in

Jamel Debbouze : « Tout ça pour une femme de chambre »

L’affaire DSK, que l’endogamie de classe minore en une polissonnerie tout droit sortie du XVIIIème, dans la grande tradition du marivaudage, n’a inspiré à Jamel Debbouze qu’une mimique dégoûtée et une boutade laconique, au goût plus que douteux : “Tout ça pour une femme de chambre“.

Comme s’il devait s’acquitter d’un bon mot, histoire d’être raccord avec l’actualité brûlante, devant un public de Metz conquis d’avance, l’humoriste a fait le service minimum, dans un second degré manquant cruellement d’audace, qui se veut persifleur tout en insinuant que « tout ça » ne pourrait être qu’une grivoiserie qui a mal tourné, surtout pour le notable…

Avec un bouffon comme Debbouze, l’aristocratie politique n’a rien à craindre, ses oreilles ne siffleront pas comme c’est le cas avec Stéphane Guillon ou Laurent Gerra, dont la raillerie mordante, persistante et téméraire à l’endroit des frasques de DSK a suppléé, avec talent, au silence de nos éditocrates, et à la couardise de tous les autres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Troubles et trafic d’armes dans la région de M’hamid (sud-est du Maroc)

La vidéo choc de l’agression commise par La ligue de défense juive dans la Mairie du 14ème