in

Deux membres de la LDJ britannique reconnus coupables de l’agression d’un militant pro-palestinien (vidéo)

" C’est un comportement de voyous des soldats civils du sionisme quand ils rejoignent la English Defence League. Ce ne sont pas des "sionistes libéraux" naïfs qui font des câlins doux à Israël, ce sont des voyous proto-fascistes", ces mots qui claquent comme la plus sévère des condamnations émanent d’un citoyen britannique qui sait de quoi il parle, puisqu’il a été victime de la fureur de ces « voyous » hors de contrôle, et notamment du déchaînement de violence de Roberta Moore, la chef de file de la branche britannique de la Ligue de Défense Juive (LDJ).

Andy Simons, professeur de la British Library à la retraite et militant pro-palestinien de la première heure, est cet homme et conférencier qui, sans avoir eu le temps de réagir, a vu foncer droit sur lui Roberta Moore et son comparse enragé, Robert De Jonge, alors qu’il avait pris place, le 20 septembre 2014, sur la scène du Tottenham Palestine Literature Festival pour y intervenir, à la suite de la protestation organisée par Orim Shimshon, un activiste pro-Israélien, durant des discussions au sujet de la Déclaration de Balfour.

Tandis que Robert De Jonge, son premier assaillant, lui assénait un coup de poing au visage avec une brutalité inouïe, Roberta Moore, la furie ultra-sioniste à la double casquette, à la fois leader de la LDJ et de l’English Defence League, l’aspergeait au visage d’un spray de teinture avec une extrême férocité.

Cinq mois après les faits, Andy Simons, dont la légitime colère n’est pas retombée et au contraire s’est même accentuée au fil des mois, a trouvé une certaine source d’apaisement avec le verdict sans appel rendu par la justice, qui a déclaré Roberta Moore et son complice Robert de Jonge coupables de deux agressions et de possession d'une arme offensive, leur intention de nuire et de causer des blessures étant manifeste.

Il faudra toutefois encore un peu de patience à Andy Simons avant de recouvrer sa pleine sérénité, car ce n’est que le 23 mars prochain qu’il connaîtra la peine infligée à ces deux brutes épaisses de la LDJ, une milice sioniste, néo-fasciste et islamophobe qui ne connaît et n'engendre que la violence, et dont on ne répétera jamais assez qu'elle est interdite aux Etats-Unis où elle est classée « terroriste »,  et blacklistée en Israël.

Les images de l'agression d'Andy Simons

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sans-papiers et meilleur apprenti de France (vidéo)

Jacques Attali: En France, “il est plus difficile d’être musulman que juif” (vidéo)