in

Estrosi et Ciotti, les Umpistes décomplexés, se félicitent de la plainte déposée contre Ahmed

A eux deux ils font la paire, les Umpistes à droite toute que sont Christian Estrosi, le maire de Nice hostile aux « mariages bruyants », et Eric Ciotti, le député des Alpes-Maritimes acquis au tout-sécuritaire, sont les nouveaux pères Fouettard de la République, ceux avec qui le monde merveilleux de l’enfance serait vite peuplé de monstres méchants qui enverraient direct à la case prison, surtout quand on s’appelle Ahmed, que l’on a le nom aussi arabisant que le faciès est typé, et que l’on voue un culte au Prophète plutôt qu’à « Charlie » dans une société laïcisée, déspiritualisée, où le deux poids deux mesures règne en maître…

Tant pis pour l’innocence sacrifiée et les droits sacrés de l’enfance piétinés ! Car comme s’est exclamé Eric Ciotti, lequel, à l’instar de son collègue niçois ultra-Sarkozyste, se range inconditionnellement du côté du directeur d’école et de l’instituteur du garçonnet, estimant « normale » la démarche policière et judiciaire entamée à son encontre : "Je crois qu'il faut arrêter avec le monde des bisounours !".

Il est certain qu’en applaudissant des deux mains à l’audition par la police d’un bout de chou de 8 ans et à la plainte déposée contre lui pour « apologie du terrorisme », en niant le traumatisme subi par ce dernier, tout en taisant les brimades et la mise à l’index odieuses dont il a été victime au sein même du sanctuaire scolaire, au nom d’un front commun contre le terrorisme aux airs de chasse aux sorcières menée contre les Français de confession musulmane, les duettistes de la droite décomplexée n’ont rien de gentils « Casimir » susceptibles de tranformer la France en île enchantée, mais bel et bien de tristes sires de notre sinistre farce politicienne qui font de notre vie un… enfer !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mohamed Kacimi accusé d’avoir bidonné son témoignage sur “l’apologie du terrorisme” dans un lycée du Val-de-Marne

Les premiers fruits amers de l’unité nationale : Guerres, peurs, humiliation, mises sous surveillance