in

Etats-Unis : les organisations caritatives musulmanes se mobilisent pour Thanksgiving auprès des plus nécessiteux

Comme chaque année de l’autre côté de l’Atlantique, quand revient le quatrième jeudi de novembre et, avec lui, le temps de perpétuer la tradition immuable du « Jour d’action de grâce », une effervescence particulière règne au sein des foyers américains, impatients de festoyer en famille.

Jeudi 25 novembre, dans une Amérique consumériste qui, bien que drapée dans sa toute-puissance économique, peine à dissimuler le long cortège de laissés-pour-compte qu’elle traîne derrière elle, l’incontournable dinde farcie a trôné au milieu de nombreuses tables alléchantes, dressées spécialement pour Thanksgiving. 

Alors que la plupart des Américains se sont empressés, avec gourmandise, de mettre les petits plats dans les grands, plus de 37,2 millions d’entre eux (selon les dernières estimations du US Bureau Center), vivant dans une extrême précarité, ont ressenti encore plus douloureusement leur solitude et leur dénuement. 

Publicité
Publicité
Publicité

Exclus de tout, et cruellement de cette fête familiale par excellence qui, pour régaler les papilles, n’en fait pas moins mal au porte-monnaie, les oubliés de Thanksgiving, errant l’âme en peine, accablés sous le poids de la misère, désespéraient qu’on leur tende la main. Mais c’était sans compter sur l’extraordinaire mobilisation d’Islamic Relief USA, l’association phare de bienfaisance islamique Outre-Atlantique.

Fidèles aux enseignements coraniques, des centaines de bénévoles, tous plus dévoués les uns que les autres, ont uni leurs forces avec plusieurs autres de leurs coreligionnaires, à travers le pays, afin que des milliers de leurs concitoyens nécessiteux, de toutes origines et confessions, puissent, eux aussi, déguster de délicieux repas chauds, et notamment la star des volailles. 

Ce jeudi 25 novembre, dans plus de 20 métropoles américaines, la célébration de Thanksgiving a eu une saveur incomparable pour des milliers de sans-voix, sans ressources et sans toit, que le coronavirus a encore plus fragilisés et esseulés.

« L’Islam enseigne que nous ne devons pas manger quand notre voisin a faim », a souligné l’une des chevilles ouvrières de cette grande opération de solidarité supervisée par Islamic Relief, heureuse d’avoir porté haut les nobles valeurs de l’islam aux quatre coins de la vaste Amérique. 

 

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Et voici que la page wikipédia conforte mes doutes sur les origines de ce jour, mieux que ça, il y a comme souvent un récit apparent et un récit soujacent plus proche certainement des faits authentiques. Mais les deux récits ne s’excluent pas totalement. Le premier serait qu’une colonie décimée par le scorbut fut secourue d’autochtones, et donc ce serait fête d’amitié entre colons et autochtones. Le second récit est que ce jour est action de grâce après l’extermination de tout un village. Mais on peut associer les deux récits et vraissemblablement, les autochtones ont porté secours à ces gens peu nombreux et d’apparence paisible, en somme des réfugiés arrivés d’un pays lointain. Mais une fois établi, nourris et acclimatés à l’agriculture du pays où ils se trouvaient, les colons s’en firent les maîtres. Ceci ressemble à d’autres histoires, mais lisez plutôt et excusez ou n’excusez pas mon indéférence.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Thanksgiving_(%C3%89tats-Unis)

    Croissant de lune.

  2. Sauf erreur de ma part, cette fête Américaine d’action de grâce n’a rien à l’origine de familial ou pacifique, c’est effectivement une action de grâce pour victoire des Chrétiens sur les païens, si le sens initial de cette action de grâce est oublié au cours du temps, il est assez connu pour ne pas autoriser les organismes de secours Musulmans ou autres à distinguer cette journée qui est triste pour l’humanité. N’y a-t-il pas assez de jours dans l’année? N’y a-t-il pas assez d’autres fêtes sans cette signification anti-humaniste? Est-ce que les bons sentiments sont mal placés ou est-ce en parfaite connaissance de cause que certains y ont induit des organismes Musulmans, suggérant par là un acquiescement des Musulmans à la mémoire d’un jour peu glorieux?

    Je peux me tromper, c’est l’échos que j’ai eu de ce jour Américain, en avez-vous d’autres, vous?

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Ressusciter nos penseurs oubliés : la croyance selon le penseur musulman d’origine turque, Ahmet Nurretin Topçu (I)

Mauritanie : Chinguetti, une ville sainte de l’Islam en plein désert