in

Gidéon Levy : Israël vote pour l’apartheid

L’élection de mardi entraînera à coup sûr un résultat : une centaine de membres de la prochaine Knesset seront des partisans de l’apartheid. Ce fait est sans précédent dans les États démocratiques. Cent législateurs sur 120, une majorité archi-absolue qui soutient la continuation de la situation actuelle, à savoir l’apartheid.

Avec une majorité pareille, il sera possible pour la prochaine Knesset de déclarer officiellement Israël comme État d’apartheid. Face à un tel soutien à l’apartheid et compte tenu du caractère durable de l’occupation, aucune propagande ne pourra réfuter cette vérité toute simple : presque tous les Israéliens souhaitent que l’apartheid continue. Leur culot – ce qu’on appelle chutzpah en yiddish – atteignant des sommets, ils qualifient cela de démocratie, alors même que plus de 4 millions de personnes qui vivent près d’eux et sous leur domination n’ont pas le droit de voter pour cette élection.

Bien sûr, personne n’en parle, mais sous aucun autre régime dans le monde on ne peut voir deux localités limitrophes dont l’une, appelée colonie cisjordanienne, abrite des habitants dotés du droit de vote alors que leurs voisins, habitants d’un village palestinien, ne peuvent exercer ce droit. On a là l’apartheid dans toute sa splendeur, et presque tous les citoyens juifs de ce pays souhaitent qu’il continue à exister.

Publicité

Cent membres de la Knesset seront élus sur des listes dites de droite, de gauche ou centristes, mais ce qu’elles ont en commun l’emporte sur leurs différences : aucune n’a l’intention de mettre fin à l’occupation. La droite l’affirme avec fierté, alors que le centre-gauche a recours à des illusions futiles pour brouiller les cartes, lançant des propositions de « conférence régionale » ou de « séparation sécurisée ». La différence entre ces deux regroupements est négligeable. À l’unisson, droite et gauche chantent « dites oui à l’apartheid ».

Dans ces conditions, cette élection n’a guère d’importance ; elle est loin d’être cruciale. Dispensons-nous de toute hystérie ou déclarations pathétiques sur ses résultats. Ni la guerre civile ni même une scission ne sont en jeu. Le peuple est plus uni que jamais, et se prononce pour l’apartheid. Quels que soient les résultats de mardi, le pays de l’occupant restera le pays de l’occupant. Cela le définit mieux que toute autre question marginale, par exemple la campagne du parti Zehut pour légaliser la marijuana.

Il n’y a donc pas de raison pour que nous retenions notre souffle en attendant les résultats. L’élection est déjà perdue. Pour les Juifs de ce pays, elle donnera le ton, elle déterminera à quel degré de démocratie, de primauté de la loi, de corruption ils vont vivre, mais elle ne fera rien pour changer l’essence fondamentale d’Israël en tant que pays colonialiste.

Publicité

L’extrême droite demande l’annexion de la Cisjordanie, ce qui doterait d’une permanence juridique une situation permanente depuis longtemps dans la pratique. Cette mesure présenterait un avantage attirant. Elle arracherait enfin du visage d’Israël le masque de la démocratie et finirait peut-être par susciter une opposition dans le pays et à l’étranger.

Mais aucune personne dotée d’une conscience ne peut voter pour la droite fasciste, qui compte dans ses rangs des partisans de l’expulsion des Palestiniens, de la construction d’un Troisième Temple sur le Mont du Temple, de la destruction des mosquées qui s’y trouvent, ou qui rêvent même d’extermination. Le parti Likud du Premier Ministre Benjamin Netanyahu, censé être plus modéré, souhaite simplement perpétuer la situation actuelle, c’est-à-dire l’apartheid non déclaré.

Le centre-gauche entend mettre en œuvre une supercherie, sans que ni Kahol Lavan ni le Parti travailliste ne disent un mot sur l’occupation, ou même sur la fin du blocus de la Bande de Gaza. Le parti de Benny Gantz formule des plans ambitieux en vue d’une conférence régionale, qui aurait un caractère historique et « approfondirait le processus de séparation avec les Palestiniens tout en maintenant sans compromis … la liberté d’action de l’armée israélienne en tout lieu ».

Publicité

Il y avait longtemps qu’un document aussi honteux de blanchiment de l’occupation n’avait été publié. Et le Parti travailliste n’est pas à la traîne. La mesure la plus audacieuse de son catalogue est un référendum sur les camps de réfugiés avoisinant Jérusalem dans lequel voteraient les seuls électeurs israéliens, bien entendu.

Et tout cela s’ajoute à une série de déclarations banales sur les blocs de colonisation, Jérusalem, la vallée du Jourdain et l’interruption de la construction de colonies en dehors des blocs, c’est-à-dire que la construction de colonies continuerait à pleine puissance. Ce parti, fondateur vertueux de l’entreprise colonisatrice, parle de « chemins de la séparation ». Ce sont plutôt les chemins de la tromperie.

La paix ? Le retrait ? Le démantèlement des colonies ? La gauche sioniste en rit encore. Il ne reste pas grand monde, deux listes et demie, une frange : le Meretz et Hadash-Ta’al, qui soutiennent une solution à deux États — ce train défaillant qui a déjà quitté la gare — et puis Balad-Liste arabe unie, assez près de préconiser une solution à un État, la seule solution qui reste.

Votez pour l’apartheid.

Traduction SM pour l’Agence Média Palestine

Source : Haaretz

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les dirigeants refuse de voir la vérité en face: On ne s’oppose pas à la force brut de l’occupant par de la tchatche. Pour avoir ses droits, il faut agir en utilisant des arguments convaincants autres que ceux qu’utilise l’OLP de Abbas et ne point faire confiance à son ennemi et à ses protecteurs occidentaux.

  2. Le système touche le fond, manque le coche… Le sursaut, l’étincelle n’aura pas lieu de l’intérieur… Bien au contraire…
    La Convention pour l’Élimination et la Répression du crime d’Apartheid de 1973 le définit comme « un régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur tout autre groupe racial ou tous autres groupes raciaux et dans l’intention de maintenir ce régime ».
    La situation d’oppression qu’impose l’État d’Israël aux Palestiniens, dans son territoire comme dans les territoires occupés répond à cette définition juridique.
    Palestiniens sont victimes de discriminations (en ce qui concerne la nationalité, le mariage, l’accès au travail, l’accès à l’éducation, au permis de construire etc.) ; dans les territoires occupés l’armée israélienne contrôle l’eau de Cisjordanie ; aucun droit ne régit le travail des Palestiniens (ni salaire minimum, ni âge minimum, ni maxima horaires…). Les Palestiniens vivent sous l’arbitraire de juridiction militaire à l’intérieur de « Bantoustans » isolés entre lesquels il n’est pas possible de circuler sans autorisation israélienne. Enfin un million et demi de Palestiniens dans la bande de Gaza vivent un cas extrême d’oppression systématique…
    La Loi « fondamentale » (constitutionnelle) sur « l’État-nation du peuple juif » du 19 juillet 2018 officialise l’État d’apartheid en Israël, en affirmant l’inégalité des droits de ses citoyens palestiniens arabes par rapport aux citoyens juifs : rétrogradation du statut de la langue arabe, possibilité de réserver des localités aux seuls citoyens juifs, droit à l’autodétermination réservé au seul « peuple juif ».

    Et l’auteur, Gidéon Levy nous met en garde, ces challengers de l’épouvante vont encore creuser les facettes de l’Apartheid, et les élections, l’étiquette du parti, ne changeront rien puisque c’est bien l’idéologie qui malheureusement tient le haut du pavé…

    Offrant un tableau assez exceptionnel dans lequel L’Humanité touche le fond…

  3. Rien n’a changé et rien ne changera, comme disait le président habib bourguiba “LES SIONISTES NE COMPRENNENT QUE LE LANGAGE DE LA FORCE” a la violence de l’injustice et aux massacres des innocents ont ne peut répondre que par la force. Cet état arrogant et belliqueux comme disait Charles de Gaules doit être mi au bancs des pestiférés comme le furent les nazis et les suprématistes blancs de l ‘Afrique du sud.
    Les Arabo-musulmans et les gens dignent de porter le nom d’être humain doivent littéralement bloquer toutes initiatives des alliés corrompus (à l’image de leurs frères et sœurs de DAECH )de ces sionisto-fachistes dont l’unique objectif est la destruction et l ‘érection d’un temple voué a l ‘adoration non pas du dieu d’Abraham mais de leur Ange déchu!!!
    Le temps leur ait compté et il le savent mieux que quiconque!!!

  4. Mais où est donc le devoir de mémoire. En France comme ailleurs d’ailleurs on nous bassine avec le devoir de mémoire la Shoah et tout le toutime des pressions ainsi magouillées. Ne doit-on pas voir l’apatheid sioniste comme la formez la plus aboutie de Shoah version palestiniènne ? Allons donc cessez de nous bassiner avec vos leitmotiv éculés alors que la Palestine se meurt sous le coups de boutoir barbares de l’apattheid. A méditer sans modération.

  5. Bonjour à tous,
    Il se trouve que je suis franco- israélien vivant en Israël depuis toujours, j’y suis né….
    Il y a cinq jours un accident de voiture dramatique hélas, a tue sur le coup le conducteur
    d’une voiture palestinienne, mis dans un coma profond Madame évacuée par hélicoptère
    medicalise sur l’hopital De la Hadassah.
    Leur bébé âgé de quelques jours indemne mais admis aussi à la hadassah, a refusé tous
    Les biberons proposés…il se déshydratait tranquillement….une infirmière juive israélienne s’est proposé de lui donner le sein et la…il s’est jeté dessus et a bu son lait
    Pendant plusieurs jours sous le regard attendri des tantes et oncles de l’enfant.
    Selon le Coran et pour ce geste simple la vraie mère de l’enfant est cette infirmière….

    • Transformer la question politique “L’Apartheid “en question humanitaire ne rendra pas justice au Peuple Palestinien C’est ce type de manipulation qui fait que la question coloniale “occupation des terres palestiniennes” par des gens venus d’ailleurs a été transformée en question religieuse “Les juifs contre les Musulmans”

    • Pour avoir donné allaité un bébé en lui donnant son sein c’est sa Mère ???
      Tu plaisante c’est ce qu’on peut appeler sa mère de lait .
      mais sa vrai mère c’est celle qui l’a enfanté
      Le coran n’a jamais dit sa vous les tenez d’ou ces information??? certainement pas du Coran

  6. Quel que soit le parti israélien au pouvoir, rien ne changera pour les Palestiniens. Tous les partis sont sionistes et ont le même objectif : renforcer leur domination sur la Palestine et la région moyenne-orientale.
    Ceci dit, seule la résistance, par tous les moyens possibles et imaginable, pourra libérer les Palestiniens de cet Etat d’occupation qui n’a rien à envier au nazis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Saïd Branine

Publicité

Le couscous maghrébin bientôt inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ?

Maroc : Nasser Zefzafi, le leader de la contestation du Rif, se coud les lèvres avec un autre détenu en prison