in

Des triplées palestiniennes excellent au baccalauréat

C’est une merveilleuse histoire de réussite scolaire qui récompense triplement, et au-delà de ses espérances, une famille palestinienne de condition modeste vivant à Tulkanem, sous le joug israélien, en couronnant de succès la quête de l’excellence de ses trois filles exemplaires, qui ont brillé au baccalauréat. 

Inséparables et plaçant la barre du savoir très haut, les triplées Israa, Alaa et Doha s’étaient juré de décrocher la meilleure mention, celle atteignant « l’excellence », encouragées en cela par leurs parents, et c’est un triplé exceptionnel qu’elles ont réalisé pour la plus grande fierté de leurs proches et de l’ensemble de la population locale, aux yeux desquels elles incarnent désormais la promesse d’un avenir éblouissant, envers et contre tout.

Etudier en Palestine occupée constitue un défi de taille quotidien qu’elles ont relevé avec brio, à force de courage et de persévérance, toutes trois méritant amplement les lauriers qu’on leur tresse aujourd’hui : Israa, classée première de sa promotion, a décroché son diplôme dans la filière industrielle en tutoyant la perfection, à l’aune de sa note extraordinaire de 96.8%, tandis que ses deux autres sœurs, Alaa et Doha, ont rivalisé de talent dans la filière scientifique, obtenant les très hautes notes de 95.1% et 94.8%.

Elles ont désormais l’embarras du choix en matière d’études. Si la première est depuis toujours attirée irrésistiblement par la profession d’ingénieur, la deuxième, quant à elle, ambitionne de devenir chirurgien-dentiste, seule la troisième hésite encore, tiraillée par un dilemme que lui envieraient beaucoup : choisir sa voie parmi les nombreuses opportunités, toutes plus exaltantes les unes que les autres, qui s’offrent à elle.

« Nous devons notre réussite surtout à notre entraide », ont déclaré en chœur les trois sœurs qui ne font qu'un, pendant que leur père, leur plus fervent soutien, irradiait de bonheur, indiquant, lors d’un entretien à l’agence de presse turque Anadolu, que leur objectif crucial est d’intégrer une université en Turquie.

  

L'heureux père de trois bachelières méritantes

« Depuis toujours, on sait que le meilleur pays est la Turquie pour les études. J'ai toujours su que le mieux pour moi serait là-bas, et mes soeurs aussi », a expliqué l’une de ces trois jeunes filles palestiniennes qui conjuguent, confiantes et soudées, leur futur académique au pluriel, en dépit de la tristesse qui les envahit à la perspective de devoir quitter leur foyer et leur terre. Heureusement, la voie royale qui s'ouvre devant elles de l’autre côté du Bosphore parvient à atténuer ce serrement au coeur qui les étreint déjà et les étreindra longtemps, immanquablement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rassemblement de recueillement à la mémoire des victimes de l’attentat de Nice, lundi 18 juillet

Hollywood et les Arabes, un documentaire remarquable