in

La banlieue et l’immigration à l’aide de la reconstruction dans Notre-Dame de Paris

Un sentiment de stupeur général a envahi le cœur des habitants du pays suite à la catastrophe ayant frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris. La France déploiera par conséquent tous les efforts nécessaires à la reconstruction de l’un de ses joyaux. Ambitieux, le Chef de l’Etat a déclaré que le délai des travaux gigantesques qui sont à prévoir ne dépassera pas 5 ans. Le Gouvernement a, de son côté, lancé un concours international d’architectes.

Les annonces de soutien à ce chantier se sont enchainés tout au long de ces derniers jours. Les grandes fortunes du pays ont appuyé la démarche en promettant des dons faramineux, suscitant la polémique dans un pays qui supporte de moins en moins la persistance des inégalités sociales et économiques. Dans un contexte de crise budgétaire et de croissance atone, le milliard, nous dit-on, a même été atteint en moins de 48h !

On s’interroge sur les matériaux qui serviront à reconstituer la charpente de l’édifice. Du bois pour la réaliser ? 1300 chênes normands ont été offerts par l’assureur Groupama pour participer à l’effort à venir. Du béton et/ou du métal pour édifier à nouveau le monument ? Pas sûr que ce soit la solution retenue, même si, en plus de rendre le bâtiment inattaquable par le feu, elle permettrait de respecter l’échéance annoncée par le Président (alors même que des spécialistes tablaient, le feu projetant encore ses dernières lueurs dans la cathédrale, sur des travaux pouvant aller jusqu’à deux décennies).  

Enfin, de jolis textes ont été écrits, inspirés qu’ils étaient par la douleur ressentie devant la destruction d’un chef d’œuvre historique (à l’instar de celui rédigé par Fabrice Lucchini, cet amoureux éperdu de la langue française, qui affirme que malgré la baisse d’influence de la foi catholique dans le pays, la France demeure chrétienne, ce qui est vrai si l’on se réfère à certains aspects culturels dominants que l’on ne peut nier).

Publicité

Mais un problème inattendu a été soulevé. La France manque en effet de charpentiers, de couvreurs et de tailleurs de pierre. Les utiliser massivement pour la reconstruction de la cathédrale signifierait mettre en danger un très grand nombre de chantiers en cours dans les différentes régions du pays. Celles-ci ne disposeraient alors plus des bras nécessaires pour leur finalisation, avec des effets désastreux faciles à imaginer pour les économies locales concernées.

La France étant jacobine par essence malgré ses décentralisations répétées, il est fort à parier que cette donnée ne sera pas la plus importante lorsqu’il faudra soupeser les différents critères énumérés par les experts en vue des décisions futures. Paris risque ainsi de pressurer sa province pour retrouver sa splendeur, pratique qu’elle a du reste souvent adoptée dans l’Histoire. Mais que serait la France sans Paris ?…  

Des solutions existent tout de même pour préserver la continuation des aménagements en cours dans les quatre coins du pays. Elles se nomment « banlieue » et « immigration ». Exposons-les.

La banlieue

Publicité

Jean-Claude Bellangernous, le secrétaire général des Compagnons du devoir (association chargée de la formation et de l’apprentissage de plusieurs métiers en suivant les traditions du compagnonnage), nous apprend que les emplois de couvreurs, de charpentiers et de tailleurs de pierre sont très peu valorisés en France. Ce constat s’inscrit dans un état de fait général dont souffre le pays : les métiers manuels ont du mal à trouver preneurs, parce qu’ils sont le plus souvent mal payés, tandis que les travailleurs éventuellement intéressés craignent de souffrir de leur grande pénibilité.

Parallèlement, nous subissons un chômage de masse qui s’obstine à se maintenir dans le paysage social. Ses plus lourds ravages se font ressentir dans les banlieues (les ZUS), son taux atteignant souvent plus du double du pourcentage national, alors qu’y habite une population active non ou mal diplômée, en moyenne plus jeune et détenant un patrimoine social et familial plus faible qu’ailleurs.

Pour pouvoir faire face aux besoins urgents en travailleurs manuels, le gouvernement ferait bien d’activer un énième plan banlieue, cette fois en se servant du prestige lié au fait d’avoir à participer à la réfection de Notre-Dame. Dans un même mouvement, cette politique de la main tendue, si elle est consciencieusement menée, aidera à l’intégration dans l’esprit des jeunes habitants des banlieues que la France, qui est leur pays et auquel ils ont apporté du fait de leur existence une touche culturelle de plus, a été touchée dans son âme par la destruction de la plus belle de ses cathédrales. Il ne devrait pas y avoir que le football pour les rendre fiers d’appartenir au pays des Droits de l’homme.

L’immigration

Publicité

Beaucoup d’intervenants identitaires, que l’on pourrait ranger dans une large mouvance qui aurait pour nom celle du « Grand Remplacement », s’insurgent contre les flux migratoires. D’Eric Zemmour à Marine Le Pen, en passant par Alain Finkielkraut ou Christine Tasin, ils ont tous adopté, selon une logique idéologique qui leur est propre, cette idée dangereuse élaborée par Renaud Camus. Il est certain que ces mêmes gens ont été meurtris par la destruction d’une partie de Notre-Dame. Il est encore plus probable qu’ils s’impatientent de la voir renaître de ses cendres.

L’une des solutions à envisager sérieusement pour réaliser cet ouvrage, qui se voudra aussi grand que l’Histoire de France, réside dans l’existence de ces mouvements migratoires qu’ils dénoncent. Choisiraient-ils de retarder le retour de l’éclat monumental de l’Ile de la Cité afin de complaire en priorité à leurs idéologies moribondes ? Ou ouvriront-ils leur esprit à l’utilité des migrations, seules à même de fournir la main d’œuvre nécessaire ?

Pour ce qui nous concerne, le choix est clair. Les travaux à venir pour réédifier la cathédrale nous servent d’exemple dans le propos de cet article. Mais les conclusions que nous en tirons sont pourvues d’une portée générale. S’il faut que la France retrouve sa grandeur en captant une partie des flux migratoires actuels et à venir, il n’y a pas à hésiter une seule seconde. Les migrations continueront de croître sous les effets de la mondialisation. Face à ce phénomène historique sans précédent avec lequel nous sommes loin d’en avoir fini, la France ne peut faire exception. Il faut donc se le dire une fois pour toutes : autant que nous puissions le savoir, le multiculturalisme est l’horizon indépassable de l’humanité en général et de la France en particulier.

L’avènement d’un monde nouveau

Cette réflexion sur la reconstruction de Notre-Dame nous sert une leçon édifiante pour notre avenir. La banlieue comme les immigrations actuelles et à venir sont les deux pansements qui peuvent servir à soigner les blessures du pays.

Même s’il faut rappeler que les personnes habitant les banlieues ou provenant de l’immigration ne représentent pas simplement un réservoir illimité de main d’œuvre dans lequel il est possible de puiser selon une logique strictement économique, ce constat implique l’acceptation par le plus grand nombre de l’avènement d’un monde nouveau, résolument multiculturel. Que cela soit à l’issue d’un processus harmonieux et pacifique ou suite à une série de cataclysmes sanglants à partir desquels la France de demain tirerait des leçons pacificatrices, le côtoiement de différentes cultures, à l’intérieur de chaque unité territoriale de ce monde, sera la règle du XXIème siècle.

Adel Taamalli

Publicité

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Dans notre République les immigrants doivent s’assimiler à la culture française…..où retourner dans leur pays d’origine, comme le firent avant guerre, des italiens, des Polonais, etc.. Historiquement, partout dans le monde, le communautarisme génère, au mieux, un groupe dominant des groupes infériorisés et au pire, tôt ou tard, une guerre civile avec expulsion des groupes minoritaires. Les Musulmans qui pensent pouvoir devenir dominant dans ce pays se trompent lourdement.

  2. @Zarathoustra,
    Vous êtes bien optimiste, relisez le passage, il ne parle pas du passé mais d’une série d’actes sanglants à venir, au terme desquels eux forcément vainqueurs et nous forcément matés devrons nous plier à leurs volontés dans le silence et la tête basse de gré ou de force.

  3. Très curieux que les personnes parlant de multiculturalisme mondial comme normal et bénéfique, ne se rendent pas compte qu’il n’y en a aucun dans leur pays d’origine. Le déversement se faisant dans un seul sens, vers l’occident.

  4. ” Il faut donc se le dire une fois pour toutes : autant que nous puissions le savoir, le multiculturalisme est l’horizon indépassable de l’humanité en général et de la France en particulier ”

    Je me souviens d’un certain Sartre qui postulait le marxisme comme l’horizon indepassable de notre temps , on a vu ce qu’il en advint , alors postuler que le multiculturalisme est l’horizon indepassable de l’humanité en general et de la France en particulier releve de l’ideologie pure et de la methode Coué , si ce postulat était exact il devrait seduire l’humanité entiere , ce n’est pas le cas , les hongrois , les italiens , les américains , les russes , les polonais , les japonnais , les chinois , les slovènes , les tcheques , les slovaques et j’en passe ne font pas ou ne font plus alegance au multicultarisme indepassable et de forts courants nationalistes européens expriment leur rejet de cette vulgate , attendez le resultat des élections européennes , pas sur que la societe multiculturelle ouverte à l’immigration a tout va en sorte renforcée …!!

  5. @sekou. Mais non je ne suis pas sataniste ! C’est Anticouillon qui le prétend. Je reprends ce qu’il dit. Décidément l’ironie vous echappe aussi à vous.

  6. Désolé, M. Taamalli…
    Même si vous n’avez pas l’air mauvais, cet article véhicule encore des idées que je réprouve…

    Par un certain gauchisme (dont vous fites preuve à plusieurs reprises), vous faites des immigrés les bons toutous du Capital…
    Capital qui doit être heureux de vous voir le défendre ainsi…

    Encore un peu et on croirait lire les Chartes de la Diversité du MEDEF…

    C’est regrettable !

    • Bien entendu.

      De l’ultra gauche à l’ultra droite, tout ce que l’on veut, c’est réformer le Capital et non l’abolir.
      Réformer une chose, c’est bien en vouloir toujours. Ce que l’on souhaite, c’est changer sa coloration.

      Si l’immigration était un problème au Capital, et alors que la Gauche du Capital la promeut, les frontières eussent été fermées … comme par hasard, c’est l’exact inverse qui se produit… avec l’Etat qui propose de verser 1000 euros aux communes qui en accueillent…

      Ainsi que je l’ai dit, le Capital adore cet article.

      • et dans les deux cas, vous êtes en esclavage. c’est ce qu’il importe de noter car que l’esclave soit nominalement mieux payé (gauche du Capital) ou moins bien payé (droite du Capital), il n’en demeure pas moins un esclave. c’est mon propos !

        quant à ces gens que vous appréciez, je n’en fais point partie et je m’en félicite grandement. car le problème n’est pas du tout de refuser ou d’accepter l’accès à l’enfer capitaliste à qui y voit le paradis ; il est plutôt de dénoncer la machinerie à l’oeuvre ainsi que je le fais. 😉

  7. C’était ironique. Mais bon la finesse et vous ça fait 2. Maintenant donc je suis sataniste. La bonne blague ! On se croirait revenu au temps de l’inquisition. Quand les cul bénits reviennent sur le devant de la scène … ils n’ont pas changé. Toujours aussi obscurantistes. Priez pour lui pauvre pécheur …

    • pourrais je te poser un e question. tu es sataniste? le sataniste c’es le summum de l’obscurantisme non! tu trouve pas que tu es ambiguë ? et puis comment on peut dire je suis sataniste?! si tu l’est c’est que tu sais que Dieu existe. et étymologiquement Satan signifie le maudit et toi tu dis tu es sataniste donc de la religion du maudit. si au moins tu disais que tu suivais la religion de iblis j’allais ah lui il es égaré il croit en la bonté de iblis. mais le surnom satan est venu a iblis quand il a été maudit donc celui qui dit je suis sataniste es vraiment un idiot décérébré et grand ignorant de première. même celui qui dit je suis féticheur on peux comprendre un peu qu’il est trompé. mais là pouahh!!!

  8. Mon Dieu ! La France doit « tirer des leçons pacificatrices » suite à « une série de cataclysmes sanglants », qui la conduiraient au multiculturalisme ? Cataclysmes sanglants = attentats jihadistes qui ont meurtri une majorité de non musulmans mais aussi des musulmans ? La France serait donc à nouveau responsable et cette pauvre jeunesse immigrée en banlieue, victime au point de devoir se résoudre dans certains cas au jihad ? Et il faudrait l’en empecher en l’employant à la réfection de Notre Dame ? Ce n’est juste pas le sujet.

    Il manque d’abord de main d’œuvre compétente, pas de main d’œuvre incompétente au cas où ça vous aurait échappé. Donc ok pour en former davantage mais sûrement pas sur la base d’une discrimination positive. Il y a aussi des français de souche au chômage. On forme donc tous les FRANÇAIS qui ont la bonne volonté et la capacité et surtout ceux qui sont attachés à la perpétuation de savoir-faire français millénaires. Ça n’a rien a avoir avec le multiculturalisme ! Ca a au contraire tout à voir avec le développement d’une tradition artisanale bien française.

    Le jihadisme en France comme ailleurs nous a montré que le multiculturalisme était impossible. Voilà la leçon qu’il faut en tirer : nos valeurs universalistes ne sont pas universelles et sont combattues sur notre sol y compris d’un point de vue idéologique. Vous allez tenter de nous faire croire que les frères musulmans ne cherchent pas à installer un califat en France et plus généralement en Europe en effaçant les cultures européennes, à long terme ?

    Par ailleurs, comment pouvez vous prétendre que la jeunesse immigrée a apporté quelque chose en terme de culture ? Car non ce n’est pas sa simple présence qui enrichit la France comme par miracle. Sinon on se demande bien pourquoi la France dégringolerait au classement Pisa et pourquoi nous serions dans une crise économique et sociale sans précédent actuellement. Non à plus d’immigration le refusent 80% de français. Non au multiculturalisme. Non à de l’argent foutu par la fenêtre pour des populations qui ne veulent pas s’intégrer. Quand on vient dans un pays, on démontre sa volonté de s’assimiler et on ne débarque pas avec des revendications communautaires et encore moins « culturelles », surtout quand on arrive avec ce qu’il y a de plus pauvre dans sa culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Une vidéo montre des soldats israéliens menaçant des personnes qui cherchent à secourir un étudiant grièvement blessé.

Libye: plus de 200 morts en deux semaines de combats