in

« Jésus, Prophète de l’islam » une campagne clouée au pilori en Australie

Comment parler d’islam sans être accusé des pires maux ? L’islam doit-il habiller des panneaux publicitaires pour convaincre de son universalité ? Loin de l’ignorance obscure qui nous sépare, c’est sous l’angle de la promotion des valeurs communes qui nous rapprochent, que l’association musulmane australienne MyPeace a choisi de communiquer auprès du grand public.

Sous le slogan censé être fédérateur « Jésus, Prophète de l’islam », le message d’amour et de respect de la communauté musulmane à l’égard d’Issa, et de son rôle majeur dans le Coran, n’a manifestement pas été perçu à sa juste mesure par une population majoritairement chrétienne.

Si l’on en juge par les fortes réticences, voire même l’émoi suscités par des affiches qui ont fleuri dans le paysage urbain de Sydney, la portée universelle de l’accroche n’a pas sensibilisé les esprits, plus enclins à crier à la provocation ou au prosélytisme, quand certains, encore moins charitables, se sont déchaînés en vandalisant des panneaux publicitaires.

La communauté chrétienne a certes désapprouvé ces dégradations, mais n’a pas caché son hostilité à un islam qui ose s’afficher en grand, estimant que l’opération était offensante pour les chrétiens.

Cette campagne d’envergure, qui a mis en exergue d’autres phrases clés, telles que « Le Saint Coran : le testament final » ou encore « Muhammad : Miséricorde pour l’humanité », n’a pas été la source lumineuse d’enseignement et de proximité escomptée. Le choix du vecteur de communication est certes discutable, peut-être aurait-il fallu accompagner cette grande première d’une vraie démarche pédagogique, mais pour autant l’éternelle suspicion qui pèse sur l’islam se serait-elle dissipée ? Taxé d’islam de l’ombre quand il est psalmodié dans l’intimité des mosquées, force est de constater qu’il est cloué au pilori dès lors qu’il s’expose au regard de tous et au grand jour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le divorce entre musulmans en constante augmentation en Malaisie

Syrie-Algérie : Raison d’Etat ou déraison d’Etat ?