in ,

Histoire des Prophètes : Adam (sur lui le salut et la paix)

Lorsque Ton Seigneur dit aux Anges : « Je vais établir un lieutenant sur la terre. Ils dirent : « Vas-Tu y établir quelqu’un qui fera le mal et qui répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? » – Il dit : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! ».
Et Il apprit à Adam tous les noms (de toutes choses), puis Il les présenta aux Anges et dit : « Informez-Moi des noms de ceux-là, si vous êtes véridiques ! ».

[…] Il dit : « Ô Adam, informe-les de ces noms. » Puis quand celui-ci les eut informés de ces noms, Dieu dit : « Ne vous ai-Je pas dit que Je connais les mystères des cieux et de la terre, et que Je sais ce que vous divulguez et ce que vous cachez ? »
Et lorsque Nous demandâmes aux Anges de se prosterner devant Adam, ils se prosternèrent à l’exception d’Iblis qui refusa, s’enfla d’orgueil et fut parmi les incrédules.

(sourate 2, versets 30-31 et 33-34)

Le vouloir divin

Dans la création infinie, l’homme n’est qu’un être parmi une multitude de créatures dont certaines nous sont inconnues. Il n’en représente pas plus qu’un grain de sable. Cependant, la volonté divine l’a choisi comme dépositaire de la conscience. Plus celle-ci est imprégnée par le Divin, plus l’homme est transfiguré et devient à Son image. A l’inverse, plus il s’en éloigne, plus il devient ténébreux et commet le mal.

Dieu a aussi choisi l’homme comme Son représentant (khalifat), à qui Il délègue le pouvoir de gérer les biens qu’Il lui a confiés.

Les anges trouvèrent l’homme indigne de remplir cette tâche et le firent savoir : « Vas-tu y établir quelqu’un qui va faire le mal et répandra le sang ? »

C’est par le monde angélique que transite le décret divin. Il s’y élabore et prend forme avant de se matérialiser dans le monde manifesté (mulk). Ainsi, selon la Tradition, ce sont les anges qui déposent l’âme et le destin dans le fœtus le cent vingtième jour après la fécondation, et qui viennent reprendre ce dépôt au moment de la mort.

L’ange ne connaît qu’un seul versant, celui de la lumière et de la servitude. Il prie, adore et obéit. Il ignore la partie ténébreuse (l’orgueil, l’usurpation de pouvoir, la mortalité), que Dieu a insufflée en Adam. Il méconnaît les opposés, contrairement à Adam qui seul est capable d’aimer et de haïr, de construire et de détruire, d’obéir et de se rebeller. Pur et impur, il est différent de l’ange auquel, à certains égards, il est supérieur puisqu’il possède et supporte les deux natures.

Les Noms divins

Avant que la terre ne soit, Adam existait déjà dans la prééternité, comme nous tous avant notre création. La terre a été préparée pour lui afin qu’il y réside et qu’il y acquière la connaissance du tout. L’Adam physique est passé par toutes les étapes de la création – le minéral, le végétal, l’animal – pour aboutir à la forme humaine. Il intègre toutes ces étapes en lui. C’est son héritage, légué par Dieu. Il a été choisi et préparé pour accomplir une mission, celle d’engendrer l’humanité.

Il a la capacité de découvrir en lui tous les Noms, insufflés par Dieu et qui contiennent la création entière avec ses contradictions et ses complémentarités, telles que le bien, le mal, la beauté, la laideur. Chaque Nom est la clef d’une connaissance, d’une science. Dieu a ainsi appris à Adam la Connaissance qui concerne toute la création.

Dans la prééternité, Adam possédait la connaissance de tout ce que l’humanité sait aujourd’hui et de tout ce qu’elle saura dans l’avenir et ce jusqu’à la fin. Ainsi, lorsque certains Noms comme la Puissance, la Royauté, la Sagesse sont manifestés par des hommes, ce sont celles de Dieu qui sont exprimées mais à l’échelle humaine. L’homme possède tous les Noms mais n’en réalise que quelques-uns. S’il avait le souvenir de tous les Noms que Dieu lui a insufflés, il pourrait agir sur les mondes supérieurs et modifier le monde physique. Ce qui explique les miracles des prophètes et de certains saints.

Adam : le lieutenant de Dieu sur la terre

Lorsque Dieu eut montré et prouvé aux anges la supériorité d’Adam, Il leur demanda de se prosterner devant lui. Ce fut une épreuve difficile pour ces êtres de pure lumière de se prosterner devant un être fait de chair et de sang et possédant une double nature : celle du bien et celle du mal, la lumière et l’ombre. Les anges reconnurent en lui un être exceptionnel et, par soumission à Dieu, ils se prosternèrent devant lui. L’être qui se prosterne s’engage à obéir, aider et apporter tout ce dont l’autre a besoin. Par cette action, l’ange est devenu le serviteur de l’homme.

Dès son avènement, l’homme possède le titre de noblesse de khalifat (lieutenant) et toute la création se prosterne devant lui : la vache en offrant le lait et la viande, la mer en donnant le poisson, l’air en fournissant l’oxygène. Mais, inconscient de cette élection et des responsabilités qu’elle implique, l’homme abuse malheureusement de son pouvoir. Il n’est pas reconnaissant et agresse la création.

Satan

Nous avons dit : « O Adam ! Habite avec ton épouse dans le jardin ; mangez de ces fruits comme vous le voudrez ; mais ne vous approchez pas de cet arbre, sinon vous seriez au nombre des injustes. »

Le Démon les fit trébucher et il les chassa du lieu où ils se trouvaient. Nous avons dit : « Descendez, et vous serez ennemis les uns des autres. Vous trouverez, sur la terre, un lieu de séjour et de jouissance éphémère. »

Adam accueillit les paroles de son Seigneur et revint à lui, repentant. Dieu est, en vérité, celui gui revient sans cesse vers le pécheur repentant ; il est miséricordieux.

Nous avons dit : « Descendez tous ! Une Direction vous sera certainement donnée de ma part. » – Ni crainte, ni tristesse n’affligeront ceux qui suivent ma Direction.

(Sourate 2, versets 35-38.)

Un ange, Iblis, va désobéir à cet ordre divin. En refusant, par orgueil, d’obéir à Dieu, il est déchu et devient Chaïtan : le Démon. C’est lui qui entraînera Adam et Eve dans la désobéissance et, par là même, dans la chute.

Une question se pose : comment un être de lumière comme Iblis a-t-il pu connaître l’orgueil qui appartient aux ténèbres ? Si Iblis intervient dès le début de l’humanité, c’est par décret divin. Dieu a préparé Iblis autant qu’Adam. Il l’a créé par amour pour Adam. Sa fonction est d’égarer l’homme car s’il n’y avait pas d’erreur et d’égarement, il ne pourrait y avoir de direction et de salut, et l’humanité n’existerait pas. Le mal participe à l’équilibre de la création.

Iblis a été chassé du paradis avec l’homme et nous ne pouvons pas éliminer cette dimension. Chacun porte Iblis en soi, comme les deux faces d’une médaille, l’une est angélique et l’autre démoniaque. Iblis symbolise notre ego (nafs), notre part d’ignorance et d’erreur. Mais c’est en nous attirant vers l’erreur qu’il nous renvoie vers la vérité. Iblis restera jusqu’au jugement dernier. Il sera le dernier que l’ange de la mort viendra chercher.

Un jour un faqir, en quittant Mostaganem, rencontra un homme qui lui demanda de l’emmener sur son cheval. Le faqir l’invita à monter et ils poursuivirent leur route. Soudain l’homme ceintura le faqir, le jeta à terre et s’enfuit avec la monture. Aussitôt le fakir lui cria : « Attends ! Attends ! Ne dis pas que tu as volé ce cheval. Je te le donne ! » Surpris, le voleur fit volte-face et lui dit : « Comment ! Je te vole ton cheval et tu me le donnes ? – Oui, je te le donne, car on saura vite en ville que je t’ai emmené sur mon cheval pour te rendre service et que tu me l’as volé. Alors plus personne n’osera rendre ce service à un autre. » Le faqir, voyant que ce vol deviendrait un préjudice pour la communauté, convertit ainsi le mal en bien.

Une histoire rapportée par Abderrahman al-Çafouri donne une autre compréhension de la désobéissance d’Iblis. Moïse demanda à Iblis : « Pourquoi ne t’es-tu pas prosterné devant Adam ? » Et il répondit : « Je n’ai pas voulu être comme toi, car moi, je prétends L’aimer et je n’ai pas voulu me prosterner devant un autre que Lui. J’ai préféré le châtiment. Toi, tu prétendais L’aimer. Il t’a dit : « Regarde la montagne » et tu as regardé la montagne. Il fallait fermer les yeux, tu L’aurais vu. »

Eve

Lors de la fécondation, la première cellule qui se forme est indifférenciée. Elle n’est ni mâle ni femelle. De la même manière, l’être adamique, celui qui va recevoir tous les Noms, celui devant qui les anges vont se prosterner, n’est ni masculin ni féminin. Il est l’androgyne primordial qui était déjà potentiellement contenu dans le minéral, puis dans le végétal, puis dans l’animal. C’est seulement au bout de ce processus, et comme parachèvement de la création, que naît l’être adamique. De lui, par dédoublement, viendra Eve et l’humanité. Eve symbolise, en vérité, la partie féminine et réceptive qui se trouve dans chaque être humain.

C’est Adam qui a fait le serment du dépôt. Eve ne s’est donc pas sentie autant concernée par cet engagement. C’est pour cette raison que, dans les Traditions, Eve tente Adam. La tentation, symbolisée par le principe féminin, a un sens. Elle est nécessaire à l’acte de création. Dans l’absolu elle oscille toujours entre le bien et le mal. La partie féminine que chaque être humain a en soi est la part créative, portant le penchant de la tentation. Mais en passant à l’acte, elle devient le moyen de créer. Si elle n’était pas là, la création ne pourrait se réaliser. Quant à notre partie masculine, elle est le principe actif de l’esprit totalement impliqué par le serment primordial. Normalement, il ne devrait pas désobéir. C’est le principe féminin qui provoque la désobéissance, par la tentation, pour que la création commence.

L’homme réalisé se situe dans la transcendance du bien et du mal, dans le juste milieu, la voie de l’harmonie. Si sa négativité est pacifiée, elle ne perturbe plus le déroulement de sa vie. Il est alors situé dans cette limite où le bien et le mal se rencontrent et créent une harmonie. Dans cette situation, l’inspiration divine intervient pour le guider et neutraliser la confrontation intérieure entre le bien et le mal. C’est là le triomphe de l’homme équilibré qui agit dans la vie sans se blesser et sans blesser autrui.

La désobéissance

Nous avons reçu de Dieu tous les Noms sauf un, celui de l’immortalité, symbolisé par le fruit défendu. C’est par ce biais que Chaïtan tenta le couple. Il leur fit croire qu’en mangeant de ce fruit ils accéderaient à l’immortalité, c’est à-dire qu’ils se hisseraient au niveau de la Divinité.

La désobéissance, c’est faire dans l’oubli. Désobéir à Dieu, c’est L’oublier, se détourner de Lui ou Lui donner des associés matériels ou spirituels. A l’instant où il commet une faute, l’homme oublie Dieu. S’il réalisait que Dieu est présent, témoin de ses actes, il ne commettrait pas l’acte de désobéissance.

La chute

Un majdhûb raconte : « En croquant la pomme, Adam et Eve ont fait chacun, isolément et individuellement, une expérience unique. Leur être s’est agrandi à un point tel qu’il est devenu aussi grand que l’univers. Ils ont reçu des éclairs de lumière et de feu. Le vide de leur être s’est rempli de matière et d’énergie. Ils ont contemplé, médusés, l’univers qui se défaisait et se reconstruisait en eux. Savoir, connaissance, créativité, discernement, responsabilité, science, conscience, tout venait vers eux ! Ils se sont transformés en un gigantesque aimant qui attire inexorablement toute chose et son contraire : matière et antimatière, ténèbres et lumières, joies et peurs, amour et haine, vie et mort, force et faiblesse, pouvoir et antipouvoir, apparent et caché, premier et dernier. Ils veulent refuser mais ne font que subir. Ils sont le tout mais ils ne sont rien. Ils sont dans chaque grain de poussière, dans chaque atome, dans chaque molécule, dans chaque cellule. Ils voient les créatures se faire et se défaire. Les galaxies, les planètes, les soleils, les étoiles se construisent et se détruisent, là, sous leurs yeux, en eux. Une force immense les habite, ils peuvent tout. Leur souffle résonne tel un tonnerre dans les fins fonds de l’univers. Leur être immense remplit tout. Leur unicité se démultiplie sans cesse. Que de formes, que de créations ! Du microcosme au macrocosme, tout s’agite, vibre, réclame sa part de l’être gigantesque qu’ils sont devenus. »

En péchant, Adam et Eve se sont vus. Ils ont vu le Soi, ils ont vu Dieu ! Auparavant, ils vivaient dans l’instant éternel. Maintenant ils vont vivre dans le temps ! Et c’est ainsi que nous assistons au premier jour de la nouvelle création. Adam et Eve vont changer de planète. Du paradis, ils vont tomber sur terre. C’est la chute !

Au paradis, Adam ne se connaissait pas. Plongé en permanence dans la lumière divine, illuminé, ébloui, il n’avait pas conscience de ce qu’il était. Il était dans l’état de celui qui s’est aspergé de parfum au point qu’il ne le sent plus, tant il en est imprégné. Il est devenu parfum. Adam et Eve étaient enivrés du parfum divin, le parfum de la Connaissance. En désobéissant, ils sont retombés dans l’ignorance. La Connaissance qu’ils avaient reçue leur a échappé, et ils se sont voilés. Ils ont chuté du monde spirituel au monde matériel, du monde subtil au monde grossier.

L’histoire d’Adam et Eve nous concerne tous. Ils sont en nous, dans notre descendance. S’ils étaient restés au paradis, nous ne serions pas. Ils ont désobéi afin que l’humanité existe. Pour revenir vers Dieu, vers l’état premier, les humains doivent reprendre le chemin en sens inverse, aller du monde matériel au monde spirituel. Cette expérience de réalisation est le combat de toute une vie pour retrouver le paradis perdu.

La miséricorde

Malgré la chute du couple primordial, Dieu, dans Sa miséricorde, revient vers nous sans cesse et nous octroie Son pardon. Il nous appelle continuellement au repentir pour nous diriger par tous les moyens dans ce retour vers Lui.

D’après un hadith du Prophète, l’homme est accompagné en permanence par deux anges. L’un, placé à sa droite, note les bonnes actions et l’autre, à sa gauche, les mauvaises. Celui de droite est supérieur à celui de gauche, il le commande. Ainsi, quand un homme commet une faute, l’ange de gauche veut l’inscrire immédiatement. Mais celui de droite intervient pour lui demander d’attendre le repentir de l’homme et de suspendre l’inscription du péché jusqu’au lever du jour prochain. Si le fauteur ne se repent pas, la faute est alors inscrite. L’homme a donc toujours un temps pour le repentir.

Dieu a chassé Adam du paradis, mais il a envoyé des messagers pour guider sa descendance. C’est la mission des prophètes. Celui qui n’a pas l’espoir du Divin en lui, qui ne se repent pas de ses fautes et ne revient pas vers Lui s’éloigne de Sa miséricorde. Mais ceux qui suivent Sa direction n’auront « ni crainte ni tristesse ». Si nous connaissons la relativité de ce monde éphémère, les conditions dans lesquelles il a été créé et les drames qui s’y jouent, nous n’avons alors plus rien à craindre ou à déplorer car si nous suivons Sa direction, nous retrouverons notre condition originelle de pur esprit.

L’histoire se renouvelle

Le drame d’Adam et Eve se rejoue à travers nous et se reproduit, malgré nous, à travers nos enfants. L’histoire de la tentation et de la chute se répète tous les jours. Elle nous ramène à la gestation et à l’accouchement. Tant que l’enfant se trouve dans le ventre de la mère, il ne connaît ni faim, ni soif, ni froid. Il vit en symbiose avec elle, dans un état comparable à l’état paradisiaque où rien ne manque. Au paradis comme dans l’état fœtal et en Adam comme dans le petit enfant, le côté négatif est latent. Le nouveau-né est un homme complet comme Adam. D’abord, c’est l’innocence et la pureté qui s’expriment

« C’est un petit ange ! » s’exclament les parents. Par la suite, l’enfant grandit et les parents le protègent, le nourrissent et lui inculquent le bien et le mal, le permis et l’interdit, jusqu’au jour où, pour s’affirmer, il se révolte contre ses parents et leur désobéit sciemment. Par honte et par crainte de la punition, il fuit et se cache. C’est l’expérience de la chute, le drame se répète. La connaissance des Noms commence alors, avec le bonheur, la honte, l’amour, le malheur, la tristesse, le beau, le laid.

Adam ne pouvait connaître le mal avant d’en avoir fait l’expérience. Il est donc dans l’itinéraire de l’homme de faire pleinement l’expérience du mal. Mais pour que l’existence soit considérée comme positive, il faut que la somme du bien l’emporte sur celle du mal. Au moment du bilan, s’il y a plus de mal que de bien, l’homme devra compenser par le châtiment et le passage en enfer. Le feu purifiera l’homme du mal qu’il a commis, il élargira sa conscience. Il est une miséricorde divine.

Toute la vie consiste à prendre conscience du bien et du mal et à choisir entre les deux. Pour l’homme, c’est un affrontement entre la conscience et le moi égocentrique, un combat intérieur motivé par le seul désir de retrouver le bonheur perdu.

Si Dieu donne la « direction », c’est pour permettre à l’homme de revenir vers Lui. Avec l’épreuve, Il a aussi donné Sa miséricorde. Il pardonna à Adam. Réfléchissons et tentons d’élargir notre vision. C’est l’un des aspects fondamentaux de l’histoire d’Adam.

Adam, le premier prophète

C’est à partir de matériaux contenus dans notre corps que s’est déroulé le processus de la chaîne de la création, jusqu’à la naissance de l’homme, l’être le plus élaboré physiquement et surtout spirituellement. Ce processus ne cessera de se poursuivre jusqu’à l’émergence de l’être spirituel.

Si les sages sont des exceptions, dans le futur, le processus de la réalisation spirituelle de l’homme se généralisera, comme l’exprime le Coran :

« Et ma terre sera l’héritage de mes serviteurs saints » (sourate 10, verset 62).

Cheikh Bentounès, « L’homme intérieur à la lumière du Coran » (Cliquez sur le lien pour acheter ce livre sur Amazon), éditions Albin Michel

22 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Adam est le premier parent sur terre d’après l’ancien testament. le prophète est l’envoyé de dieu pour conscientiser les hommes sur la croyance en un être suprême.
    Adam est créé sur une terre vide où il n’ y avait pas d’hommes qui créent de guerre, de conflit ou de haine; sur ce je dirai qu’ Adam n’est pas prophète.
    si quelqu’un prend Adam pour un prophète, c’est qu’il ne connait pas le but et le rôle d’un prophète sur terre. il dit seulement tel est prophète. la prophétie est une fonction noble et sacrée qui aide Dieu à maintenir la paix dans le monde et faire croire aux incrédules que Dieu existe en prescrivant certaines lois et règles comme dans la torah, la Bible et le coran. merci Oumma

  2. Le “premier homme”

    La Sainte Bible n’étant pas un traité de paléoanthropologie très détaillé il convient pour les curieux d’apporter des précisions complémentaires.

    À quelle période de l’évolution peut-on faire remonter le supposé premier “Homme” ?
    Chez les Hominidés ? Ce sont les ancêtres communs aux (futurs) hommes et aux grands singes.

    Le genre Homo ? pendant deux millions d’années ses représentants resteront à mi-chemin entre le singe et l’homme. C’est progressivement que quelques espèces prendront figure humaine.

    L’espèce ? Ça dépend lesquelles.
    Homo Sapiens (on ne dit plus “Sapiens Sapiens” depuis 2003) qu’on appelle aussi Homme Moderne, OUI, sûrement est un Homme. La preuve c’est que je suis ici et vous aussi. Et nous durons depuis 250 000 ou même 300 000 ans. Les autres espèces d’Homo (ce n’est pas une insulte …) ont disparu.

    Homo Neanderthalensis (qui a perdu son attribut de Sapiens depuis 2003) ? OUI. Moins fûté que son contemporain Sapiens tout court, c’était un Homme lui aussi. Il était capable d’une pensée complexe ce qui prouve beaucoup plus d’intelligence que la moyenne des membres du Front National.

    Homo Floriensis, Homo denisovensis (Homme de Denisova) OUI. Ils ont disparu assez récemment après avoir cohabité avec l’Homme Moderne. Ils ont même eu des histoires d’amour avec nos grand-mères.

    Et Adam ?

    Il n’y a pas eu UN couple initial qui aurait été à l’origine d’une lignée dont nous serions tous issus. L’hominisation s’est faite progressivement et collectivement, et dans plusieurs lieux de la planète à des époques variées.

  3. Quand on argumente, il est rare que l’on précise: “J’estime que…”. Pourtant, la vérité demeure à jamais inaccessible. On peut se raccrocher, soit à des intuitions mystiques, soit, à des données scientifiques, qui apparaissent comme des faits établis, alors que l’expérience prouve que nous ignorons l’essentiel.
    Le pire est sans doute le fait que, plus la science progresse, plus les questions sans réponse se multiplient.
    Il n’en reste pas moins que mieux vaut partir des faits que des croyances anciennes. Car nos anciens aussi partaient des faits pour élaborer leurs théories, sauf qu’ils ne comprenaient pas vraiment ce qu’ils observaient.
    Aucune science n’a prétention à défendre la vérité. Les physiciens proposent juste des théories qui fonctionnent mieux que les systèmes antérieurs. Ca se traduit par la fabrication d’artefacts qui fonctionnent. L’effet tunnel, par exemple, explique le fonctionnement des semi conducteurs. … Qui nous permet d’échanger des messages ici. C’est juste un exemple. Une bonne théorie est une théorie avec des applications vérifiables.
    Bref.
    Amitiés.

  4. A mon avis, les premiers hommes ne devaient pas se poser trop de questions existentielles à propos du sexe. La notion de couple est assez floue chez les chasseurs cueilleurs. Ca tient au fait que les enfants sont élevés par la communauté, et non au sein d’une famille désireuse de ne pas se mélanger avec d’autres castes. Quant à la “honte de la nudité”, c’est un concept inconnu des primitifs. Ce sont les missionnaires qui ont importé cette déviance. Les singes n’ont pas honte de leur corps. Et leurs enfants non plus.
    Bon. Sur ce, je retourne dans mon arbre. Ca me rappelle une blague raciste (vous êtes dans quelle branche? ). Bref.

  5. “La partie féminine que chaque être humain a en soi est la part créative, portant le penchant de la tentation.”

    “C’est le principe féminin qui provoque la désobéissance, par la tentation, pour que la création commence.”

    Si j’entendais mon dieu dire des choses comme ça je changerais de dieu, car le Vrai ne peut quand même pas être aussi ***.

    • On pourrait y ajouter l’inversion de procréation. Alors que tout le monde sait que l’homme naît de la femme, Eve est née d’une côte d’Adam. Super macho demeure ainsi à l’origine de l’espèce.
      A part ça, si mon hypothèse est exacte, c’est bien la femme qui a poussé l’homme à se sédentariser, pour des raisons faciles à comprendre: Accoucher puis élever les enfants dans une maison. Et comme c’est la sédentarisation qui a engendré le mal….
      Dans tous les cas, Adam est plus crédible en premier sédentarisé qu’en premier homme. Je parle du symbole, vu que supposer une réalité de ce mythe relève de la démence.

      • ” si mon hypothèse est exacte, c’est bien la femme qui a poussé l’homme à se sédentariser, ”

        La domestication par les chasseurs-cueilleurs a précédé l’élevage de plusieurs millénaires. On peut considérer que la nécessité de construire des enclos pour contrôler la reproduction a pu jouer un rôle déterminant dans la sédentarisation.

        La violence existait bien avant la sédentarisation. Moindre qu’au Néolithique semble-t-il, mais simplement parce que la densité de la population était très inférieure.
        Une recherche sur Google avec les mots-clés “violence paléolithique” apporte de nombreux exemples.

        Plutôt que le focus sur la sédentarisation c’est l’analyse de la construction des sociétés patriarcales qui apporte l’éclairage le plus riche sur l’histoire récente (depuis le Néolithique) de l’Homme Moderne (sapiens), de ses mythes, et de ses religions.

        • La violence demeure limitée durant le paléolithique. Et elle demeure souvent individuelle. A part ça, il est exact que le chasseur cueilleur de la fin du paléolithique possédait des richesses, y compris des sacs de céréales sauvages, des outils et des armes devenus transportables grâce aux animaux domestiqués. Nul doute qu’on avait là; en cas de famine, une source possible de conflit. (et les animaux eux mêmes suscitaient la convoitise)
          Dans tous les cas, la violence explose avec la sédentarisation. Mais il est exact que l’explosion démographique joue un rôle.
          Dernier point. Les chimpanzés, contre toute attente, se livrent à des guerres tribales, et il n’est pas idiot de supposer que les hommes primitifs ont pu faire de même. Bref, le “bon sauvage” était bon mais sans plus. Cependant, tout est question d’échelle. Depuis 10 000 ans, la guerre est devenue permanente, ce qui n’était pas le cas auparavant. C’est au point qu’on s’ébaudit face aux “600 ans de pax romana”, alors qu’il s’agissait d’une paix très relative.
          Enfin, il paraît évident que le machisme, et l’organisation de type familial sont en lien avec la naissance d’une société de classes. D’où, entre autres, la modification des règles religieuses. Et la répression de l’hédonisme s’inscrit dans la même logique pétainiste (travail, famille, patrie). La valeur “travail” est d’ailleurs une invention des sédentaires.

          Juste pour mémoire, j’ai visionné un sujet sur la 5 hier soir, qui établissait clairement que Neandertal n’avait pas été massacré par Sapiens. Mais on découvre quand même quelques traces de cannibalisme, sans qu’il soit possible d’en déterminer les motivations.

          Je suis en revanche plus ébranlé par l’agressivité récurrente des indiens d’Amérique du nord, qui étaient des chasseurs cueilleurs, et se livraient à des guerres tribales même avant la colonisation. Rien à voir avec le génocide qui a suivi, mais je ne m’explique pas cette singularité.

          • Une hypothèse est que TOUTES les sociétés organisées, bien avant le néolithique, auraient été de type patriarcal, simplement parce que le leadeur dominant était le plus fort du groupe, donc un mâle. Les problèmes d’ego étant réglés au sein du groupe, la rivalité entre groupes pouvait s’exercer, par jeu ou par nécessité.

            L’exogamie a aussi été un facteur important dans les relations inter-tribales, à l’origine d’alliances et/ou de conflits.

    • Hélas,si c’était DIEU qui s’exprimait ainsi, nous aurions de bonnes raisons de lui poser quelques questions, mais ce n’est pas du tout le cas.
      Ce sont les “hommes” qui parlent, UNIQUEMENT les hommes.
      et l’erreur est humaine, je ne vous l’apprendrai pas.
      Il n’existe pas un seul texte, qui ne soit pas issu de l’homme lui-même.
      Qui a écrit cette fabuleuse et étrange fresque, qu’est l’Ancien Testament, sinon les humains de cette époque ?
      Puisque que le DIEU des monothéistes, est omniscient, et qu’il gouverne les intelligence humaines, c’est donc lui qui a crée Internet !
      Un petit mail de temps en temps, serait le bienvenu, pour mettre tout le monde d’accord, vous ne croyez pas ?

  6. Que dire du premier homme?
    Apparemment, il parlait, vu qu’il était issu d’individus presque aussi performants que lui, et dotés bien sûr du fameux gène Fox P2. Est-ce que, pour autant, il raisonnait? Sans doute. Avait-il une religion? Rien ne l’indique. Pourtant, on trouve y compris chez Erectus des traces de religiosité, sous forme de rituels d’inhumation. Ceci dit, ça vaut aussi pour les éléphants.
    Bref, le premier prophète était, si j’ai bien compris, un animal vaguement intelligent. Selon toute probabilité, il devait utiliser une centaine de mots, sans doute en relation avec la chasse, et être infoutu de formuler des concepts sophistiqués.
    Les premières œuvres attestant d’une spiritualité, à savoir les peintures pariétales, remontent à 35000 ans. On peut y deviner une sorte de déification du gibier. Ce concept est en accord avec ce qu’on sait des cultes chamaniques des chasseurs cueilleurs. Mais Adam vivait 165000 ans plus tôt. Et il était marié avec une guenon améliorée. C’est tout sauf une critique. On devrait d’ailleurs traiter nos cousins primates avec plus de compassion.
    Bref. On a deux singes. L’un devient prophète, et l’autre gibier. Pour qui nous prenons-nous, nous autres humains?
    Peu importe.

  7. Bonsoir à toutes et à tous
    Ce texte est épuisant pour l’intelligence humaine et indigeste. Je suis navré d’écouter et lire encore et encore depuis 57 ans( mon âge) ce délire mystique. La terre existe depuis environ13 milliards d’années. la vie a débuté depuis 10 milliards d’années. les dinausaures depuis 65 millions d’années et les humains (homo erectus)depuis 7 millions d”années environ. L’homo sapien, il y”a qulques centaines de milliers d’années.
    L’homme sage sage( homo sapien-sapiens) c’est Adam( un groupe d’humains fait d’hommes et de femmes) . Il n”a jamais été un prophète(et prophète pour qui s’il est le premier homme sur terre?)et il n’est pas descendu du ciel comme pensent beaucoup de gens!! Il est la continuite normale de l’espèce humaine(ALBACHAR). Dieu lui a souflé le savoir(ALRROUH) et la conscience. Le premier prophète est Noé( le premier musulman aussi) et le dernier prophète et le meilleur homme de l’éspèce humaine c’est Mohammed( Allah le comfirme). C’esr l’aboutissement finale de cette belle créature qui est l’Homme.
    L’homme est le fruit de la terre et ne l’a jamais quitté.
    Nous sommes tous des frères et soeurs. Nous sommes tous des cousins avec les autres vivants sur terre.
    Très cordialement.

    • 13.8 milliards d’années, c’est l’âge de l’univers. Le système solaire est apparu il y a 4.56 milliards d’années, et la vie, sous une forme identifiée, 1 milliard d’années plus tard. La vie complexe remonte à 550 millions d’années, ou un peu plus. Les dinosaures sont apparus il y a 250 millions d’années. 3 des 4 grandes familles ont été éradiquées il y a 65 millions d’années. La 4ème famille n’a pas disparu. Elle loge dans nos poulaillers.
      – 7 millions d’années, c’est l’australopithèque, un singe debout. – 3 millions, Habilis, – 2 millions, Erectus. Sapiens a 200 000 ans. Son cousin Neandertal 300 000 ans. Il n’est pas notre ancêtre, mais s’est brassé avec Sapiens. Quant à savoir s’il était à l’image de Dieu, j’espère que non. (on a aussi un pré-Sapiens apparu au Maroc il y a 300 000 ans).

      A part ça, vous avez raison. Les premiers Sapiens n’avaient sans doute pas de religion. S’ils en avaient une, il est probable que ça ait pu être une sorte de culte des mânes. Sauf que rien ne l’atteste. Les rituels d’inhumation laissent des traces (outils ou armes enterrés avec le défunt).
      Bref, considérer Adam comme un prophète créé par Dieu ex nihilo est strictement indéfendable. Rappel, nous partageons 98% de nos gènes avec le chimpanzé. Nous ne descendons pas du singe, nous sommes des singes. Des singes savants qui pètent la planète. Pas de quoi se vanter.

      • je souscrit entièrement à cette lecture darwinienne des écritures.
        “ce texte est épuisant pour l’intelligence”
        bien sur, d’autant que toutes les réponses sur ce sujet sont à notre disposition depuis déjà quelques années.
        Les premiers homo-sapiens avaient-ils une religion ?
        Sans doute que non, au sens ou nous entendons le mot “religion” au 21ème siècle.
        Néanmoins, il semble bien que soit apparu très tôt, un culte en lien avec leur expérience de la vie au quotidien.
        La vie nous est venue du cosmos.
        Cette constatation, n’a été possible, que lorsque ADAM cet humain debout et conscient pu enfin contempler le ciel, la voute étoilée, et comme le dit J.Lacarrière “s’ouvrir ainsi au devenir infini de la conscience”.
        En découvrant le cosmos, l’importance vitale des planètes, (le soleil et la Lune d’abord), il découvre ce que sera la première divinité des hominidés : LA VIE.
        Qui deviendra l’Eternel, l’Eternel principe de vie.
        la première prière des Chrétiens primitifs, porte encore la trace de cette très ancienne connaissance “Notre Père qui êtes aux cieux, donnez nous aujourd’hui notre pain quotidien”.
        Malgré son ignorance primitive, en comprenant sans doute intuitivement, quelles étaient les origines de la vie sur terre, il traduira souvent de manière très naïve, tout le respect que lui inspiraient, ces forces de la nature, indispensables à sa propre vie.
        Il les divinisera sous différentes formes, pour aboutir, à des conceptions de plus en plus élaborées, à l’image des Egyptiens avec “RA” le soleil.
        Au regard de cette évolution qui courre sur près de cent mille ans, le dernier avatar du rapport des hommes avec la divinité, qu’est le Monothéisme est très récent. (environ 4000 ans)
        Désormais en capacité d’élaborer des concepts, les humains, ne manquerons pas de se fabriquer, un “Eternel”, à leur convenance “humaine”, c’est à dire, portant la trace de toutes leurs turpitudes.
        Au chapitre “des Hommes et des Dieux”, ce seront désormais les Hommes qui créeront leur Dieu, ce qui leur permettra, dans une mise en scène “prophétique”, de parler en leur nom et à leur place.
        Ce qui rendra les choses beaucoup faciles, pour créer des dogmes, plus absurdes les uns que les autres.
        cordialement

        • La rupture entre anciens et nouveaux cultes tient à l’ajout d’une morale, qui n’existait pas antérieurement, ou se contentait jadis de prôner le respect des forces de la nature. Les dieux masculins et surtout, personnalisés, sont d’apparition récente.
          Quant au monothéisme, si on zappe Akhenaton, il apparaît en moins 400. Jéhovah existait déja, mais il était juste le dieu du peuple juif. Ca n’est que en moins 400 que les dieux concurrents disparaissent (en Palestine), d’où la naissance du concept de peuple élu. On note quand même la persistance du Panthéon, avec une pléthore de divinités secondaires, d’anges, de démons, etc.

          La Bible sembla avoir été rédigée, dieu seul sait par qui, entre moins 900 et moins 400 pour la version définitive. Paradoxalement, cette religion ne concernait que très peu de gens. Ce sont les persécutions d’Hadrien qui ont favorisé le développement de cette croyance. Car, mêlé au “Peuple Maudit”, se trouvaient des chrétiens.

  8. J’aurais pu dire que l’article est joli s’il s’arrêtait uniquement dans la symbolique et s’il ne faisait pas des erreurs.
    1 – “Plus celle-ci est imprégnée par le Divin, plus l’homme est transfiguré et devient à Son image.” Personne n’est l’image de Dieu swt en Islam. Que Dieu swt vous pardonne pour cette erreur.
    2 – Iblis n’est pas un ange ! C’est un djinn ! Les anges ne peuvent pas désobéir. Arrêtez avec cette erreur.
    3 – On ne parle pas de pomme en Islam ! On parle d’un fruit défendu et inconnu !
    4 – “Le feu purifiera l’homme du mal qu’il a commis, il élargira sa conscience. Il est une miséricorde divine.” Absolument pas ! Il n’y a pas de purgatoire en Islam ! Que Dieu vous pardonne.
    5 – Adam a pêché par ignorance. Il a accepté ainsi la connaissance du mal par ignorance POINT. Il ne voulait en aucun cas être un dieu astarfirlulah.
    6 – D’où sortez-vous cette symbolique d’Eve, vous avez pété un câble là.
    7 – “…Ils ont vu le Soi, ils ont vu Dieu !” Non ils ont surtout vu la connerie quand on vous lit.
    Pour les points 6 et 7 vous ne faites que signifier la dualité sexuelle qui porte en elle la procréation par lequelle nous nous multiplions. L’acte de désobéisance a rendu Adam et Eve honteux de leur nudité. Eve est d’abord la compagne d’Adam pour qu’il ne soient pas seuls. Ils découvrent ensuite le sexe par désobéissance d’Adam. Avoir des enfants en Islam fait partie des bonnes actions et la femme entre au paradis dès son premier né et ne peut en sortir que par ce que sa langue commettra comme paroles injustes. La dualité du sexe fait qu’une sexualité malsaine mène à l’éloignement de Dieu et son égarement par perte de la connaissance, on peut le dire oui. Le sexe est à la fois salvateur et trompeur.
    La désobéissance d’Adam en croquant le fruit défendu lui apprend qu’il dispose de son libre arbitre tout en lui indiquant son ignorance. On choisit ainsi l’obéissance envers Dieu swt librement et parce qu’on apprend que celle-ci est préférable car seul le sentier d’Allah mène à la vraie connaissance et à la vraie réussite ici-bas et surtout dans l’au-delà. La spiritualité musulmane ne concerna pas uniquement l’au-delà mais Dieu swt nous dit bien qu’on a le droit à un ici-bas.

    Ceci est un article ésotérique mélangé avec de la spiritualité musulmane. Vous ne fourvoyez que vous.

    Astarfirlulah
    Dieu sait mieux

    • Dans l’AT, Eve incite Adam à croquer les fruits de “l’arbre de la connaissance du bien et du mal”.
      Rien de sexuel, même si la tradition chrétienne assimile “croquer la pomme” à copuler. En fait, Adam et Eve sont coupables d’avoir découvert la morale. C’est parfaitement cohérent dans mon système de pensée, qui considère la morale des sédentarisés come l’apologie du mal, en référence à la morale naturelle. Comme disait Girard: Les mythes en savent plu que nous. Bien entendu, il en découle le premier meurtre.
      En fait, les premiers meurtres ont débuté un peu avant la sédentarisation, dès l’apparition de l’élevage itinérant. …Donc des premières manifestations de l’inégalité.
      Bref.
      Sinon, difficile de considérer Adam comme un prophète. Sauf à admettre que les animaux soient des prophètes. Ceci dit, pourquoi pas? Mon chat, par exemple, est une personne exceptionnelle, et je ne verrais aucun inconvénient à le déifier. Du coup, pourquoi pas un singe? D’ailleurs, il suffit de changer une seule lettre pour obtenir ange… Deux? Ok. Mais les anges ont aussi 98% de leurs gènes en commun avec nous, selon ma femme de ménage, enfin du temps de ma splendeur.

      • Dans tous les cas, vous et moi parlons de ce que nous ne connaissons pas réellement. Elle est belle notre ignorance tout de même. L’un est singe, l’autre est homme, préférons donc le chat. Miaou. On fait quand même des millions de vues avec les chats sur youtube. A chacun sa croyance qui ne masquerait finalement que la limite de notre “intelligence” (si intelligence il y a).

        • Quand on argumente, il est rare que l’on précise: “J’estime que…”. Pourtant, la vérité demeure à jamais inaccessible. On peut se raccrocher, soit à des intuitions mystiques, soit, à des données scientifiques, qui apparaissent comme des faits établis, alors que l’expérience prouve que nous ignorons l’essentiel.
          Le pire est sans doute le fait que, plus la science progresse, plus les questions sans réponse se multiplient.
          Il n’en reste pas moins que mieux vaut partir des faits que des croyances anciennes. Car nos anciens aussi partaient des faits pour élaborer leurs théories, sauf qu’ils ne comprenaient pas vraiment ce qu’ils observaient.
          Aucune science n’a prétention à défendre la vérité. Les physiciens proposent juste des théories qui fonctionnent mieux que les systèmes antérieurs. Ca se traduit par la fabrication d’artefacts qui fonctionnent. L’effet tunnel, par exemple, explique le fonctionnement des semi conducteurs. … Qui nous permet d’échanger des messages ici. C’est juste un exemple. Une bonne théorie est une théorie avec des applications vérifiables.
          Bref.
          Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visite guidée de la Mahdara de Matamoulana en Mauritanie

La spiritualité musulmane