholiques ont touchés aux évangiles et les talmudistes à la torah dont dieu nous fait le rappel – il a réussi.
            Moi je dis aux réformistes que s’ils n’aiment pas le coran alors qu’ils l’abandonnent! Il ne leur appartient pas et ils ne lui sont en rien obligé. Ils trouveront dans la littérature mondial moult culture qui les satisfassent bien plus. Les catholiques et les juifs n’attendent plus qu’eux pour donner du crédit à leur propre réforme, mais les musulmans veulent le coran et malheureusement donnent du crédit à ceux qui pensent à leur place alors il est grand temps de faire un tri d’entre tout ces penseurs du dimanche. Il y beaucoup de savant mais il n’y a plus de science du moment qu’on se mit à réfléchir sans considération pour les essentiels de la foi.
            Réformiste = hérétique ! J’ai l’air idiot? Je m’en fiche completement, le coran me donne raison et il n’y a que les névrosés qui ne supporte pas le poid des textes sacrés face à leur maître anti islam qui diront le contraire. Le prophète se faisait caillasser mais eux ne supporteront rien de plus que la bonne tape sur l’épaule pour bon service rendu. Des traître qui certainement croient en l’existance du dieu unique, ont espoir en lui, mais ne l’aime pas pour ce qu’il leur a infligé en leur temps avec le coran.

          • voilà, moi je dis n’être pas pour une réforme mais aussi, je ne suis pas pour le statu quo !
            et comme l’a souligné Nora, il y a des femmes qui sont de facto chef de famille. si donc la justification avancée par beaucoup quant à la répartition des héritages est que l’homme doive percevoir davantage car il a la charge de la famille, il faut donc que, par logique, la femme chef de famille ait autant. sinon, ce n’est pas la véritable justification !
            en bref, je n’appelle qu’à ce que la Parole soit manifestée et je pense que nous ne l’avons pas réellement comprise.

            deuxièmement, il est certes évident que certaines dérives sont le corrélat de l’absence de Dieu en nos vies.
            quant à moi, je connais quelques femmes qui travaillent et veulent impérativement “s’assumer” parce qu’elles disent que les hommes sont des m***** (elles ont souvent l’exemple de leur mère qui vivait avec un pov’ type qu’elle n’aimait plus, etc.). et il faut constater qu’il y a du vrai. aussi, dans la conception même de la masculinité, il me paraît qu’il y a un travail conséquent à faire. on n’est pas un homme parce qu’on ramène le salaire. beaucoup le crurent et voici que la femme, ayant son propre salaire, peut tout à fait se dire à juste titre : “à quoi il sert, surtout que je gagne plus ?”

            c’est donc tout l’ensemble qu’il nous faille considérer. et surtout, en nous vidant la tête de considérations capitalistes.

          • @ souareba je ne dis que cela, qu’au delà de la “considération capitaliste” il y a la “considération humaniste” qui n’aurait jamais dû conduire les femmes à être des chefs de famille et été moins par le moyen de l’apport du salaire qui ne fait pas le chef et, pour comprendre cela, il faut évidemment remettre en question tout les statuts sans exception, celui des hommes et des femmes mais aussi celui des pères et des mères, des frères et des soeurs etc…
            Vous noterez quand même que selon la norme islamique, une femme n’a jms besoin de devenir chef de famille puisque, même livré à elle même face au divorce ou le décès du parent, dieu à obligé d’autre tutorat. Mais la réalité est telle que ce sont ces femmes qui rejettent les injonctions islamique et leur raison importe peu dans ce résonnement puisque nous y incluons la remise en question de tout le monde y compris des potentiel tuteur. Donc le coup du “les hommes sont ceci et cela” ne vaut absolument rien. Ce sont aussi les mères d’hier qui ont fait les hommes d’aujourd’hui alors à qui la faute? La n’est plus la question…
            Bref! la société musulmane va mal par ce qu’elle refuse de voir ses manquements et persévère à croire qu’elle n’ira mieux que lorsqu’elle aura enfin réussi à faire disparaître le coran de son existance. Donc, les débats et le questionnements sont ouverts, ils l’ont toujours été, et ce sont les intellos qui refusent de les envisager autrement que par la réforme du coran, en somme qui ont échoué avant même d’avoir commencé, par ce qu’ils ont usurpé leur statut qu’en montrant patte blanche et sans réelle ms convictions.
            Et après ça on se plaint que des gens comme moi s’insurgent de voir des hypocrites lâche et menteur faire disparaître l’héritage coranique et islamique dans son ensemble au profit d’un vulgaire et hérétique réformisme du sacré…
            Nanita ne se rend pas compte du haut de son piédestal fantastique qu’elle touche quelque chose de réel et pourtant la laisse loin du compte. Il y a des musulmans qui ont un problème avec la communauté musulmane par ce qu’elle est à la ramasse et elle refuse tjr de changer la voie hérétique qu’elle a emprunté au profit de la voie de dieu. Le prophète avait prévenu du temps où tenir à sa religion serait comme tenir une braise dans le creux de la main, mais ils sont aveugles et à partir de la il est temps de déclarer le réel c’est à dire l’hérésie.

          • vous parlez de la «considération humaniste» mais qui l’a, de nos jours ?
            il faut bien avouer que partout sur Terre, c’est l’Argent qui est notre Dieu, faisant que des femmes choisissent leur époux notamment sur cette considération, qu’inversement des hommes se sentent hommes en tant qu’ils disposent d’unités monétaires, que des oulémas vendent leurs services et fatawas accommodantes…
            j’ai un exemple très proche d’une mère de famille ayant 5 enfants. elle est divorcée car le père s’est remarié avec une jeunette et parce qu’il avait une conduite réellement exécrable. et pourtant, le père est musulman. voyez… cette mère est donc chef de famille et ce genre de situation n’est pas un épiphénomène !
            quant au ‘tutorat’ dont vous me parlez, je n’en connais l’étendue.

            bien entendu, je ne cherche pas à désigner de coupable. ce ne sont pas les hommes les responsables, ce ne sont pas les femmes les responsables. c’est une dialectique qui, avec ses instances contradictoires et sa logique interne, nous conduit à notre situation présente.

            sinon, je suis de votre avis quand vous dites que certains oeuvrent pour que le Coran soit conforme à leurs désirs. en effet, c’est l’un des problèmes : puisque nombre d’oulémas réduisent leur activité à un défilé youtubique, instagramique, snapchattique, facebique, etc. consistant à «c’est halal/c’est haram» sans explication des fondements, il faut qu’on en arrive à tout un délire généralisé faisant que le Coran est vu tel un Code Pénal et que, ainsi que nous le faisons avec nos lois, nous en venions à en élaborer de nouvelles et abroger celles ne convenant plus avec nos désirs présents.

            bien que je sois contre le réformisme réformiste, je dois toutefois vous dire qu’en vous limitant à n’appeler qu’à la préservation de structures traditionnelles, vous induisez ce réformisme réformiste si vous ne parvenez à proposer de réponse adéquate aux défis du temps contemporain.
            pour illustrer : la France avait un roi catholique, lieutenant de Dieu sur Terre, la France l’a exécuté. ceux qui sont royalistes font doucement rigoler de nos jours et la République prospère.
            j’espère que vous comprendrez ce que je veux dire ici !

          • @ souareba je comprend très bien ce que vous dites. Il est clair qu’il y a des réforme à mené et c’est ce que nous disons tout les deux depuis le début de notre échange. Mais ça ne justifie pas que ces réformes soient portés au niveau du coran. L’exemple que vous donnez du roi catholique français est justement une preuve contre la france dans le sens où elle prospère oui mais à un très mauvais prix, et le recul que nous a donné le temps nous fait comprendre les mauvaises décisions qui ont été prise par le passé.

            Ceci dit je n’appelle pas qu’à la préservation du sacré, mais je ne suis pas l’intellectuel qui a pris la parole en promettant des solutions, donc ce n’est pas à moi de faire le travail. Je suis parfaitement à ma place quand je ne fais que dénoncer une dérive, et c’est déjà une dérive en soit que de proposer tout le temps des alternatives par ce qu’on est pas capable de solutionner une problématique existante. Alternative + alternative + alternative + ….. = problématique de fond tjr existante mais en plus on a perdu le fil de cette problématique en le laissant disparaître au milieu des problématique apporté par chacune des alternative…

          • au contraire…
            si vous laissez la pensée à de prétendus spécialistes, vous n’aurez rien de bon…
            est-ce un hasard si des oulémas autorisèrent l’usure (ok, avec de prétendues conditions, mais essentiellement : ils l’autorisent!) ?
            est-ce un hasard si des oulémas se lancent dans la finance faussement islamique mais vraiment pécheresse ?
            et bientôt, la GPA pourrait être permise aussi en se fondant sur quelques versets du Coran !

            ne leur laissez donc pas le monopole de la pensée et de la réflexion ! c’est parce que nous tous avons démissionné que nous en sommes là aujourd’hui. car je ne doute pas que Dieu plaça en chaque humain de quoi penser adéquatement. il y a juste les humains qu’on pourrait qualifier d'”arrêtés” en ce sens qu’ils ont renoncé à tout ce qui était hors de leur petite sphère égoïste ; enfin il y a les “devenants” qui avancent et progressent et qui jamais ne se couchent devant l’autorité des oulémas (ou autre).

          • @ souareba sincèrement je ne pense pas qu’il faille y voir une quelconque démission mais, de fait, je ne crois pas que les choses puisse s’améliorer, que l’on est plus de bénédiction de la part de dieu aujourd’hui qu’hier, et que l’on voit s’élever en masse des voix suffisante pour contrevenir aux projets de réformisme du coran qui a déjà prit son cour partout dans le monde…
            Gandalf (suis fan! Pour ceux qui connaissent) disait “les choses en mouvement ne peuvent être stoppé” et cela illustré parfaitement l’état des choses actuelles.
            Pour moi l’importance et d’élever la voix contre se réformisme du sacré afin que les usurpateur sachent que de toute maniere ils auront à se co front et à des musulmans qui ne l’entendent pas de cette façon, et surtout que cela ne leur servira pas d’excuse devant dieu.
            En ce qui concerne une éventuelle lutte uni contre des usurpateurs, il n’y a pas de khilafat, donc il n’y a pas de lutte possible. Vous voulez peut être que je me réclame le roi aussi? Je plaisante, je sais encore faire jusqu’à présent…

          • Mithrandir, dont je suis un inconditionnel (sans kufr, bien entendu XD), a aussi dit «l’arrivée de Merry et Pippin sera un peu comme la chute de petites pierres qui déclenchent une avalanche dans les montagnes» (Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours, CD1, Version longue) lol
            le Califat n’est donc nullement nécessaire à ce que nous élevions la voix. ce que je dis, c’est qu’il faille l’élever seulement avec des arguments efficaces et surtout ne jamais appeler au maintien du statu quo car alors, on agit de fait contre ce que l’on avait en vue de faire. hélas, dans cette discussion-ci, il n’y a pas eu tellement d’arguments échangés. par suite, vous qui vous opposez au réformisme réformiste, vous avez déjà perdu.
            et vous avez une nouvelle fois déjà perdu si vous donnez à d’autres le monopole de la réflexion.
            mais vous avez gagné si vous faites ce que Dieu attend de vous, à savoir propager le Bien. nous n’avons qu’une obligation de moyens à ce propos, et non de résultat. soyons donc Merry et Pippin : peut-être que les Ents viendront aussi. et s’ils ne viennent pas, on aura au moins fait ce que nous nous devions de faire.

          • @ souareba vous l’avez suffisement t répété pour que je vous certifié que je l’ai bien compris : vous n’êtes pas pour le maintien du statu quo. Je vais maintenant vous proposez la question autrement, prendriez vous la responsabilité vous même de réformer la lettre coranique à défaut de pouvoir réformer les individus? Si oui alors vous êtes autant pour la réforme que les sécularistes réformateur, mais vous avez déjà certifié que non et donc vous devriez vouloir la même chose pour vos frères que ce que vous voulez pour vous même à savoir que leur coeur ne s’éloignent pas de la voie de dieu.
            Pour autant il faut faire un choix et vous maintenant ne pas vouloir maintenir le statu quo, et pour se faire vous affirmez qu’il faut lever la voix ce que nous faisons ici. Je réitère mon proposte de dire que sans khilafat, pas d’union dans la bonne voie face à ceux qui sont déjà unis dans la mauvaise. Si nous apportons la pierre à l’édifice en levant les voix disparates que nous sommes, de mon point de vue cela n’aura pour effet que d’éclairer quelques ouailles tout aussi disparate mais n’empêchera en aucun cas les hérétiques usurpateur de continuer ce qu’ils ont déjà commencé.
            Donc, puisque d’un côté nous ne pouvons stopper ce qui est déjà lancé et dont nous ne voulons prendre part et, de l’autre, ne voulons maintenir le statu quo qui a déjà montré ses limites, comment fait on avancer les choses concretement vers la réforme des individus alors que personne n’a réussi avant nous? Vous nous dites lever la voix, nous vous répondons de constater que ça ne fonctionne pas étant donné les avancés des réformes… Quoi d’autre?

          • @Hanatalem et @Souaréba
            J’ai lu vos commentaires que je trouve intéressant au demeurant. Permettez-moi d’y apporter ma contribution. L’islam est suffisamment ouvert et bien compris pour que tout le monde s’y retrouve. Le problème n’est pas l’islam mais la pression mondiale sur les musulmans qui sont affaiblis. On pense trop en fonction “de” au lieu de penser tout court. L’islam est composé des plus vieilles civilisations que la terre ait portées. Il ne faut pas s’inquiéter. Les actions à entreprendre me paraissent claires :
            1 – Travailler sa raison et sa foi continuellement, avec patience et rigueur
            2 – Fonder une famille et s’en occuper le mieux possible
            3 – Rétablir et approfondir le tissu familial du mieux qu’on peut avec ceux qui le veulent
            Ces trois devoirs et obligations sont déjà très constructeurs. Avec une bonne base familiale, la société revit toute seule et chaque individu se renforce (en sociologie, c’est parfaitement connu et étudié). Ce n’est qu’avec des familles solides et unies qu’une société se renforce. On pense trop d’individus à individus au sein de la société alors que de famille à famille c’est démultiplié. Individu + individu = famille >>>> famille + famille = groupe social >>>> groupe social + groupe social = société. L’unité sociétal est la famille et pas comme on tente de nous le faire croire l’individu.
            Ce n’est pas pour rien si l’organisation de la société dite moderne et la propagande sont faites pour désagréger la famille. L’individu devient ainsi une proie plus facile, plus manipulable et plus maléable pour les capitalistes. Le fait qu’il semble y avoir une contraction de musulmans mu’umin n’est pas aussi évidente. D’ailleurs, les relations sociales sont devenues si superficielles qu’il est difficile de réellement s’en apercevoir.
            Dans les premiers temps de l’islam, les musulmans pouvaient être minoritaires dans un pays mais la population préférait les voir diriger car leur qualité et leur valeur étaient reconnues et appréciées. Alors que les hypocrites prenaient leurs apparâts de musulmans pour plaire et masquer leur bassesse morale, il semble simplement qu’ils ont, de nos jours, l’occasion d’être eux-mêmes. C’est une très bonne chose ! Laissons les courir à leur propre perte. En plus, les musulmans mu’umin se reconnaîtront d’autant plus facilement. Celui ou celle qui veut vraiment connaître sa religion, il la connaîtra. La dernière communauté sera au moins aussi bonne que la première. Laissons le temps faire, pârons-nous des plus beaux attributs : la famille, le devoir, la patience, l’altérité, la justice etc etc car c’est ce qui est le plus difficile à accomplir réellement puisque le reste vient tout seul par la suite. N’oublions pas que nous serons tous seuls devant Dieu swt le Jour de Son Jugement.

            Le reste appartient à Dieu swt. C’est lui qui donne le pouvoir et la puissance à qui Il veut et le retire quand Il le veut. C’est du shirk de croire autre chose. Cette période de l’histoire n’est qu’une épreuve pour notre foi. Saurons-nous chacun à son niveau, répondre du mieux qu’on peut à cette époque tout en préservant notre foi et apporter le bien à l’humanité avec le respect de la diversité si cher à notre prophète sws. Nul doute que oui puisque Dieu swt nous le dit. Il ne laissera pas un savant sans qu’il en existe l’équivalent parmi Ses serviteurs et en réalité les musulmans vivent mieux par la paix d’Allah qui n’abondonne jamais ses serviteurs.

            Lah ibark fikoum
            Salam

          • nous ne sommes responsables que de nous mais parce que l’Islam l’impose, nous devons recommander le Bien et réfuter le Mal. par suite, si vous voulez défendre ce que vous croyez être exact, il faut que vous argumentiez et non que vous attendiez le retour du Califat ni que vous abandonniez la réflexion à d’autres.
            ici, il n’y a qu’une obligation de moyens.
            le Coran recèle d’ailleurs d’exemples qui montrent bien que même à un petit niveau ou faibles, nous pouvons agir et changer bien des choses. Jonas (pbsl) est allé à une cité de plusieurs milliers d’habitants qui tous crurent en Dieu ; et pourtant, Jonas était seul. David vainquit Goliath par la Volonté de Dieu. bref, ne nous décourageons nullement.
            de plus, l’on peut bien avoir un calife sans qu’il soit reconnu. Daesh a bien intronisé un terroriste comme calife. le reconnaissez-vous ?
            je préfère attendre le Messie, car il est certain que sa venue permettra de distinguer adéquatement les bons des mauvais. un calife, de nos jours, ne sera point écouté.

  3. Les “exégètes” modernes veulent tordre le cou à l’islam pour réaliser leurs désirs du moment: l’égalité des femmes par ci, le progressisme par la, le droits des homosexuels encore, et maintenant l’héritage. Demain qu’en sera-t-il ? Le droits des plantes, des transsexuels et autres nouvelles perversions qui leur seront venues à l’esprit. Ces gens là ne suivent pas l’islam mais ce sont des adeptes du libéralisme sans le savoir eux mêmes.

    Il faut savoir ce que l’on veut dans la vie, suivre ses passions ou suivre la loi de Dieu.
    Pour finir, un petit rappel de la sourate al Maidah aya 44 : “Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.”

  4. ce qui est dommage sur internet, c’est qu’on puisse y trouver matière à débat intéressant et que très vite, l’échange se pourrisse en invectives, attaques personnelles, moqueries ou non-réponses..
    pourtant, il y avait vraiment là de quoi penser puisque vous êtes deux et d’un avis contraire.

    c’est vraiment dommage.

    • Comme vous le dites on est sur internet et plus précisément sur oumma. Le débat est libre et vous pouvez donc donner votre avis sans juger du conditionnement de l’échange des autres.
      Ne faites pas votre outragé, vous savez déjà que rien ne va plus dans les échanges entre musulmans, ce n’est pas nouveau, et c’est pourquoi il faut commencer à s’intéresser à la forme plus qu’au fond.

    • je comptais précisément me faire un avis en lisant les diverses contributions.

      et si l’on veut que le débat prenne place, il faut que tous ne considèrent que le fond et non la forme.

      • Erreur de ma part, je voulais évidemment dire qu’il faut se pencher sur le fond plus que sur la forme comme je l’avais déjà exprimé auparavant.

  5. @nanita Écoutez vous l’avocate faire son plaidoyer… mais votre simulacre de procès est inutile lorsque vous avez deja gagné ce monde ne vous en faites donc pas.
    C’est par ce qu’elle s’éloigne de dieu que l’humanité cour à sa perte et connaîtra bientôt l’heure. Pas par ce qu’elle s’en rapproche. Les traditionalistes s’en rappellent, les sécularistes s’enorgueillisent à sa simple évocation.

    D’ailleurs vous m’avez bien fait marrer avec votre “ideologues qui veulent saccager la famille musulmane” alors que tout le monde constate depuis quand la famille musulmane commence à n’avoir plus aucune valeur pour les hommes comme pour les femmes et tout ça au profit des individualités, c’est à dire depuis que les sécularistes au modele occidental s’y sont immiscés prétextant un soutien aux femmes. D’ailleurs vous vous n’êtes pas une “ideologue” lorsque ça vous arrange par exemple pour déterminer que “la mort des palestiniens au combat est obligatoire” (sic!).

    Le colonisateur du passé que vous avez pris l’habitude de critiquer et qui a gravé en vous votre plus grande nevrose était le premier à se servir des femmes pour détruire le modèle de la famille musulmane ayant bien compris le pivot qu’elle était pour la famille et la famille pour la société. Croyez bien que vous en êtes la digne héritière, de votre colon favoris tant détesté et pourtant tant aimé, des je t’aime moi non plus à ne plus savoir où regardé…

    C’est par ce que le statut de la famille n’est plus ce qu’il était en France à l’époque où elle fut forte et solide que l’islam à pu entrer dans les chaumières et atteindre les coeurs avec ses nouvelles promesses. Changez ce qui donne de l’espoir au convertis lorsqu’ils commencent à entrevoir les problèmes de leur société et vous ne récolterez que des crédules qui ne voient pas qu’ils changent de modèle pour le même mais avec un autre nom usurpé et saboté. Ah, tiens donc, c’est déjà ce qui se produit pardon, et on comprend tjr pas pourquoi les plus touchés et les plus affaiblies se radicalisent, mais en fait on cherche pas vraiment…

  6. Pour un musulman la references c est le Coran et non pas les progresiste qui un jour demanderont pourquoi pas le mariage pour tous au nom de l egaliter etc. Le Coran a ete penser pour l eternite’ par Dieu et non pas pas tel ou tel personne.

  7. La relecture des règles de droit concernant l’héritage en droit musulman est légitime, urgente et bienvenue. Elle doit être laissée aux praticiens du droit et aux législateurs de chaque pays musulman versés dans l’exégèse des versets coraniques et de la sunnah . En aucun cas elle ne doit être laissée aux idéologues et aux casseurs malveillants dont le but n’est que de saccager la famille musulmane qui jusque-là a résisté à leurs coups. Le droit positif de chaque pays s’est d’ailleurs depuis longtemps affranchi de règles non pas archaïques mais tombées en désuétude face à un changement d’époque et de mentalité , comme il en existe dans tous les Droits. Par exemple l’adoption est interdite en Droit musulman pour éviter la confusion de parts, ce qui sensé. De nos jours droit positif Algérien, je ne sais pas ce qu’il en est dans les droits Turc, Indonésien, Syrien ou Sénégalais, elle a été remplacée par des dispositions qui se rapprochent le plus possible de l’adoption mais sans jamais s’y identifier tout en en prenant le meilleur comme donner son nom à l’enfant pour éviter qu’il se sente discriminé et en confirmant son droit à l’héritage . Tout est donc question d’équilibre et de mesure exactement comme l’est notre religion. Seul le e droit des soeurs , et non pas celui de toutes les femmes qui, comme le précise l’article ne sont pas toutes l’objet de discrimination , doit être amélioré dans le sens de la justice sachant que les frères ne se sentent plus tenus envers leurs soeurs et peuvent même leur être contraire. Il faut donc une évolution de la règle de droit dans le sens de la protection des filles face à leurs frères dans le partage de l’héritage de leurs parents. Il y a un autre problème épineux et important plus difficile à régler c’est celui de l’irruption des héritiers aceb qui peuvent être de lointains cousins dans une succession dans laquelle on ne compte pas d’héritiers mâles. Des filles doivent pouvoir hériter seules de l’héritage de leurs parents sans qu’un homme que souvent elles ne connaissent pas, vienne leur prendre le pain de la bouche alors qu’il n’a eu aucune obligation à leur égard.

    • Vous avez deja gagné ce monde ne vous en faites donc pas.
      C’est par ce qu’elle s’éloigne de dieu que l’humanité cour à sa perte et connaîtra bientôt l’heure. Pas par ce qu’elle s’en rapproche. Les traditionalistes s’en rappellent, les sécularistes s’enorgueillisent à sa simple évocation.

      • C’est censé répondre à mon post ? Je donne ma langue au chat ! Rien, mais alors je n’y comprends que couic ! Voudriez-vous, dans votre infinie bonté , être un peu moins ésotérique et m’expliquer le fond de votre pensée afin que je ne meure pas idiote ? Quelque chose me dit que vous n’êtes pas vraiment un musulman mais quelqu’un qui use de textes qu’il connait par l’étude sans adhérer à leur esprit. Peut-être que je suis injuste!! Dans ce cas pardonnez-moi par avance.

        • Vous n’êtes pas injuste, vous avez juste choisi votre axe de pensée et, si je raisonnai comme vous je dirais aussi que vous n’êtes pas musulmane par ce que votre foi n’est pas orienté comme la mienne.

          J’ai envoyé un autre message pour vous répondre mais visiblement les miens mettent plus de temps à être valider que les vôtres. Tout du moins quand ils le sont…
          Je renvoi le message de suite et qui vivra verra…

          • Je n’ai pas visé votre foi qui m’importe peu mais l’orientation que vous donnez aux textes que vous interprétez avec une fantaisie proche de l’irrévérence et cela seul un non musulman , savant, brillant usant et abusant des concepts et sans proximité réelle avec l’Islam, le fait . Vous me faites penser à ces intellectuels juifs qui jonglent avec les textes islamiques et s’en moquent avec beaucoup de maîtrise et leur font dire ce qu’ils veulent pour troubler la foi justement des musulmans sincères.

          • Émettre la possibilité que je puisse ne pas être musulman est déjà là moitié d’une excommunication. Vous préférez frôler l’accusation, mais vous explicitez clairement que j’agis comme un non musulman ce qui fait pencher la balance vers votre volonté à me voir comme tel.
            Vous ne comprenez donc pas grand chose aux traditionalistes sinon ceux qui vous ont été mis sous le nez avec la bataille qui se joue entre salafi et ikhwani…
            Moi je m’intéresse de plus ou moins près aux modernisme séculier et j’y vois de graves manquement à la foi en ce qui est existant et venant de la part du dieu unique, plus que des mensonges et une absence de foi musulmane totale.
            Bref!
            Cette fois est celle du traditionaliste qui ne craint en rien d’être regarder de travers, et pour qui les textes sont les textes qui renferment une sagesse même si elle est insaisissable pour vous, et pas le début d’une ébauche réformable à souhait par l’homme, ou plus précisément le dit musulman, en fonction de ses nouvelles tendances séculières.

          • J’oublie encore de répondre sur une partie de votre propos…
            Vous me comparez aux intellos juifs… non seulement c’est trop d’honneur neurones pour moi n’étant pas un intello du tout mais néanmoins quelqu’un qui réfléchi, mais en plus il faut se poser là bonne question : qui d’entre vous et nous se conduisent comme les juifs qui ont trahi dieu depuis longtemps en manipulant leur propre texte et en les réformant à travers leurs exégèses sécularisés ? La réponse est si évidente…

            Vous trouvez que je fais défaut à l’islam? Mais personne ne peut faire défaut à l’islam, on ne peut faire défaut qu’à soi même et pour cela il faut savoir regarder qui lit l’islam en diagonale et qui lit spirituellement.

          • Définitivement je suis persuadée que vous êtes un “jésuite” versé dans les écritures quelles qu’elles soient avec la distance d’un athée ou d’un entomologiste qui scrute un insecte . Vous vous croyez intéressant détenant la science, vous ne l’êtes pas .Je ne vous répondrai plus.

          • Mais vous avez déjà montré votre manque de perspicacité et de connaissance quant à la spiritualité musulman donc ce que vous imaginez vous savez……..
            Vous ne voulez pas répondre par ce que ce n’est pas la vérité qui vous intéresse mais votre petite personne égocentrique. Vous vous plaisez comme cela, c’est le principal n’est ce pas!

          • J’ai dit à plusieurs reprises que vous n’étiez pas musulman mais à aucun moment vous n’avez protesté en AFFIRMANT que vous étiez musulman. La cause est donc entendue. En fait, vous n’avez rien à faire sur ce site et certainement pas pour donner des leçons de spiritualité islamique aux musulmans ou donner votre avis autorisé sur leurs textes sacrés ni sur le fond ni sur la forme. Après analyse de la structure de votre pensée et vos éléments de langage , il est clair que vous êtes l’hôte d’une Yeshouva juive , ce qui en soi n’est pas une tare mais ne pas l’avouer c’est faire preuve de duplicité.

          • Lol vous êtes totalement ridicule! Je ne vous dois rien moi madame. Maintenant en revanche je sais où se trouve votre accusation.

            Dans la même veine et pour me mettre à votre niveau, il sont où vos salam et vos bismillah lorsque vous vous adressez à la plèbe et que vous prétendiez vous exprimer au sujet de dieu et de l’islam?

            Admettons que vous auriez vu juste et que je sois juif… vous ne devez pas connaître le grand algérien qui a dit “la vérité on la prend d’où qu’elle vienne” et en ce qui vous concerne il est clair que je vous ai touché.

            Vous voulez paraître intelligente mais vous ne savez faire que manier la langue. Sur le fond c’est zéro pointé et sur la perspicacité on a percé le fond…

          • Vous devez confondre. Je n’ai jamais utilisé les mots salam et bismillah qui seraient tout à fait incongrus dans un débat juridique. Ce n’est pas le fond qui a été percé mais vous: vous êtes un usurpateur de titre et vous n’arrivez pas à vous sortir du piège dans lequel vous vous êtes fourré. Vous m’avez donné le titre d’avocate par dérision mais j’ai été juge aussi , un métier qui permet de débusquer facilement les dissimulateurs et leurs élucubrations. Et comme s’il n’y avait pas suffisamment de prix Nobel que vous appelleriez à la rescousse alors que vous en avez tant, vous citez “un Algérien” de votre invention et vous lui faites dire encore une maxime de votre cru! Allez, cachez vous vous êtes complètement discrédité et disqualifié . Je me demande même si vous n’êtes pas un robot de Bibi tant votre discours ressemble à une marmelade.

          • C’est ce que je dis, vous êtes une oratrice par expérience et rien d’autre… juge, avocate… vous épatez la galerie avec de beaux discours et après… bah après rien, du vide, des mensonges et des infamies…
            Vous ne vous connaissez pas vous même et prétendez à me connaître moi de derrière un écran?
            Je vous le répète je ne vous dois rien, vous n’êtes qu’un moulin à parole au même titre qu’un dictionnaire pour moi mais pas une encyclopédie. Quant au grain qui sort de votre moulin il est pour sur indigeste et malsain pour la société et la postérité tant il pollu le terreau dans lequel il a vu le jour, et trahi dieu depuis le jour où vous avez mis la main dessus.

            Cela fait plus d’une décennie que je suis officiellement entré dans l’islam et je me targue de savoir que ma candidature ne vous plaisant pas vous soyez tombé si bas, vous l’héritière d’une culture plus que d’une religion.
            Vous etes si fragile et vous n’êtes rien pour moi mais, aigri et morose comme vous l’êtes, vous n’êtes rien pour personne je crois.

            Allez, le descendant de la france blanche colonisatrice vous salue algérienne névrosée au fier front menteur, au toupet victimisateur.

        • Mais combien avez vous de plus que les 60 années pour vous conduire de cette façon madame? vous êtes pathétique, à voir du côté de la sénilité… il est l’heure des médicaments, que quelqu’un appel le médecin et vite!
          Nan mais ok pour les anciens mais les sages, pas les hystériques névrosés au bord de la sénilité…

        • La machine se déglingue ! On n’a pas appuyé sur le bouton de la bonne réponse : “Nanita ne se rend pas compte du haut de son piédestal fantastique qu’elle touche quelque chose de réel et pourtant la laisse loin du compte.” Quésaco?

    • Écoutez vous l’avocate faire son plaidoyer… mais votre simulacre de procès est inutile lorsque vous avez deja gagné ce monde ne vous en faites donc pas.
      C’est par ce qu’elle s’éloigne de dieu que l’humanité cour à sa perte et connaîtra bientôt l’heure. Pas par ce qu’elle s’en rapproche. Les traditionalistes s’en rappellent, les sécularistes s’enorgueillisent à sa simple évocation.

      D’ailleurs vous m’avez bien fait marrer avec votre “ideologues qui veulent saccager la famille musulmane” alors que tout le monde constate depuis quand la famille musulmane commence à n’avoir plus aucune valeur pour les hommes comme pour les femmes et tout ça au profit des individualités, c’est à dire depuis que les sécularistes au modele occidental s’y sont immiscés prétextant un soutien aux femmes. D’ailleurs vous vous n’êtes pas une “ideologue” lorsque ça vous arrange par exemple pour déterminer que “la mort des palestiniens au combat est obligatoire” (sic!).

      Le colonisateur du passé que vous avez pris l’habitude de critiquer et qui a gravé en vous votre plus grande nevrose était le premier à se servir des femmes pour détruire le modèle de la famille musulmane ayant bien compris le pivot qu’elle était pour la famille et la famille pour la société. Croyez bien que vous en êtes la digne héritière, de votre colon favoris tant détesté et pourtant tant aimé, des je t’aime moi non plus à ne plus savoir où regardé…

      C’est par ce que le statut de la famille n’est plus ce qu’il était en France à l’époque où elle fut forte et solide que l’islam à pu entrer dans les chaumières et atteindre les coeurs avec ses nouvelles promesses. Changez ce qui donne de l’espoir au convertis lorsqu’ils commencent à entrevoir les problèmes de leur société et vous ne récolterez que des crédules qui ne voient pas qu’ils changent de modèle pour le même mais avec un autre nom usurpé et saboté. Ah, tiens donc, c’est déjà ce qui se produit pardon, et on comprend tjr pas pourquoi les plus touchés et les plus affaiblies se radicalisent, mais en fait on cherche pas vraiment…

  8. Avec le coran dieu à “parachevé” la religion et donné la voie à “suivre”. Vous en faites une religion inaccomplie qui auraient vocation a donner tjr plus de droits aux uns au detriment des autres, qui doit changer au grès du temps qui passe alors qu’il a subit l’impact des ignorants en matière d’humanité dans son entiereté c’est à dire un ensemble d’hommes, de femmes, d’enfants et de personnes âgées qui sont sensés avoir appris des uns pour apprendre aux autres.
    Mais en islam avant le droit des femmes, dites moderne qui se veulent indépendante alors que même l’homme ne l’est pas vraiment sauf dans l’esprit des ignorants et des plus réfractaires à l’islam, il y a le droit de la famille, ce code qui englobe toute les règles qui sont bafoués ici. Le droit de la famille c’est le droit que chacun au sein d’une même maisonnée a de voir chaque autre à sa place pour ne pas entraver la sienne. En ce sens, les hommes à la finance, les femmes à l’intendance, et dans un même sens, les pères à la finance, les mères à l’intendance, et encore les frères à la finances les soeurs à l’intendance, les oncles… les tantes etc… c’est le chemins que dieu à donné de suivre aux musulmans car c’est plus pur pour eux, et au lieu d’exploiter cette ligne directrice on prétexte qu’il existe des cas différent pour changer les lois et de ce fait laisser la société se transformer en ce qui causera sa propre perte, mais c’est déjà nier et même avoir oublié que s’il existe des cas différent c’est par ce que ces cas ont eux même rejeté la voie donné par le coran et surtout qu’on leur a donné et inculqué le moyen de le faire.
    J’ai parlé ici du droit de la famille, je vous passe le droit de la société ou chacun a le droit d’être assuré que chacun est à sa place et ne vienne pas empiéter sur ses acquis sociaux, comme par exemple cet homme qui croit se marier avec une femme mais au final se retrouve divorcé avec 4 enfants qu’il voit de loin par ce que son ex épouse “a des droits de femmes libre par ce que c’est une femme et lui n’est rien qu’un homme”.

    Les sociétés occidentales ont montrés ce chemin depuis des décennies et leur déclin sociétal suit son cour. Le bon et docile musulman, suivant le chemin du maître qu’il s’est acquis en oubliant le seul véritable maître qui existe pour ce monde, court à sa perte en poursuivant toujours les chimères de ceux dont il prend l’exemple…
    What else? à quand les mariages homosexuel dans la digne continuité de la reformabilité du coran? That is the question! Réformez vous vous même avant de vouloir toucher une seule lettre de la parole de dieu quI n’a de valeur que par ce qu’elle est accompagné de toute les autres lettre qui lui donne son contexte d’accomplissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une jeune femme convertie à l’islam explique à sa mère les raisons de son choix

Roger Waters des Pink Floyd soutient BDS