in

«Il est impossible de s’y rendre» : les Algériens de France ne passeront pas l’été au «bled»

Annoncée mi-mai par les autorités du pays, la réouverture sous conditions des frontières du pays ne permet pas aux Algériens de France de passer l’été dans leur famille. Impatiente, la communauté oscille entre colère et résignation.

« Nous sommes tous très en colère et toujours dans l’attente. » Nawelle a du mal à cacher son amertume. Deux mois après notre première rencontre, cette médecin de 49 ans ne va pas mieux. Mi-mai, l’annonce de la réouverture des frontières de l’Algérie avait allumé en elle une lueur d’espoir. Celui de pouvoir enfin rendre visite à son père de 82 ans, affaibli et dépendant depuis qu’il a réchappé du Covid-19. Son épouse, elle, n’a pas eu tant de chance et s’est éteinte l’été dernier. Ni cette Parisienne à la double nationalité, ni aucun de ses trois frères et sœurs, n’a pu venir en aide à leur papa, bloqué à Alger. « Il est impossible de s’y rendre, ces annonces sont une simple opération de com’ », s’étrangle la scientifique, qui dénonce « des conditions inhumaines et anormales ».

Le Parisien

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Un avion marocain atterrit en Israël pour participer à un exercice militaire

La pauvreté, un point de vue musulman