in

Diminution des actes anti-musulmans après la campagne présidentielle

Serait-ce l’effet Hollande, ou plutôt l'éclatante démonstration que lorsque l’on cesse de brandir l’oriflamme de la haine et de la désunion pour asseoir son pouvoir, le nombre d’agressions anti-musulmans recule comme par enchantement ?

A trop tirer sur la corde de la stigmatisation  pour damer le pion au FN et complaire à de très influents lobbies, elle a fini par se rompre, laissant choir l’oligarchie Sarkozy et ses innombrables roitelets, en pleine dérive vers la démocratie autoritaire.

Le résultat ne s’est pas fait attendre : les actes (violences, incendies ou tentatives, dégradations et vandalisme) et menaces (propos et gestes menaçants, tracts et courriers et inscriptions) ont baissé notablement après la campagne présidentielle – un must de ce qui s’est fait de pire en matière de démagogie nationaliste – selon le recensement réalisé par le Conseil français du culte musulman (CFCM), au cours du premier semestre 2012.

Ainsi, en juin, les agressions islamophobes ont diminué de sept points par rapport à juin 2011, alors qu’elles étaient sur la courbe ascendante en mai dernier, enregistrant une hausse alarmante de 14 points. Mais il faut dire que les harangues nauséeuses de Sarkozy et la lepénisation électrisante des esprits galvanisaient alors le bon peuple.

"Les différents débats sur le halal, les minarets, la burqa, la laïcité, l'identité nationale, l'immigration et les prières des rues ont libéré la parole des extrémistes sans compter les déclarations d'hommes politiques soucieux de se maintenir au pouvoir en déclarant que les musulmans sont un problème pour la France", a déclaré à l'AFP le président de l'observatoire national contre l'islamophobie, Abdallah Zekri.

Cette diminution sensible sera-t-elle un épiphénomène ou non ? Pour l’heure, il convient de faire preuve d’une satisfaction mesurée, car  il n’en reste pas moins vrai que les actes islamophobes ont augmenté au premier semestre 2012 de 14,49 %, M. Zekri concluant sur une note inquiétante : "ces chiffres sont au-dessous de la réalité, car nombreux sont les musulmans qui ne souhaitent pas porter plainte, considérant à tort ou à raison, qu'il n'y aura pas d'aboutissement".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zahia Moktahri, l’avocate du père de Mohamed Merah, accuse TF1 de “manipulation”

Une gamme de maquillage bio-halal à la conquête du marché français