in

Egypte : les Frères musulmans ont créé leur propre parti

Le temps du bannissement politique est révolu, les Frères musulmans refont surface, en toute légalité, sur la scène publique égyptienne, prêts à apporter leur pierre à l’élaboration de la nouvelle Constitution, et à se présenter aux suffrages lors des élections législatives de septembre.

Frappé d’inéligibilité pendant des années, le mouvement islamiste n’en est pas moins parfaitement structuré, au point d’annoncer la création officielle de son propre parti.

Premier grand scrutin de l’ère pré-démocratique, depuis la destitution de l’autocrate Moubarak, les législatives se dérouleront au mois de septembre, une fois levé l’état d’urgence, la date de l’élection présidentielle étant pour l’heure inconnue.

Fourbissant déjà leurs arguments tout en peaufinant leur programme, les Frères musulmans s’attellent aussi à faire peau neuve, en donnant des gages à l’opinion de la nature démocratique, laïque et moderne de leur démarche. Changer l’image qui leur est accolée, c’est le credo de Mohammed Hussein, le secrétaire général de la confrérie fondée il y a 80 ans, qui assure que la vocation du parti est « civile et non théocratique ». Le parti qui sera dirigé par un membre du bureau politique des Frères musulmans, Mohammed al-Moursi, devra coordonner ses positions avec la confrérie tout en étant indépendant organiquement.

Bâtir un capital confiance avec le sérail politique et le grand public, ceux dont le nom donne encore et toujours des sueurs froides doivent montrer patte blanche, et rassurer constamment sur leurs ambitions, en affirmant notamment qu’ils ne visent à conquérir ni la présidence ni la majorité parlementaire.

Le parti des Frères musulmans envisage, dans cette optique, de former une alliance avec d’autres responsables réformateurs en vue des élections législatives, afin de parvenir à une “majorité révolutionnaire” au sein de la future assemblée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 étudiants de l’Institut français des sciences islamiques s’enchaînent pour exiger la réouverture de leur école

Californian Muslims – épisode 2 : San Diego