in ,

La calligraphie arabe bientôt inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco

Erigée en art millénaire majeur dans une galaxie musulmane qui, dès l’avènement de l’islam, au VIIe siècle, s’appliqua avec une rare minutie à sublimer les sourates du Noble Coran, la calligraphie arabe, dont les élégantes arabesques émerveillèrent Picasso, sera prochainement inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

Sous l’égide du ministère saoudien de la Culture et en partenariat avec l’Organisation de la Ligue arabe pour l’Education, la Culture et la Science (ALECSO), une grande réunion de coordination, à laquelle étaient conviés 16 pays arabes, a eu lieu dimanche à Riyad, afin de concerter les efforts dans ce sens.

Pour que la belle écriture coranique née en Orient, qui fut magnifiée sous la plume du calame que maîtrisaient parfaitement des orfèvres musulmans en la matière, reçoive les honneurs qu’elle mérite, c’est à la Société saoudienne de la préservation du Patrimoine qu’il incombe de peaufiner le dossier de candidature qui sera soumis à l’Unesco, en mars prochain.

Publicité
Publicité
Publicité

En mémoire des nombreux maîtres prestigieux qui, tout au long de l’Âge d’or de la civilisation islamique, dans un Moyen-Âge qui, contrairement à l’Occident, était plus foisonnant que ténébreux, s’employèrent à la codifier, à en faire une discipline rigoureuse et à lui apporter de la flamboyance, 2020 a été proclamée « Année de la calligraphie arabe » par le ministère saoudien de la Culture.

Publicité
Publicité
Publicité

« La calligraphie arabe a été et continuera d’être le centre d’intérêt et la passion des experts, des parties prenantes et de tous ceux qui sont impliqués dans les affaires culturelles, l’éducation et la science, et qui s’intéressent au plus haut point au patrimoine culturel et de l’humanité », a déclaré Hattan bin Mounir bin Samman, secrétaire général de la Commission nationale saoudienne pour l’éducation, la culture et les sciences.

Elle a traversé les siècles sans que son esthétisme et son pouvoir de fascination ne s’émoussent, l’écriture arabe soignée et parfaitement proportionnée, que certains ascètes des beaux caractères, tout entier absorbés par l’embellissement du Livre sacré de l’islam, comparent à la composition d’une symphonie, a tous les atouts requis pour figurer sur la liste patrimoniale estampillée Unesco.

Mahmoud Ebrahim Salameh, qui s’est éteint en 2017, à l’âge de 98 ans, consacra sa vie à sublimer le Noble Coran, éclairant son œuvre magistrale à la lumière de la foi. « La rédaction du Coran est une forme de prière et une action appréciée de Dieu, si l’intention est pure », répétait inlassablement, jusqu’au soir de son existence, cet orfèvre égyptien de la belle écriture ciselée.

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les arabes ont transmis à l’humanité l’art des lettres (l’écriture) et des chiffres (les mathématiques). Plus que ça, ils ont transmis l’université, lieu de recherche et de savoir, la première université-doctorat au monde fut une mosquée arabe et le premier docteur au monde fut un imam arabe. La religion la plus universelle se transmet également en arabe.
    Toute la gloire est à Allah swt

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Une policière « radicalisée » devant le conseil de discipline, son collègue islamophobe et d’extrême droite ne risque rien…

La plaignante suisse n’a toujours pas été confrontée à Tariq Ramadan