in

Jean-François Copé : un mépris souverain face à la contradiction, notamment musulmane

Une telle arrogance pour louer les vertus d’un débat sur la laïcité qui a accouché d’une souris, un tel cynisme pour sauver ce qu’il reste à sauver d’une convention Umpiste à huis clos sans le Premier ministre, on ne sait plus s’il faut sourire du dédain dans lequel se drape Jean-François Copé pour faire face à son discrédit, ou s’alarmer d’un manque d’humilité qui, piquée au vif, redouble de hargne face à l’adversité.

Transparaissant à chacune de ses interventions, comme ce fut le cas, mardi soir, sur le plateau de l’émission « Ce soir ou Jamais », l’empreinte suffisante et autoritaire du secrétaire général de l’UMP a voulu marquer les esprits chagrins qui lui faisaient face, et notamment l’interlocuteur musulman, Chems-Eddine Hafiz, Vice-président du CFCM, sèchement remis à sa place pour s’être hasardé hors des sentiers battus du diplomatiquement recevable…

Parlant avec éloquence de la grandeur de la France et du vivre-ensemble, le bonimenteur Copé, au ton faussement doucereux, montre les dents et se fait plus acerbe quand le musulman de service, censé avoir prêté allégeance dans la droite ligne obséquieuse et mondaine de la Grande mosquée de Paris, lui renvoie le reflet de son discours tendancieux. Mais ce ne sont pas les plates excuses formulées par le très courtois Chems-Eddine Hafiz qui vont inciter l’ambitieux quadra, lorgnant déjà sur 2017, à changer son regard plein de morgue sur les français de confession musulmane.

Dans quelle impasse fonce donc tête baissée la France des Lumières ? Alors que ses citoyens sont repus de ce cycle infernal de l’indigence politique, riche en palabres sans grandeur d’âme, sans vision, et sans solution, ses élites indétrônables – BHL, Finkielkraut, Glücksmann… (1) et le trublion réactionnaire du moment Zemmour – continuent d’exalter l’idéal laïque, mais expurgé de certaines aspérités, quitte à le soumettre au rouleau compresseur de la politique de la terre brûlée…

Avec des représentants obnubilés par leur ascension personnelle et leur pré-carré, qui prétendent incarner tous les français mais frayent exclusivement avec le CRIF, qui clament haut et fort qu’il y a des conflits plus nobles, plus urgents que d’autres, et qui toisent le peuple avec un mépris souverain, réminiscence d’un colonialisme d’antan, la France est décidément dans de beaux draps !

(1) Voir à ce sujet certaines déclarations :

« Le voile est une opération terroriste. […] En France, les lycéennes savent que leur voile est tâché de sang. […] Dans nos écoles, question d’honneur, on n’enseigne pas à des élèves en uniforme. Sauf au temps du nazisme. » ,

André Glucksmann (philosophe), L’Express, 17/11/1994

« Nous voici sommés de faire une place au foulard islamique dans l’école républicaine, de nous arranger des mariages arrangés et de plaider en guise d’idylle multicolore pour la banlieue universelle où tous les jeunes porteront leur casquette à l’envers et parleront une langue dévastée. »

Alain Finkielkraut, Le Point, 24/05/02

« Au lieu de contribuer au progrès de l’humanité, [les fils d’Allah] passent leur temps avec le derrière en l’air à prier cinq fois par jour […] Ils se multiplient comme des rats […] Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût. » Oriana Fallaci , (écrivain), La rage et l’orgueil, Plon, 2003

« Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. »

Alain Finkielkraut, (philosophe), Le Point, 24 mai 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Débat sur la laïcité : un musulman répond à Copé

Dalil Boukakeur : une perle du double discours sur RMC