in

Etats-Unis : Un musulman, sur le chemin de la mosquée pour la prière de Tarawih, roué de coups par trois hommes

Ils se tenaient en embuscade à proximité d’une mosquée du Bronx, trois hommes, tapis dans l’ombre et déterminés à nuire lors du recueillement nocturne propre au mois béni de Ramadan, ont brusquement surgi de la pénombre pour rouer de coups le premier musulman qui passait, en la personne du malheureux Mohammed Atique Achraf.

Facilement repérable à son bonnet de prière blanc qui lui coiffait la tête et en faisait une proie de prédilection, ce fidèle n’imaginait pas qu’un terrible traquenard l’attendait jeudi dernier, au bout du chemin qui lui était si familier, l’empêchant d’atteindre son lieu de culte vers lequel il se pressait, comme chaque soir, pour accomplir la prière de Tarawih.

« Ils m’ont frappé et frappé encore, avant de m'abandonner sur le sol », a témoigné Mohammed Atique Achraf, visiblement sous le choc de cette agression, lâche et sauvage, qui lui a éclaté la lèvre et causé de nombreuses contusions et éraflures sur l’ensemble du corps, le laissant profondément meurtri dans sa chair et son âme. « Ils ont proféré des injures racistes en m’attaquant par surprise, ce qui m’a littéralement paniqué », a-t-il souligné, en regrettant d’être incapable d'identifier ses assaillants qui déguerpirent très vite, une fois leur victime à terre, gisant sur le trottoir.

Ce nouveau crime de haine, tel que l’a qualifié la police new-yorkaise, perpétré en pleine célébration du Ramadan, survient après celui commis à la veille du mois sacré, semant l’effroi au sein de la communauté musulmane du Bronx, nombreux étant ceux qui redoutent une récidive encore plus violente.

« Nous avons besoin de plus de présence policière dans la nuit autour de 22h30. Il faut que la prière de Tarawih soit sécurisée », insiste Mohammed Mujumder, membre du Comité de direction de la mosquée du Bronx, tandis que Mohammed Atique Achraf, désormais habité par la peur, se dit très éprouvé par son agression. Son angoisse est d'autant plus forte et irrépressible que les criminels courent toujours. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Honteux ! Des supporters anglais de football font boire de la bière à un enfant de 7 ans contre de l’argent

Le don de sang d’un Indien musulman sauve la vie d’une Indienne de confession hindoue