in

Djihadisme oui, mais pas en Saoudie !

 

Le clan al-Mouqrin de la tribu Banou Hanifa, dont est issue la famille royale, est arrivé au pouvoir en Arabie grâce aux ikhwan wahhabites – les ancêtres des djihadistes d’aujourd’hui – et à l’Intelligence Service. Il s’y maintient depuis lePacte du Quincy, signé avec Franklin Roosevelt en février 1945, grâce à la CIA et au pétrole.

Après la prise de La Mecque par Abdelaziz Ibn Saoud en 1924, des imams crurent le moment venu de s’en prendre au mode de vie dissolu de la famille royale, mal leur en pris : les ikhwanrebelles furent exécutés, l’organisation dissoute et ses membres les plus dociles enrôlés dans la garde royale et l’armée. Mais, les princes saoudiens sont prudents. Ils savent que la contestation de leur régime par les wahhabites peut renaître à tout moment. Tous se souviennent de la prise de la Kaaba, en 1979, par un groupe de 200 fondamentalistes critiquant la corruption du système et leurs liens avec l’Occident. Le roi Khaled avait fait appel au GIGN français et employé des gaz incapacitants pour venir à bout de la révolte. Bilan : plus de 200 morts, des milliers d’arrestations et des plaies encore ouvertes.

Aujourd’hui, pour plus de précaution, la sécurité du pèlerinage est assurée à La Mecque par Al-Majal G4S, filiale discrète d’une société israélienne… Alors, pour éloigner la menace de nouveaux ikhwan, les services secrets saoudiens dirigent leurs candidats au djihad vers l’Afghanistan, l’Irak, et plus récemment vers la Syrie… avec le secret espoir qu’ils y laissent leur peau.

Il ne faut pas se tromper sur le sens du décret du roi Abdallah d’Arabie appelant dernièrement les Saoudiens combattant au « pays de Cham » à rentrer au pays : ne sont concernés que les officiers, instructeurs et agents secrets exécutant ses ordres… pas les djihadistes incontrôlables. Si ces derniers revenaient, ils seraient immédiatement condamnés à de lourdes peines de prison, ou pire.

France-Irak Actualité 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kadhafi: Portrait d’une fratrie en pleine déconfiture

La chanson de Stromae “Papaoutai”, transformée en “Boutefoutai”: