in

En réponse aux signataires de l’Appel contre « le séparatisme islamiste »

Le 19 mars, Le Figaro a publié une tribune intitulée : « L’appel des 100 intellectuels contre le séparatisme islamiste ». Je réagis aujourd’hui : «Sans être d’accord, je pensais que j’allais humer l’air vif des sommets ; je n’ai fait que respirer les remugles d’eaux troubles et grasses, agitées par des poncifs rebattus qui courent comptoirs et rues».

« Il était réservé à notre temps de voir des hommes de pensée ou qui se disent tels faire profession de ne soumettre leur patriotisme à aucun contrôle de leur jugement, (…) déclarer traîtres à leur nation ceux de leurs compatriotes qui gardent à son égard leur liberté d’esprit ou du moins de parole. (…) Ces remarques expliquent la volonté si fréquente chez l’écrivain français contemporain de prendre une posture politique, mais non pourquoi elle est si ponctuellement, encore que plus ou moins franchement, dans le sens autoritaire. C’est ici qu’intervient un second facteur : la volonté, chez l’écrivain pratique, de plaire à la bourgeoisie, laquelle fait les renommées et dispense les honneurs. » Julien Benda, La Trahison des clercs

L’heure est grave ! Que dis-je, idiot utile, inconscient et aveugle au front bas que je suis, elle est extrêmement grave. Oyez bons Français et fiers patriotes : un spectre hante l’Europe et notre beau pays menacé par le « totalitarisme islamiste » qui ne cesse de progresser. Hier, des quartiers populaires sont passés sous la coupe de musulmans radicaux, selon certains qui pensent être des visionnaires éclairés et éclairants. Aujourd’hui, c’est plus terrible encore, des forces françaises antirépublicaines s’activent pour relayer les actions de ces mahométans et détruire « la paix civile. » Après les coups de menton, les menaces sans fondement juridique du ministre de l’Education nationale, qui pourrait fort légitimement remplacer l’actuel Sinistre[1] de l’Intérieur, et ses diatribes policières contre SUD Education 93 voué aux gémonies pour avoir osé organiser – crime de lèse-république – une réunion consacrée au « racisme d’Etat » et des ateliers en « non-mixité raciale », les signataires de l’Appel précité s’en prennent de nouveau à cette organisation syndicale. Original et courageux, n’est-ce pas ? Subtile répartition des tâches. Jean-Michel Blanquer a ouvert les hostilités, avec l’approbation d’une majorité aux ordres, du gouvernement et de Jupiter, les signataires de cet Appel poursuivent la traque, organisent la meute, fouettent les passions en espérant un sursaut de l’opinion publique, comme on dit, et peut-être de nouveaux anathèmes ministériels contre ce syndicat honni. N’oublions pas Frédéric Potier, récemment nommé délégué à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah). En bon petit soldat soucieux de donner des gages de soumission et d’orthodoxie lexicale et politique à ceux qui l’ont désigné à ces nobles fonctions, il a déclaré : « Il n’y a pas de racisme d’Etat. Cette notion, c’est une aberration.[2] » Ivresse du pouvoir et vanité puérile qui font croire à celui qui l’exerce qu’il peut ruiner un concept par quelques phrases prétendument assassines. Dérisoire et risible.

Eu égard à la gravité de la situation, une cohorte d’hommes et de femmes venus d’horizons politiques différents ont donc décidé d’unir leurs forces et de faire fi de leurs divergences. Formidable courage qui témoigne, laissent-ils entendre, de leur capacité à s’émanciper de leurs opinions singulières pour faire triompher l’intérêt général et la défense de la République menacée. Admirable union sacrée. Plus admirable encore la qualité des signataires. Juristes, avocats, professeurs, philosophes, docteurs, agrégés, essayistes pressés, – c’est un pléonasme -, chroniqueurs divers que réunissent des obsessions communes : l’islam, les quartiers populaires « gangrenés par la charia » et les jeunes « issus de l’immigration », l’inévitable I. Rioufol[3] et la subtile E. Lévy, bien sûr, quelques académiciens, qui pensent que depuis qu’ils siègent sous la coupole, leurs travaux sont devenus immortels, et deux anciens membres de gouvernement. Un prétendu ami de la sagesse et de la vérité, L. Ferry, qui a oublié qu’on ne peut servir deux maîtres, la philosophie et le(s) pouvoir(s), et qui depuis longtemps préfère le(s) second(s) à la première. Un humanitaire revenu de tout sauf de lui-même, B. Kouchner, prêt à soutenir quiconque lui ouvre les portes du prestigieux Quai d’Orsay comme il en a fait la démonstration servile. Avec raison, l’un et l’autre prennent soin d’exhiber leur titre de ministre car beaucoup de lecteurs n’ont aucun souvenir de leurs fonctions passées. Une loi, une décision ou action mémorables ? Que nenni ! Ils n’ont fait que passer.

Publicité

Mais qu’importe. L’addition de ces personnalités intellectuelles, et de ces esprits forts et cultivés laissaient augurer un texte puissant, servi par des plumes inventives et brillantes. Sans être d’accord, je pensais que j’allais humer l’air vif des sommets ; je n’ai fait que respirer les remugles d’eaux troubles et grasses, agitées par des poncifs rebattus qui courent comptoirs et rues. Quant au clinquant des titres et des notoriétés affichés, il ne change rien à l’affaire ; il prouve seulement que ceux qui se croient haut pensent bas, quelquefois. Pensent-ils seulement ? Non. Ils lestent des opinions communes d’une légitimité académique susceptible de les faire passer pour des réflexions importantes. J’ignore qui a tenu le clavier mais le résultat pourrait laisser croire qu’un communicant affairé, et dépassé par les éléments de langage qui lui ont été imposés, s’est attelé à cette tâche en débitant avec empressement lieux communs, amalgames, raccourcis grossiers, confusions inacceptables que certains professeur-e-s signataires ne tolèreraient pas de leurs étudiant-e-s. Et les voilà conduits sur cette pente où, pour paraphraser L. Wittgenstein, les savoirs acquis au cours d’études longues et difficiles « n’améliorent en rien » leur « façon de penser (…) les questions importantes de la vie de tous les jours » ce pourquoi ils se font démagogues vulgaires en utilisant « des expressions dangereuses que les gens de cette espèce utilisent pour leurs propres fins. »

SUD Education 93 et quelques autres sont ainsi accusés de favoriser, par leurs initiatives, « le séparatisme islamiste » et de se battre pour « accorder » aux prétendus « dominés » des « privilèges » singuliers en lieu et place des beautés immarcescibles des lois républicaines, celles-là mêmes qui sont au fondement de l’unité de la « communauté nationale. » En effet, comme chacun devrait le savoir, les dispositions législatives, la justice et les possibilités offertes aux citoyens de ce pays sont égales pour tous. Nulle discrimination raciale et/ou religieuse n’affecte l’existence des uns et des autres car tous peuvent s’épanouir librement et également en constatant chaque jour l’effectivité de la sublime devise inscrite au fronton des bâtiments publics. La police, quant à elle, est au-dessus de tout soupçon puisque républicaine, agissant dans le cadre de la Constitution, respectueuse des lois, des règlements et des circulaires, elle n’effectue aucun contrôle au faciès et use de la violence avec discernement, toujours. Admirables syllogismes et puissance de la raison étayée par des connaissances précises et variées ? Piteux triomphe de la “pensée” défaite qui dégénère en idéologie où les faits, les événements et les nombreuses enquêtes menées depuis longtemps, corroborées par plusieurs institutions indépendantes et sûres – le Défenseur des droits et la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) – sont traités en chiens crevés dès lors qu’ils sont susceptibles de contredire si peu que ce soit les affirmations péremptoires des signataires.

Les faits sont têtus, affirmait un homme politique célèbre. Présentement il y a plus têtus qu’eux puisque dans le monde enchanté des mêmes, ni dominé-e-s, ni discriminé-e-s n’existent ; seuls demeurent des citoyens vivant dans le subtil éther républicain où tout n’est que liberté, égalité et fraternité. Les réalités sont autres ? Qu’importe. Au mieux, elles sont euphémisées, au pire elles sont niées. La preuve de l’existence d’un phénomène idéologique ? Son caractère rebelle à toute falsification et sa persévérance quels que soient les éléments factuels et les savoirs mobilisés pour l’infirmer. Les auteurs de cet Appel en font la démonstration probante. Pour eux, les analyses, les catégories et les termes non conformes à leurs présupposés ne sont qu’inventions de militants radicaux et irresponsables auxquels des universitaires et des chercheurs, contaminés par la sociologie, l’histoire et/ou la philosophie critiques, ces pauvres filles de la « pensée 68 », apportent leur soutien et leur insupportable « culture de l’excuse. » Pis encore, ceux qui prétendent combattre le racisme institutionnel et les discriminations, qui n’existent que dans leur imagination, sont les fourriers d’un « apartheid d’un nouveau genre » et d’une « ségrégation à l’envers. » Acmé de l’argumentation ? Echolalie sommaire de la rhétorique réactionnaire et de la thèse bien connue de « l’effet pervers » où « toute tentative pour modifier l’ordre existant produit des effets strictement contraires au but recherché. [4] »

SUD Education 93 et ses alliés supposés deviennent ainsi de dangereux activistes qui encouragent « la haine la plus caractérisée à l’égard de notre pays et de la démocratie », et font peser sur la douce France des menaces existentielles. Des adversaires ? Non, des ennemis à bien lire ceux qui souscrivent à ces formulations radicales bien faites pour susciter cette passion souvent mauvaise qu’est l’indignation. Nous ne leur ferons pas l’injure de croire qu’ils ne savent pas ce que les mots veulent dire.

Publicité

Les signataires de cet Appel s’en prennent de façon toujours plus violente aux femmes, aux hommes et aux organisations diverses qui défendent un antiracisme politique. N’oublions pas les animateurs du « Printemps républicain. » « Hiver » serait plus adéquat pour qualifier cette petite mais influente cohorte conduite par un professeur de sciences politiques reconverti dans la vigilance tweetesque qui lui a permis d’accéder à une certaine notoriété dont il n’avait jamais jouie jusque-là. Ne négligeons pas la puissance de leur alliance objective et de leur proximité idéologique ; beaucoup d’entre eux ont micros et caméras ouverts dans les médias où ils se répandent à qui mieux-mieux tout en prétendant subir la censure des « bienpensants » et des « islamo-gauchistes. » Les uns et les autres ont déjà gagné de nombreuses batailles et rallié à leur cause des soutiens multiples, conséquents et quelquefois surprenants. En réponse à leurs attaques passées, réitérées et à venir, notre résistance doit être constante, déterminée, unitaire et conduite sur tous les fronts. En nous stigmatisant, ils veulent nous réduire au silence et à l’inaction. Contre ces nouveaux censeurs emportés par un prurit toujours plus autoritaire, il est urgent d’écrire, de parler et d’agir. Donc acte.

  1. Le Cour Grandmaison, universitaire. Dernier ouvrage paru : L’empire des hygiénistes. Vivre aux colonies, Fayard, 2014

 

[1]. A l’attention de celles et ceux qui penseraient qu’il s’agit d’une insupportable et impardonnable faute de frappe, je précise qu’il n’en est rien.

[2]Le Monde, 20 mars 2018, p. 7.

Publicité

[3]. I. Rioufol, « 2017, l’ultime année du sursaut espéré. », Le Figaro, 6 janvier 2017, p. 15. Après avoir écrit que « l’Occident évitera la débâcle s’il renoue avec l’autorité, la force » et « la guerre », critiqué la trahison de « Merkel », qui a ouvert « les portes [de l’Europe] à plus d’un million de musulmans », et « l’islamophilie d’Obama », qui a « accentué la vulnérabilité du monde libre », le même salue les positions courageuses de François Fillon, de Marine Le Pen et de Donald Trump. Charmante coalition ! De haute tenue, aussi.

[4]. A. O. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard, 1991.

 

Source: Blog Mediapart

Publicité

31 commentaires

Laissez un commentaire
  1. “Vous êtes, non le plus esclave, mais le plus valet de tous les peuples.”
    Le concept de peuple est un concept éphémère et l’injure dérisoire.
    Nous sommes le résultat d’un mélange incroyable sur la durée, sur les siècles !
    Rappel géographique à l’ouest il y a l’océan !
    Les migrants des millénaires passés ne pouvaient aller plus à l’ouest !
    Chaque vague ou vaguelette migratoire a été stigmatisée par ceux qui étaient déjà installés.
    Savez vous que la vaguelette de migrants belges vers les mines de charbon de l’Artois a donné lieu à des émeutes anti belges au début du 20ème siècle et qu’il a fallu faire intervenir l’armée pour protèger les belges … nombre de mes grands oncles sont repartis en Belgique en tirant une charette à bras avec leurs maigres affaires dessus … mon grand père seul est resté.
    La vague venant d’Afrique du Nord subit ce que les autres ont vécu … pas plus pas moins !
    Arrêtez de pleurer sur votre sort qui est bien meilleur que celui actuel qui existe de l’autre côté de la Méditerranée dans certaines régions.
    On n’en parle pas dans les médias français mais … simple exemple :
    http://www.algerie-focus.com/2016/12/situation-explosive-sud-de-lalgerie-influent-organisme-international-tire-sonnette-dalarme/
    Votre comportement vis à vis des nouveaux arrivants n’est guère mieux que celui dont a “bénéficié” mon grand père … Malek Boutih a eu une excellente formule qui disait de mémoire cela : l’immigration ancienne claque la porte au nez des nouveaux …
    Ainsi vivent les hommes … inutile de chouiner ou d’injurier il faut bâtir sa vie et celle du pays !
    (Parole d’ancien “pied rouge””
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pieds-rouges)

  2. Ces mêmes qui font partie d’un tout selon vous, et que vous appelez entité, sont effectivement “ces mêmes” que vous honnissez aujourd’hui et depuis les abysses d’un inconscient devenu collectif pour le cas.

    Je n’assimile personne à personne, Dieu m’en garde, je dis les choses telles qu’elles m’apparaissent et qui ne sont pas pour vous plaire forcément. Excuser du peu !

    Si vous permettez, revenons à l’Histoire, tout juste au début du 19ieme siècle. Bonaparte a mené son armée en Egypte, Chateaubriand n’a pas encore rédigé ses mémoires et sir John Bickerstaff prodigue un conseil à son ami Paul-Louis Courier, pamphlétaire français qui se vit reprocher par le procureur du roi, ses diatribes enflammées.

    “En France, vous êtes tous honnêtes gens, trente millions d’honnêtes gens qui voulez gouverner le peuple par la morale et la religion. Pour le gouverner, on sait bien qu’il ne faut pas lui dire vrai. La vérité est populaire, populace même, s’il se peut dire, et sent tout à fait la canaille, étant l’antipode du bel air, diamétralement opposée au ton de la bonne compagnie. Ainsi le véridique auteur d’une feuille ou brochure un peu lue a contre lui, de nécessité, tout ce qui ne veut pas être peuple : c’est-à-dire, tout le monde chez vous. Chacun le désavoue, le renie. S’il s’en trouve toujours néanmoins, par une permission divine, c’est qu’il est nécessaire qu’il y ait du scandale. Mais malheur à celui par qui le scandale arrive, qui sur quelque sujet important et d’un intérêt général dit au public la vérité ! En France, excommunié, maudit, enfermé par faveur à Sainte-Pélagie : mieux lui vaudrait n’être pas né…

    C’est votre art, l’art de plaire dont vous tenez école ; c’est le génie de votre nation. L’Anglais navigue, l’Arabe pille, le Grec se bat pour être libre, le Français fait la révérence, et sert ou veut servir ; il mourra s’il ne sert. Vous êtes, non le plus esclave, mais le plus valet de tous les peuples. »

    http://www.bmlisieux.com/litterature/courier/courie03.htm

  3. Si une communauté n’est pas acceptée dixit Charles de Gaulle ou encore celles et ceux qui en rapportent les propos, c’est tout simplement parce qu’elle n’a rien à fiche chez les autres, chez ces mêmes qui firent venir ces « indésirables sauvages » quand le besoin de main d’œuvre se fît sentir et pire, pour qu’ils servent de chair à canon quand tonnât le fracas de la guerre.

    Mais comme l’homme “culturé” refuse de savoir comment il a pu en arriver là ( un peu à l’image de notre gardien en chef de la langue des rois, ce grand chambellan au sang bleu qui s’érige en comptable des erreurs des autres) , occultant au passage une vérité intrinsèque, celle de Jules Ferry entre autres et son devoir de civiliser ces sauvages ou la dissimulant sous le tapis de ses certitudes en balayant d’un revers de main tout ce qui put permettre de comprendre l’histoire, le débat reste confiné à son point mort pour demeurer silencieux et surtout tabou. Circulez il y a rien à voir!
    Beaucoup(pas tous heureusement) restent convaincus que ça participe d’une pleurniche « éternelle » qui est inscrite dans les gènes de ces « autochtones »(appelons un chat, un chat personne n’est dupe, l’intégration est un leurre) et dont on oublie pourtant, qu’avant cet exode “forcé” ou inévitable selon les prérogatives du moment et souvent vers des contrées différentes, quelque fois hostiles(le climat par exemple), ils avaient une terre, une famille, des amis, des habitudes, des lieux de culte dans lesquels ils pouvaient s’en remettre à Dieu sans avoir à souffrir l’opprobre d’un fichier S accusateur, bref une existence où l’amour et le respect avaient un sens mais qu’ils ne retrouvent plus aujourd’hui, sinon ce triptyque affable et inscrit sur le fronton de la République, ce même “subtil éther républicain où tout n’est (pas)que liberté, égalité et fraternité.” A vos antiennes messieurs les donneurs de leçons, l’humanité n’est pas l’apanage de la France mais bien celui d’un subtil mélange des genres qu’une nature bien féconde, a su préserver.

    ps bis: lu et corrigé

    • “chez ces mêmes qui firent venir ces « indésirables sauvages » quand le besoin de main d’œuvre se fît sentir et pire, pour qu’ils servent de chair à canon quand tonnât le fracas de la guerre.”
      Erreur “ces mêmes” ne sont pas une seule entité, pure socialement et dont tous les membres auraient eu dans le passé et ayant dans le présent les mêmes intérêts.
      “Ces mêmes” sont constitués d’une infime minorité qui dominent par la possession d’un capital social/économique obtenu par le travail ou la chance mais très souvent par héritage.
      … et à toutes les époques de l’écrasante majorité des dominés.
      Il est évident que ses derniers, les dominés autochtones n’ont jamais demandé une immigration destinée essentiellement à faire pression vers le bas sur leurs salaires.
      Le dumping salarial par l’immigration est un grand classique bien connu des méthodes de gestion capitaliste.
      Assimiler l’ensemble des citoyens français à des capitalistes qui les auraient fait venir est une escroquerie historique.
      La plupart ont été victimes de ce management capitaliste.

  4. Si une communauté n’est pas acceptée dixit Charles de Gaulle ou encore Seb qui en rapporte les propos, c’est tout simplement parce qu’elle n’a rien à fiche chez les autres, chez les mêmes qui firent venir ces « indésirables sauvages » quand le besoin de main d’œuvre se fît sentir et pire, pour qu’ils servent de chair à canon quand tonnât le fracas de la guerre.

    Mais comme l’homme “culturé” refuse de savoir comment il a pu en arriver là ( un peu à l’image de notre gardien en chef de la langue des rois, ce grand chambellan au sang bleu qui s’érige en comptable des erreurs des autres) , occultant au passage une vérité intrinsèque, celle de Jules Ferry entre autres et son devoir de civiliser ces sauvages ou la dissimulant sans doute sous le tapis de ses certitudes en balayant d’un revers de main tout ce qui put permettre de comprendre l’histoire, le débat reste confiné à son point mort pour demeurer silencieux et surtout tabou. Circulez il y a rien à voir!
    Les Leroy et compagnie restent convaincus que ça participe d’une pleurniche « éternelle » et qui est inscrite dans les gènes de ces « autochtones »(appelons un chat, un chat personne n’est dupe, l’intégration est un leurre) et dont on oublie pourtant, qu’avant cet exode “forcé” ou inévitable selon les prérogatives du moment et souvent vers des contrées différentes, quelque fois hostiles(le climat par exemple), ils avaient une terre , une famille, des amis, des habitudes, des lieux de culte dans lesquels ils pouvaient s’en remettre à Dieu sans avoir à souffrir l’opprobre d’un fichier S accusateur, bref une existence où l’amour et le respect avaient un sens mais qu’ils ne retrouvent plus aujourd’hui, sinon ce triptyque affable et inscrit sur le fronton de la République, ce même “subtil éther républicain où tout n’est (pas)que liberté, égalité et fraternité.” A vos antiennes messieurs les donneurs de leçons, l’humanité n’est pas l’apanage de la France mais bien celui d’un subtil mélange des genres.

    ps: revu et corrigé pour qu’il plaise à ces grands commis du verbe.

  5. le problème, c’est qu’en France, il y a beaucoup de Français.
    peut être trop à votre gout, mais c’est ainsi depuis toujours, et ça ne changera pas.
    Le cancer de la France c’est votre délire idéologique, dont les métastases, polluent le cerveau des jeunes dont vous exploitez la fragilité.
    quand à vos adjectifs, issus de votre jargon, comme “athégriste” ils ne correspondent à rien en ce qui me concerne.
    vos fantasmes vous obligent à mettre vos contradicteurs dans des cases, par facilité, et pour le coup vous tourner en rond.
    un peu à l’image de la souris qu’on a placée dans un cage, qui cherche à escalader une roue,mais qui s’épuise car elle retombe toujours !

    • Non mais continuez etiennedolet, donc à vous lire : “le problème, c’est qu’en France, il y a beaucoup de Français.” J’en fais partie jusqu’à présent mais pas dans pour vous apparemment. Quand je parle d’athégrisme, vous en êtes la parfaite expression. Un vrai cancer l’intolérance de certains en France. Une cure de rayon UV vous ferait un grand bien, histoire de fabriquer de la vitamine D. Vos neurones semblent en avoir besoin urgemment si ce n’est votre boîte crânienne.

  6. ” libertarisme”
    avec notre système de redistribution nous en sommes très éloignés !
    si la France était libertarienne il n’y aurait pas d’aide sociale pour personne ……………. on en est très loin !!!!

  7. *”Si une communauté n’est pas acceptée, c’est parce qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quant elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Mais il ne faut pas qu’elle vienne chez nous pour imposer ses moeurs.” Charles De Gaulle

    • Tout à fait d’accord ! D’ailleurs, au regard des moeurs, rien ne peut être apporté de nouveau au regard du libertarisme actuel.
      Beaucoup de scientifiques et littéraires sont le fruit de cette immigration d’ailleurs. Content que nous nous entendions là-dessus.

  8. sinon, si c’est pour prier allah….il y a tout ce qu’il faut de l’autre coté de la Méditerranée,y compris des mosquées strictement interdites aux “infidèles” à Medie ou à Marrakech
    Musulmans…, personne ne vous retiens !

    • Il y a des clochers et des églises également. Je t’en prie, après toi. Attention, prépare toi parce que les chrétiens appellent Dieu Allah là bas. Bon voyage !

  9. Il n’y a rien de nouveau ou rien d’étonnant au regard des personnes signataires. Ce qui les dérange est que tous leurs jolis concepts humanistes se retrouvent en Islam. Ils ne reste plus que parler d’apparâts et répandre la peur. L’un des signes de la fin de Rome était la lutte contre le port de la braie (pantalon). Et dire qu’il y eut 2 césars arabes. Ceci est à l’antipode du racisme étatique républicain actuel. Quand le système est à bout de souffle, il ne reste plus que des dénégateurs calomniateurs diplômés qui le manipulent.
    A croire que la culture française de certains n’est finalement pas si forte que ça. Les musulmans ont vécu à côte de chrétiens, juifs et athées pendant des siècles sans avoir peur de quoique ce soit qui effacerait leur religion. Nous sommes d’ailleurs ici pourfendus à tout va et cela ne semble inquiéter que notre personne et certainement pas notre Islam.
    La peur se lit chez ces faibles intellectuels autant que leurs intentions malsaines.
    Nous ne deviendrons pas athées. Vous êtes face à vos propres incohérences, à la limite même de votre grandeur humaniste. Louper encore une fois le coche est encore une fois montrer l’intolérance historique d’une certaine partie de la France dont ces signataires en sont le porte parole.

    • Bon,vous on sait au moins sur quel paillasson vous vous essuyez les pieds.
      La France et tout ce qui s’y rattache.
      La mise en oeuvre de vos brillantes théories, donne des résultats remarquables.
      L’actualité, nous montre que vous êtes entendu, et que le message passe très bien.
      profitez en pendant que ça dure

      • L’actualité ou plutôt la propagande est de votre côté etiennedolet, ne vous inquiétez pas monsieur l’athégriste. De vous savoir du côté de ces signataires ne m’étonne nullement. Ils ne vous restent plus que la calomnie et la stigmatisation. C’est vraiement triste. L’histoire n’aura pas guéri la France de son cancer que vous représentez.

        • Parlez nous un peu du cancer faisant s’entre tuer entre eux les musulmans ?
          La bêtise mortifère est toujours au rendez-vous avec les humains
          ……………. et çà a commencé bien avant que les religions musulmanes et chrétiennes ne soient inventées ………. par des humains ….

          • “La bêtise mortifère est toujours au rendez-vous avec les humains
            ……………. et çà a commencé bien avant que les religions musulmanes et chrétiennes ne soient inventées ………. par des humains ….”
            Parfaitement d’accord !!

            Sinon je ne vois aucun musulman s’entretuer en France…?!

            Vous souhaitez parler géopolitique peut-être ? Aller un petit résumé :
            Diviser pour régner vous connaissez. La division de ces pays n’existait pas avant la première guerre mondiale et la colonisation. Beaucoup de pays sont d’ailleurs récents au regard de l’histoire. Tout est fait pour les garder divisés. C’est très fort, très intelligent et très subtile géopolitiquement. Trop d’ailleurs pour que des néophytes comprennent.
            Mettons en pause le monde. Maintenant posez vous les questions : quelles sont les armées qui sont chez elles et quelles sont les armées qui pratiquent la torture et le terrorisme de masse au niveau international et surtout dans les pays musulmans avec porte avions, soutien à des factions terroristes et implantations de bases militaires (le tout attisé sur une base confessionnelle et ethnique) ? Vous les voyez ?
            Maintenant vous pouvez vous réveiller. Bienvenue dans la real politique.

            Malgré ces luttes de pouvoir, il y a de belles choses à construire au niveau mondial. Mais bon, utopie utopie utopie. Les USA n’ont même pas 250 ans et ils ont déjà passé plus de 90% de leur existence en guerre. Les empires sont ce qu’ils sont. Je ne blâme personne, j’aime simplement comprendre. La dynamique des empires restent passionnante malgré tout.

            PS : quid de l’indonésie et de la malaisie qui passent inaperçues ? Réponse : pas de pétrole ni gaz ni colons dans les environs.

  10. “Présentement il y a plus têtus qu’eux puisque dans le monde enchanté des mêmes, ni dominé-e-s, ni discriminé-e-s n’existent ; seuls demeurent des citoyens vivant dans le subtil éther républicain où tout n’est que liberté, égalité et fraternité.
    La police, quant à elle, est au-dessus de tout soupçon puisque républicaine, agissant dans le cadre de la Constitution, respectueuse des lois, des règlements et des circulaires, elle n’effectue aucun contrôle au faciès et use de la violence avec discernement, toujours.” Syllogisme dites vous?

    Attention à pas heurter les Leroy ou encore ces sylvie anne qui ne raisonnent(c un euphémisme) que par leur petit bout de la lorgnette à ne voir et à n’entendre que le complot quand il est dénoncé par le théoriciens du complot ou encore ces comploteurs islamisants et fichés S. Le monde des bisounours n’a jamais été aussi actif et a encore par la grâce du “sein” de Marianne qui nous abreuve de sa laïcité. de beaux jours devant lui.

    Brillant et à partager sans modération.

    • Ouaaaaah. C’est beau… On y comprend rien mais pour une fois que c’est écrit sans fautes de grammaire… Sinon sur le fond, je te rassure, c’est terminé les bisounours. Maintenant nous ne sommes plus dupes du néant de votre doctrine. Un savant mélange de contradiction et d’enfumage. La loi de 1905 n’a pas été écrite pour l’islam. Il est nécessaire de la revoir de fond en comble afin de palier à ses insuffisances et protéger ce pays du mysticisme et de la naïveté des populations issues de l’immigration depuis 1970. C’est à dire il n’y a pas longtemps. Depuis 1789 on se bat contre la religion dans ce pays. Il faudrait vous renseigner un peu sur le pays qui vous accueille…

      • Et vous de corriger vos « fautes »?. zaniariencompris c’eut été mieux n’est-ce pas? On retrouve ici tous les ingrédients quid d’une paille qui voulait se faire aussi grosse que le poteau. Qu’a cela ne tienne, je suis flatté et honoré du seul compliment qui finalement, aura résumé votre pensée. Il est vrai par ailleurs que je suis à des lieues de détenir tous les secrets de la langue française, de sa culture chargée d’histoire et au passé millénaire mais je ne désespère pas d’y parvenir. Sauf à vous rappeler que je suis humain et que par conséquent je fais des fautes comme la plupart d’entre nous, voulez-vous? Ps / c à partir d’un smartphone que je redige ces quelques mots, si oumma se donnait la peine d’inserer un correcteur automatique, les lecteurs n’auraient pas à souffrir des pollutions grammaticales en tous genres.

  11. La volonté d’imposer un séparatisme islamique est une réalité de plus en plus évidente.
    Elle se propage par des actes symboliques.
    En France, le port systématique dans le domaine public d’un “fichu”/”voile”/”hijab” sur la tête est, au plan symbolique, un acte de séparatisme posé par cette personne.
    Cette personne peut être au demeurant un être de qualité mais sur ce point elle se trompe …. l’erreur est humaine !
    Symbolisme dans le sens de : Système de symboles destinés à interpréter des faits ou à exprimer des croyances.
    (La kippa portée sur le domaine public a évidemment la même signification.)

    • La croix bien visible et brillante dans le “décolleté” = également volonté d’établir un séparatisme chrétien dans le cadre d’une république soucieuse de gommer les séparatismes souvent hélas facteurs de désordres dans le domaine de l’ordre public.

    • Selon votre expression, quel “intellectuel” mondialement connu pourrait définir ce qu’est ” un être de qualité .” Comment doit-il se comporter dans ce contexte ???
      Le bien et le mal, dans l’absolu, ne subit pas les fluctuations du temps et de l’espace. Ils sont de tout temps.
      Comment le mensonge, l’hypocrisie pourraient-ils être institutionnalisés afin de servir les intérêts d’une entité oligarchique disséminée dans un monde qui ne cesse d’être à la recherche d’une identité, où la mort des uns, fait s’enrichir les autres, où l’invention du rationalisme moderne s’écroulant dans les abysses de la pensée “démocratique” ???

      • 1-” un être de qualité ”
        Je ne peux que donner ma définition, mon ressenti.
        Un être de qualité pourrait être celui qui conscient des différences culturelles et cultuelles qui le sépare de l’Autre le respecte et organise avec lui dans les sphères communes une vie sociale harmonieuse.
        L’histoire connue de l’humanité tend à démontrer que ces périodes du “bon vivre ensemble” ne sont que temporaires sous tous les cieux et que les ségrégations sociales/économiques, les horreurs et les massacres surviennent rapidement en opposant les communautés.
        Tout simplement ces être de qualité sont très minoritaires et sont toujours dépassés par une majorité constituée par les violents, les aigris et les “c’est la faute à l’Autre”..
        2- L’Histoire, toujours elle, a montré que les peuples européens ont eux aussi un fond/potentiel historique de violence impressionnant qui s’est encore manifesté dans l’ex Yougoslavie des années 1990.

    • Porter un fichu sur la tête est un acte de séparatisme ?! Il y a de cela quelques decennies les Françaises ne sortaient pas sans se couvrir la tête, étaient-elles également séparatistes ?
      Que dire, je sais pas si on doit en rire ou en pleurer mais ce qui m’inquiète c’est que vous êtes visiblement sincère dans vos propos.
      Continuons comme ça et je crains le pire. Entre les tarés qui tuent au nom de l’Islam et les non moins tarés qui mettent de l’huile sur le feu en expliquant que tous les musulmans sont des terroristes, séparatistes, les ennemis de l’intérieur, déclarés ou potentiels…l’histoire se répète ( ou bégaie c’est selon). N’allez-vous donc pas tirer les leçons du passé afin que le pire ne se reproduise pas ?
      Un fichu sur la tête ce n’est rien d’autre que ce qui en paraît, c’est à dire un bout de tissu porté par certaines musulmanes dans le cadre de leur pratique religieuse. Il faut depassionner tout ça et que la raison prévale. Un grand homme a dit : “Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots”. Quant aux musulmans sincères et paisibles, qui constitue l’écrasante majorité, ils sont prêts à beaucoup de choses pour que le meilleur soit une réalité, mais certainement pas à renoncer à leur foi ou leur pratique religieuse.

      • La pratique religieuse ne s’exerce pas dans la rue …
        Le “fichu” à la mosquée = normal, dans la rue = expression d’un communautarisme hostile à l’Autre … à celui qui n’en est pas.
        Idem kippa, croix etc.
        Après les attentats survenant dans une France périphérique mal protégée par les forces de l’ordre la peur va s’installer.
        L’autre face de la peur est l’agressivité …. qui va s’installer symétriquement pour remplacer la peur.

        • Bonjour,
          “La pratique religieuse ne s’exerce pas dans la rue “, il ne s’agit là que de votre opinion puisque la loi de 1905, au contraire, garantie la pratique du culte en privé et en public, tant qu’il n’y a pas trouble à l’ordre publique. C’est d’ailleurs pour cela que l’on peut entendre (entre autre) les cloches des églises. Je pense qu’il vous est probablement arrivé de croiser des bonnes sœurs voilées ou de voir la messe en direct sur le service public le dimanche matin.

        • Je vais vous le dire de manière très précise. Quelle est finalement la différence entre vous qui voulez la disparition du signe religieux et les mollahs d’Iran, toutes choses étant égales par ailleurs, qui l’imposent? Détrompez-vous, vous nous offrez exactement le même modèle.

          • Neo Anderson je pensais comme vous quand j’étais jeune ado !
            Mais j’ai vu sombrer le magnifique Liban multiculturel dans les massacres et la haine.
            J’y avais des “correspondants” épistolaires … disparus !
            Qui ici évoque cette réalité et cette malédiction qui s’abat sur toute société multiculturelle ?
            Quelle monstrueuse amnésie !
            1976 :
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Damour
            et la réponse en 1982
            http://www.katibin.fr/2016/09/16/il-y-a-34-ans-des-palestiniens-etaient-massacres-a-sabra-et-chatila-au-liban/

          • Philodeme vous auriez finalement dû rester jeune ado. Il y avait peut-être un espoir avec vous.
            De manière imagée, un anon est adorable à son jeune âge mais quand il vieillit ça devient un âne non sans intelligence, puisqu’il est considéré comme l’un des animaux les plus intelligents, mais plutôt borné, têtu, obstiné et quasi sourd (pas physiologiquement!).
            C’est bien de vouloir s’inspirer de sa propre histoire pour essayer de penser et décider pour les autres. Mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une perspective myope et sélective. Elle aboutit à cette nouvelle religion que vous appelez de vos voeux qui consiste à la disparition (visuelle) des religions des autres.
            La comparaison avec les mollahs, toutes choses étant égales par ailleurs, se tient dans la mesure où vous préconisez un cadre sociétal, non pas neutre, mais normatif et restrictif. Aujourd’hui ce sont les signes religieux, demain ce sera quoi?
            Quant à votre lecture du Liban des années 70-80, vous réécrivez l’histoire. C’est au mieux exotique.
            Parlons des centaines de milliers d’enfants morts affamés par les sanctions en Iraq. Parlons également de la Syrie, de Breivik et de je ne sais quoi d’autres et on dressera la liste de ce qui doit être prohibé ou confiné.
            À travers l’histoire, il y a eu toutes sortes de convulsions et il y a toujours eu des gens de votre acabit pour la faire répéter en pensant qu’ils la corrigent.
            Votre vision de la société! Non merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Aude : Daesh a revendiqué les attaques meurtrières qui ont fait 3 victimes

Le CFCM condamne vigoureusement les attaques terroristes de l’Aude