in

DSK : des griffures sur le torse accablantes

La presse s’en fait l’écho, alors même que DSK comparaît en audience préliminaire devant un tribunal pénal de Manhattan, des griffures sur son torse ont été constatées, selon un rapport du consulat français de New York cité par le site d’informations Atlantico.fr.

Le rapport des diplomates français mentionne que “des griffures ont été constatées sur le torse de l’auteur présumé” et que ce dernier a donné son accord “pour que des examens complémentaires soient réalisés.

Selon le document, le haut responsable de la police de New York (NYPD) a précisé aux diplomates français que ses services avaient utilisé un “red kit” (kit de prélèvement en cas de viol) qui permet d’effectuer des prélèvements sur la victime (vêtements, corps, ongles, etc.) et sur la scène de crime. Il a précisé aux diplomates français que “des traces ADN (vraisemblablement de sperme) avaient bien été découvertes et qu’elles étaient en cours d’exploitation et de comparaison. Les résultats des prélèvements ne sont pas attendus avant un délai minimum de cinq jours”, ajoute le rapport.

Du côté français, tandis que Le Monde révèle que Dominique Strauss-Kahn aurait eu un entretien téléphonique avec son épouse Anne Sinclair le samedi fatidique, lui indiquant que « quelque chose de grave s’était passé », le député UMP Bernard Debré, l’un des plus virulents envers le directeur général du FMI, affirme sur son blog que ce dernier serait un récidiviste, connu comme le loup blanc dans ce même Sofitel où il avait déjà sévi auprès de plusieurs autres femmes de chambre.

Il faut sortir de l’hypocrisie. Ce n’est pas la première fois que DSK se livrait à ce genre d’agissements au Sofitel. C’est là qu’il descendait toujours. Ça s’est produit plusieurs fois, depuis plusieurs années. Tout le monde le savait dans l’hôtel“, déclare Bernard Debré qui assure être soutenu par des parlementaires et ministres, depuis la Chine où il est en déplacement, et où il mesure combien l’image de la France est désastreuse.

Les employés du Sofitel étaient sur le point de se révolter“, ajoute-t-il, enfonçant le clou : “La direction était au courant mais jusque-là n’osait rien dire. Elle a étouffé toutes les autres affaires“, jusqu’à l’agression de trop…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DSK, le puissant déchu, réapparaît menotté, sous bonne escorte policière

Le parquet de New-York ordonne l’incarcération de DSK