in

Détention des enfants palestiniens en hausse pendant l’épidémie

A la fin du mois de mars, il y avait 194 enfants palestiniens emprisonnés par Israël, soit une augmentation de 6 % par rapport à janvier dernier, rapporte Defense for Children International Palestine (DCI).
Soixante pour cent d’entre eux sont en détention provisoire, une mesure incroyable étant donné les risques de contagion qu’ils encourent, souligne l’association qui appelle, tout comme les agence de l’ONU, à la libération de tous les enfants emprisonnés par Israël et qui sont tous palestiniens.
Pour rappel, Israel est le seul pays au monde à soumettre des enfants devant des tribunaux militaires, et ce dès l’âge de 12 ans. Enfants qui sont en général maltraités et torturés pendant leur arrestation, et leur interrogatoire.
Et parmi les premiers cas de coronavirus testés par Israël, le jeune Palestinien Nour Eddin Sarsour, 19 ans, détenu pendant 2 semaines dans la prison d’Ofer et contaminé par un gardien israélien.
Quant aux enfants palestiniens qui ont été transférés de la prison d’Ofer à celle de Damon en Israël, ils ont été largués dans la section 1, abandonnée depuis longtemps et infestée de cafards et de toutes sortes d’insectes. Une section qui ne dispose ni de ventilation ni de la lumière du jour, est composée de cinq cellules exiguës, dont trois sans la moindre fenêtre et deux avec deux fenêtres minuscules chacune.
Les plafonds de ces cellules sont trop bas et les cellules sont trop exiguës, sans parler de l’odeur particulièrement nauséabonde qui plane sur la section, indique un rapport du Comité des prisonniers et anciens prisonniers palestiniens.
« Les enfants transférés n’ont strictement rien pour satisfaire leurs besoins les plus élémentaires. Ils n’ont pas la moindre possibilité de chauffer de l’eau ni le moindre ustensile de cuisson. La seule chose qui leur a été permise, c’est de prendre avec eux leurs vêtements et leurs couvertures. »
Et quand les enfants se sont révoltés, martelant les portes des cellules de leurs poings, et criant, c’est la répression qui s’est abattue sur eux.  » Ils ont été sauvagement tabassés et menottés ensuite durant de très longues périodes, et même aspergés de gaz au poivre », fait savoir ce comité.
On leur a également confisqué leurs maigres possessions et certains d’entre eux ont été transférés un peu plus tard à la prison de Jalameh, de réputation tout aussi sinistre.
DCI appelle à signer cette pétition :
EuroPalestine

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Bakary, le « réveilleur » de jeûneurs

Home Island, l’île où 85% des maisons sont tournées vers La Mecque