in

Etre dans l’humilité pour s’abandonner totalement à Dieu

La Voie vers Dieu (2)

Soient les versets de la sourate al-Fatiha : Iyyaka na’boudou

wa iyyaka nasta’ine
C’est Toi que nous adorons, et
C’est en Toi que nous recherchons le secours…

Publicité

Et de comprendre, en première lecture, que le secours réside tout entier dans l’adoration. Formulation universelle du motif de l’engagement dans la pratique rituelle. Mais ouvrant illico notre esprit à l’intelligence d’un second niveau de lecture, établissant (tout en maintenant intacte la structure du motif original) que l’adoration est ce qui nous ouvre une voie d’accès intérieur vers Dieu : une voie de communication avec l’Absolu. Ainsi, l’aide qu’Il nous octroie réside-t-elle essentiellement dans ce qu’Il nous communique en termes de « signes ».

Le secours nous parvient donc de ce que le monde fait désormais pour nous sens en tant que « signe » vers Lui. Le « monde » n’est, pour le croyant, une bénédiction, que si son esprit, orienté vers la présence, accueille l’entière manifestation en sa qualité de « stance signalétique », comme un faisceau de signes de la réalité divine (« signe » en arabe se dit « ‘alama », signifiant aussi bien « signe » que « monde »).

La Loi est le chemin conduisant le pratiquant sincère jusqu’à la Résidence de son Ami. C’est dans cette compréhension que pourrait résider la signification la plus profonde de l’Islam, savoir, dans la reconnaissance de l’Ami, la contemplation de Sa présence… Lorsque l’homme reconnaît la présence du Dieu personnel, miséricordieux, secoureur, son âme aspire infiniment à trouver le chemin du lieu de vie de son Ami (lieu de résidence symbolique) ; ainsi trouve-t-il, dans sa pratique, le lieu—réel et symbolique—de la Kaaba.

Publicité

Mais pour reconnaître Dieu dans Sa Réalité—lorsque la motion psychique du pratiquant se disperse pour s’unir dans l’excédence de la transcendance divine—il faut reconnaître, soi-même, en soi-même, sa propre impuissance ou faiblesse ontologique ; la voir à nu, se mettre à découvert, scruter la condition humaine dans son plus simple appareil. Raison pour laquelle ce sont le plus souvent des épreuves et du désespoir que naît la lumière de la foi en Dieu, vivant, personnel, secoureur ; que nait la foi en la Providence.

La reconnaissance de l’Ami conduit l’esprit de l’homme repenti à cheminer vers Son lieu de résidence symbolique pour y trouver refuge. La Kaaba devient sa destination ; la Loi, son itinéraire. En orientant le regard de son esprit vers le Kaaba, la maison de son Ami, l’homme détourne sa conscience, de soi-même, vers l’Ami. Et c’est précisément ce déplacement que la « conversion » opère en toute rigueur dans l’âme de celui qui se « convertit ». En reconnaissant la Providence, le musulman prend conscience que Dieu est plus proche de lui-même « que sa veine jugulaire » (5) ; que Dieu ne demande pas mieux que de le bénir et sauver. Pour recevoir le secours de Dieu, le regard intérieur du musulman doit se déporter du « Je » et se porter vers Lui !

Dieu devient alors le centre de son attention. C’est Dieu, et non plus lui-même, qui est le Centre de son existence : Centre mystique dont le rayonnement est nécessairement universel. Le regard de l’homme—fût-il spirituel—ne saurait L’atteindre, mais Lui, Permanent, atteint le regard de l’homme. (6) L’œil du cœur humain saisit l’actualité du regard que Dieu pose sur lui dans la manifestation. Ainsi la réalité divine se donne-t-elle à contempler dans la constellation des signes de notre univers symbolique, dont la Kaaba est, en dernière analyse, la pierre angulaire, le principe organisateur.

De fait, la Loi—ou « sharia »—est un moyen de se déprendre de soi en se souciant de soi. Elle est ce par quoi l’homme peut s’engager dans un processus de déprise de soi tout en restant engagé dans un processus psychosocial de subjectivation. Il n’est donc pas ici question de perdre sa subjectivité (conscience de soi) ou de la dissoudre complètement, mais de la transformer, de l’élargir à l’universel.

Transformation opérée via le processus initiatique de la « caractérisation » (« takhalluq »), processus consistant pour le sujet à se positionner intérieurement de sorte à laisser Dieu investir, prendre en charge, diriger sa conduite et remplacer ses qualités par les Siennes. Dieu devient alors l’ouïe par laquelle le sujet entend, la vue par laquelle il voit… (7) Dieu substitue Ses attributs aux siens. Et cette « position intérieure » que le sujet doit emprunter afin d’activer ledit processus, c’est l’humilité.

Ainsi, pour rendre cette substitution possible, l’homme doit-il se trouver dans un état d’humilité. Nous avons celle-ci en nous, mais encore s’agit-il de nous humilier devant Dieu, et non pas (ou plus) devant de fausses idoles. (8) Et la plus massives des idoles—celle qui les résume toutes—n’est autre que le Moi. Ainsi la tâche spirituelle consiste-t-elle à se déprendre du Moi pour s’abandonner totalement à Dieu. C’est le saut vers l’Absolu. Le mouvement intérieur, la conversion, on l’appellera comme on voudra. Reste que le saut dans le vide, le saut dans l’invisible, ou l’ineffable, passe nécessairement par un départ de la terre ferme.

Publicité

La terre ferme de nos certitudes, stéréotypes, connaissances, titres, mérites, petites satisfactions. Se déprendre du Moi, c’est s’accorder un moment de vérité quant à soi en prenant ultimement acte du fait que notre Moi n’a aucune valeur ou réalité en soi seul. Le sujet trouve la délivrance dans la conscience, pleine, entière, intransigeante, que le Moi n’est rien d’autre que ce que l’Absolu lui donne d’être et dont il dépend radicalement.

La terre ferme du Moi est tendre, verte et bien confortable. Pourquoi faudrait-il la quitter ? Parce que le moelleux et le confort de notre petit Moi satisfait nous dissimulent la dure réalité de notre irréductible pauvreté ontologique. L’esprit le plus fort est celui qui connaît le mieux sa faiblesse.

Il n’y a qu’une erreur dans le monde, la souveraineté de l’homme. (9) Pour se ménager une chance de vivre selon l’harmonie, l’homme doit donc comprendre et admettre son erreur, puis travailler sans relâche pour se corriger. Il doit se déprendre de l’illusion de sa propre autonomie. L’homme n’a pas sa cause en lui-même…

Tant qu’il vit sous l’emprise de cette illusion de suffisance et d’autonomie, il vit bien dans la « présence divine »  ; mais ne parvient pas à la reconnaître. Elle lui échappe totalement. Pour faire le saut, quitter la terre ferme de la souveraineté humaine, l’homme a besoin de repères, de balises, besoin de trouver par delà sa personne quelque sorte de sillage dans lequel il puisse inscrire sa propre dynamique. La Loi est le chemin qui conduit l’homme vers la Présence Divine. C’est la voie droite sur laquelle les musulmans demandent à Dieu de les guider dans chacune de leurs prières rituelles. C’est donc bien une voie « invisible », intérieure, individuelle et secrète…

Ce n’est donc que dans des conditions bien déterminées que cette voie prendra une forme collective, politique, institutionnelle. La sharia des âmes ne peut donc trouver—sans s’annuler—d’espace d’intégration politique dans l’humanité que dans la seule organisation que le consensus (« ijma’ ») désigne par le nom de califat universel. (10)

 

Notes :

5.Coran (50-15).

6.Coran (6-103).

7.Sahih al-Bukhari, (Dar al-Fajr). 1944.

8.Simone Weil, La Pesanteur et la Grâce. Plon. 1950

9.Félicité de Lamennais, Mélanges Philosophiques.

10.Raison pour laquelle un « Etat islamique » qui s’autorise de la sharia au pénal est une (funeste) plaisanterie. Un Etat-nation islamique pourrait à la limite se soutenir d’un semblant de légitimité si leurs dirigeants étaient, eux-mêmes, à titre individuel, dans un « état (intérieur) islamique » ; auquel cas ce serait précisément en vertu de leur disposition à l’humilité qu’ils se retiendraient d’exercer le pouvoir politique au nom de la sharia en l’absence d’une autorité califale régulière. Appelons dès lors de nos vœux l’avènement d’un Califat spirituel, un nouvel espace œcuménique transnational d’universalisation des échanges de stances signalétiques…

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Kalim-le-Malik

    Cher ami,
    Merci pour votre longue réponse, même si, bien sûr, je ne suis d’accord sur rien.
    – Tout d’abord, j’estime que la morale du bon sauvage s’apparente aux règles de vie du singe. Formellement, le singe n’est ni bon ni mauvais, mais ses comportements sont compatibles avec le survie de son espèce. On y retrouve des agonistes de comportements moraux, que l’on ne qualifie pas de moraux, mais d’altruistes. Ces comportement ont été sélectionnés par l’évolution du fait de leur utilité, mesurée à l’échelle du groupe. Darwin y fait d’ailleurs référence, sans étendre le champ de la sélection aux écosystèmes, contrairement à votre serviteur.
    – Ensuite, je pose l’idée que la morale religieuses est apparue après la sédentarisation pour fluidifier les relations à l’intérieur de la tribu malgré certaines dérogations à la morale naturelle, innée, et donc non enseignée. Car la société de classes générée par la sédentarisation agresse le sens inné de l’équité.
    – Rien à voir avec la spiritualité. Je serais même tenté de dire: Au contraire. Je pense que la propension à sortir du réel est innée chez Sapiens. C’est en lien direct avec son imagination créatrice, son sens artistique, son imagination. C’est d’ailleurs la créativité de Sapiens qui a permis à notre espèce animale d’inventer des technologies nouvelles. Le lien entre mysticisme et réussite technologique est donc mécanique. Les taoïstes l’ont bien compris qui intègrent dans le Roun, la psyché organique du foie, l’imagination, la créativité technologique, l’instinct religieux, et la paranoïa, la colère, la propension au délire. Bien entendu, on distingue le positif (imagination, sens artistique), du négatif (colère ou paranoïa en cas de dysfonctionnement de l’organe). (Juste pour mémoire, puncturer F3 et V 18 en dispersion, mais on peut y ajouter VB 34, et le fameux “pied qui crie”, toujours en dispersion. Ca soigne divinement bien le délire mystique, l’alcoolisme, et nombre d’états délirants.
    – Mais il va sans dire que je n’assimile pas la foi, sans e, à une pathologie chinoise.
    – A part ça, la spiritualité procède quand même d’une ouverture en direction de l’imaginable. Elle est formellement irrationnelle, mais suprêmement libre des contraintes imposées par la raison. Elle représente l’intuition, opposée à la logique, mais je peux concevoir que la logique est bornée par construction. Bornée par les limites de nos sens, bornée par les limites de notre cerveau. Et si notre inconscient percevait l’imperceptible?
    – Encore une fois, je ne cherche pas à démontrer l’inexistence de ce qui constitue la foi. C’est impossible.
    – En revanche, je confirme ma définition du surmoi, puisque ce mot a été inventé par Freud pour qualifier la morale issue de l’éducation. “Surmoi” est traduisible par “aptitude aux scrupules”. Celui qui en est dépourvu est mauvais. Je me réfère juste aux théories de la psychanalyse, puisque ce mot en est issu.
    – Mais je conteste 100% des théories de la psychanalyse. Pour moi, cette science repose sur du vent.
    Amitiés sincères, et c’est bien l’essentiel.
    Vu que la théorie, on s’en fout. C’est juste pour jouer en attendant la faucheuse.

    • @Patrice l’Originel
      Je comprends votre foie qui consiste en la déshinibition des restrictions du cerveau primaire pour le libérer des inhibitions acquises.
      Le Noble Coran indique un avantage au spirit mais y conclut plus de désavantages sur la balance. La saturation et la désorganisation des inhibitions biologiques internes au cerveau pour son bon fonctionnement étant un désavantage qui touche beaucoup de religieux athénéens. Je m’aperçois que dans toute religion, est spirituel pas forcément celui qui le prétend.
      Je suis tout à fait d’accord que revenir à l’état homo, c’est quelque part redécouvrir une “essence primate” et s’abandonner aux plaisirs primaires. Je suis également d’accord que le spirit procure à la personne un comportement entre altruisme (sociabilité) et bestialité (violence) qui paraît naturel. Néanmoins, et en dehors des comportements déviants, le manque de contrôle du saoul (l’élévation du spirit) est pour le moins intrigant et n’indique pas vraiment un moi ou un soi mais plutôt un refoulement qui émerge. Je dirais comme une sorte d’inconscient qui prend le contrôle. Ce qui je vous le concède peut avoir beaucoup d’avantages spirit-uels. A chacun ses rit-uels.

      Enfin, il ne faut pas oublier que tout groupe constitué forme une sorte de mini-société. Il y a toujours un chef, un altruiste etc. Lors de la chasse, il y a les forts et les faibles. Lors du passage dinatoire, il y a les premiers et les derniers. Les instincts primaires désorganisent car tout le monde se jéterait sur le met et cela finirait rapidement en orgie violente. Il y a donc toujours besoin de règles et la question est toujours : Qui les dictent ? Et quid lorsque la survie est dépassée ? Vous posez donc un faux débat encore une fois en croyant que ce que vous appelez sauvage contient forcément en lui les qualités originelles alors que c’est la noblesse qui les procure et dépasse les faux instincts les plus vils. Et oui, certains animaux aussi prient. Par exemple, je fais le coq chaque matin juste avant le levé du soleil.

      “Le lien entre mysticisme et réussite technologique est donc mécanique.”
      Wahoo, content de vous l’entendre dire.

      “….Car la société de classes générée par la sédentarisation agresse le sens inné de l’équité….”
      Au contraire la morale de la véritable religion supprime le système de caste pyramidal imposé par les dominants. Elle dit justement que Marx est une hérésie qui divise dans une société où si chacun doit avoir une fonction, tout le monde doit être vu à la même échelle. Le vrai problème est quand la société est créée pour perpétuer les dominants hors elle doit être créée pour la liberté de chacun et la subsitance de tous avant tout. La différenciation en richesses et en intelligence devant être dirigée pour le bien de tous mais en respectant la liberté de ceux qui en sont capables. Lutter ou jalouser la réussite des autres me paraissant injuste et au regard du bolchévisme être un moyen de perpétuation de la caste alors que le renouvellement des puissants doit laisser le champs libre aux nouveaux riches en devenir.

      “Elle représente l’intuition, opposée à la logique”
      La logique elle-même a besoin d’intuition. C’est comme cela qu’on avance en science. Par exemple, concernant le tableau de Mendeleïev, Mendeleïev avait une intuition certaine et avait rempli les éléments que nous n’avons découverts que bien plus tard.

      Etant moi-même 100% contre la psychanalyse vu sa tortuosité manipulatrice des esprits faibles, je dis simplement en confirmant votre définition que Freud a conceptualisé un phénomène qui me paraît juste mais mal défini. En ce sens, je n’entends pas dénoncer la psychanalyse par incantation mais par déconstruction de ses faux concepts.

      Mes amitiés renouvelées
      Je suis entièrement d’accord, nous ne faisons que refaire le monde. Que Dieu vous préserve en bonne santé le plus longtemps de la faucheuse et qu’Il vous ouvre le coeur et la raison à sa connaissance. Pardon si je vous dérange mais c’est vraiment la meilleure chose que je puisse vous souhaiter sinon je ne pourrais me prétendre sincère avec vous en amitiés. Vous connaissant chrétien de culture, je pense que vous le recevrez avec recul et avec plaisir (j’ose le penser du moins).
      Fraternellement vôtre

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Adhan résonne dans tous les coeurs

Plus de 500 employés soutiennent une collègue qui a protesté contre un contrat avec Israël