in

Fontenay sous bois (94) : La mairie interdit à ses animateurs de faire le Ramadan

Le CCIF a été informé par plusieurs témoins que la municipalité PCF de Fontenay sous Bois (Val de Marne) aurait demandé à ses directeurs de centre de vacances de ne pas recruter d’animateurs pratiquant le jeûne pendant le Ramadan et d’interdire à ceux en poste de le faire.

Non satisfaits de se limiter à cette mesure discriminatoire, les cuisiniers auraient également été chargés de contrôler l’application de cette mesure en espionnant les animateurs et éventuellement les dénoncer à M. Gilles Martin, directeur de la Caisse des Ecoles de la ville de Fontenay sous Bois.

Ainsi, les animateurs « surpris » de pratiquer leur culte ont été contraints de rompre leur jeûne sous peine de licenciement sur le champ. La municipalité prenait ainsi le risque, en cas d’application d’une mesure illégale, de laisser les enfants sans encadrement et par conséquent de les exposer à un danger réel !

Nous rappelons aux tenants d’une laïcité stricte que la loi du 9 décembre 1905 souligne la particulière gravité de ces agissements en prévoyant des peines à toute personne qui « soit par voie de fait, violences ou menaces contre un individu,…en lui faisant craindre de perdre son emploi…l’auront déterminé à exercer ou à s’abstenir d’exercer un culte… »

De plus, toute discrimination opérée entre des personnes physiques à raison de leur appartenance, vraie ou supposée à une religion déterminée est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amendes lorsqu’elle consiste en un refus d’embauche !

Les témoins que nous avons rencontrés attestent du fait que la mairie n’a pas démenti ces faits très graves portés à son encontre et le Sénateur-Maire, Monsieur Jean Francois VOGUET, refuse toujours de s’exprimer sur cette affaire.

Le CCIF demande aux citoyens de Fontenay sous Bois et d’ailleurs de saisir la mairie afin d’avoir des explications de leur part en demandant le secrétariat du Maire au 01 49 74 74 74.

Par ailleurs, le CCIF fait un appel à témoins pour dénoncer cette attitude digne de l’inquisition et étudier les suites à donner notamment devant les juridictions compétentes pour d’éventuelles poursuites judiciaires afin que les défenseurs de la laïcité n’en deviennent parfois les fossoyeurs.

Le Collectif contre l’islamophobie en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des membres de la famille Kadhafi sont entrés en Algérie

Crise de foi