in

«Elles pleurent parce qu’elles ont faim» : un prince saoudien soupçonné d’esclavage à Neuilly

Sept plaintes pour esclavage moderne ont été déposées par des domestiques d’un membre de la famille royale d’Arabie Saoudite. Ces femmes, pour la plupart philippines, décrivent des conditions de vie d’un autre âge.

L’immeuble, magnifique, est orné de sculptures majestueuses. Le cadre, juste en face du Jardin d’acclimatation entre Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et Paris (XVIe), est un des plus huppés du pays. Mais les conditions de vie des domestiques qui travaillaient dans ce décor de rêve étaient épouvantables. C’est en tout cas ce qui ressort des témoignages d’employées du Prince Faïsal Bin Turki Bin Abdallah Al Saud. Cet homme de 44 ans, membre de la famille royale saoudienne, est visé par sept plaintes pour esclavage moderne, a confirmé au Parisien le parquet de Nanterre.

Le Parisien

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Salam, j’ai lu l’éuivalent de cet article avec pas mal de détails dans le site middle east eye, l’émir qui est de la famille royale aurait quitté la France, de toute sorte, son passe-port diplômatique suggère l’article l’eut protégé des poursuites.

    Alors moi, j’aimerais savoir ce qu’en pense le grand décortiqueur Hakim Fedaoui, j’ai bien peur qu’il ne trouve un quelconque mauvais héritage théologique ou quelque chose de ce genre et qu’il ne trouve finalement de l’Islamité dévoyée dans ces comportements de l’émir, son épouse et ses enfants gâtés. Ce serait pas à cause d’un héritage Acharite inconscient ou Mutazilite par hasard?

    Ces gens-là, si les choses sont avérées et si la totalité des plaintes se vérifient dans le détail, ils sont des Musulmans pécheurs, probablement grands pécheurs, mais je ne sais pas si ce genre de péché très grave porte à l’exclusion. Enfin peut-être que si, à cause du fait que l’émir est un responsable, un gouvernant et donc son comportement est une promotion de ce qu’il fait, donc il y a promotion du péché. S’il en est pleinement conscient, s’il en est averti et a persisté, alors selon mes pauvres connaissances ce serait une situation d’exclusion. Son épouse, je l’ignore mais sa responsabilité serait moindre si ce n’était qu’en partie suivisme de son mari et habitudes mauvaises de princesse aprouvée dans sa cruauté et impunité. Les enfants eux ne sont pas encore Musulmans, ceux en bas âge ne le sont pas encore, après, s’ils sont déjà enseignés, ils ont si on voulait les défendre l’excuse très faible de l’imitation des parents.

    Mais moi je ne vois aucun rôle de l’Islamité là-dedans, aucun effet d’aucune théologie lointain, je vois en revanche un effet assez direct de la monarchie et des privilèges attachés à cette tribu royale dénaturée, plus encore ceux qui sont restés favorisés de l’émir félon. J’y vois aussi un effet des richesses pétrolières combinées à la monarchie et sa cour. Récemment, je lisais les aprobations d’un certain Djéser qui avait l’air de trouver que les émirats-unis font de grands pas vers le progrès lol.

    Affaire soutraitée médiatiquement en France, visiblement, la France officielle actuelle aime ces monarchies dégénérées. Pourtant, il y aurait de quoi s’indigner et pousser de grands cris, voyez-vous, les valeurs de la république?…

    Croissant de lune.

  2. Bah, pourquoi s’en faire à ce point ?

    L’esclavage, surtout des noirs, est une tradition arabo-musulmane, qu’heureusement les vilains Occidentaux sont arrivés à éradiquer dans les pays arabo-musulmans (mais pas encore tout à fait).
    Dans la tête des descendants des esclavagistes, il reste une mentalité, des commentaires des ancêtres peut-être encore en vie, ou simplement la nostalgie d’une époque où il était possible de trouver des “serviteurs” et des “serviteuses”.

    L’Arabie Saoudite n’a aboli l’esclavage des noirs que vers 1962. Et dire que c’est la pays gardien des Lieux Saints, et que plein de noirs sont musulmans..! C’est du masochisme ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La laïcité : oui ! L’idéologie laïque : non !

« Destruction de la Kaaba » Fortnite dément les accusations de l’université Al-Azhar qui a interdit ce jeu vidéo