in

“Je suis Ahmed”, l’hommage au policier exécuté froidement par les tueurs de Charlie Hebdo

« C’est bon chef », ce cri de détresse poussé par un homme blessé, gisant à terre, qui en appelait à la commisération humaine, un sentiment totalement étranger aux deux tueurs de Charlie Hebdo, fut les dernières paroles prononcées par Ahmed Merabet, un policier de 42 ans, avant d’être achevé froidement d’une balle dans la tête.

 

La photo et vidéo insoutenables de ses ultimes instants ont mis en émoi le Net, et les hommages vibrants affluent à présent des quatre coins du monde sur les réseaux sociaux pour saluer la mémoire de cet agent des forces de l’ordre qui patrouillait à proximité de Charlie Hebdo au moment du drame, et fut le premier policier à avoir fait face à des assassins encagoulés et armés jusqu’aux dents. Comble de l’horreur, ces derniers se sont réclamés de l’islam, en le souillant, pour abattre lâchement un musulman sans défense, à leur merci.

Pour ne jamais oublier Ahmed Merabet sacrifié par l’inhumanité faite homme, et tenter de faire ouvrir les yeux aux islamophobes aveuglés par leur haine viscérale, le hastag #JeSuisAhmed croule sous les éloges posthumes, nombreux étant ceux, parmi ses coreligionnaires, qui pleurent la fin tragique de l’incarnation des musulmans modernes sous la fureur d’hommes armés, indignes de l’islam, qui ont massacré 12 personnes.

  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de 100.000 personnes rassemblées en hommage aux victimes de Charlie Hebdo (vidéo)

Charlie Hebdo: l’Union des Mosquées de France condamne un attentat terroriste abominable et barbare