in

De nouvelles écoles américaines inscrivent les fêtes musulmanes au calendrier scolaire

Lentement mais sûrement, l’inscription des deux fêtes majeures de l’islam au calendrier scolaire fait son chemin aux Etats-Unis, ralliant à sa cause un nombre croissant d’écoles primaires, collèges et lycées qui, du Massachussetts, au New Jersey, en passant par le Michigan et à présent le Connecticut, reconnaissent désormais l’Aïd el-Fitr et l’Aïd al-Adha comme deux grands rituels entrés dans l’usage américain, méritant, à ce titre, deux jours fériés pour être célébrés dignement.

Le CAIR, l'influente association des relations américano-islamiques, qui fourmille d’idées pour contribuer efficacement à l’évolution des mentalités, à l’image du petit guide intitulé "Guide des pratiques religieuses islamiques", destiné au corps enseignant afin de créer les conditions d’un apprentissage positif pour les étudiants musulmans, s’est félicité de voir la liste des établissements scolaires incluant les fêtes islamiques s’allonger, avec les écoles publiques de la localité de New London, dans le Connecticut, dont les responsables ont récemment revu et corrigé leur agenda.

"Nous nous réjouissons de l'inclusion des fêtes islamiques dans le calendrier scolaire, car cela permettra d'améliorer l'environnement pédagogique des étudiants musulmans," a déclaré Mongi Dhaouadi, le directeur de l’antenne locale du CAIR, doublement concerné par la bonne nouvelle puisqu’il est aussi parent d’élèves.

Pour la petite histoire qui, pierre après pierre, écrit une nouvelle page de la grande Histoire, c’est la ville de Cambridge, dans le Massachussetts, qui inaugura l’ère du nouveau calendrier scolaire américain, dans lequel les deux fêtes majeures de l’islam ne sont plus passées à la trappe et les écoliers musulmans ne sont plus les parents pauvres des jours fériés religieux.

Cette première donna des idées à la capitale de l’Etat, Boston qui, elle-même, inspira plusieurs autres localités voisines du New Jersey, la commune de Dearborn, dans le Michigan, faisant figure d’exception, puisqu’avec plus de la moitié de ses 18 000 élèves qui sont de confession musulmane, elle fut tout naturellement la pionnière en la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une mosquée pillée et profanée en Italie

Ni « République des juges » ni « République des préjugés »