in

Christian Estrosi gâche un mariage niçois à la consternation des familles des époux

Les Niçois peuvent dormir sur leurs deux oreilles, leur motodidacte de maire, Christian Estrosi, obsédé par les « mariages bruyants » et la lepénisation de son électorat, s’est fixé une seule priorité : gâcher la fête et par-là même le plus beau jour de jeunes mariés aux origines méditerranéennes, se muant en sentinelle d’une cité azurée qui n’est assiégée que par sa démagogie de bas étage et son inculture…

A l’approche des régionales et de la bataille qui s’annonce acharnée et nauséabonde avec sa plus sérieuse rivale Marion Maréchal Le Pen, l’affidé de Sarkozy a joué les cadors samedi dernier en décidant, en seigneur et maître absolu de son fief, de reporter la célébration d’un de ces mariages honnis, le jour même de la cérémonie.

Les raisons invoquées par l’édile qui n’a manifestement rien d’autre à faire que de jouer les trouble-fête du week-end ? « L’exubérance » du cortège et des amis des futurs époux, affirmant sur sa page Facebook que "La police municipale a constaté un certain nombre d'infractions au code de la route: défaut de port du casque, contre-sens, entrave à la circulation, vitesse excessive, conduite sur les trottoirs, mise en danger de la vie d'autrui, port d'un drapeau étranger".

Estimant que sa fameuse « Charte des mariages », aux forts relents électoralistes, avait été bafouée, Christian Estrosi s’est indigné contre "Ce genre de comportement totalement inadmissible, dangereux et irrespectueux des habitants de la Ville de Nice". Il n’a pas manqué au passage de s’attribuer le beau rôle, en s’auto-congratulant de son attitude de « père de famille » face aux intéressés qu’il a reçus dans sa citadelle.

Mais c’était sans compter la version des faits diamétralement différente livrée par les familles des époux, qui égratigne dans les colonnes de Nice Matin le vernis paternaliste et moralisateur du premier magistrat de la cité.

"Le Code de la route a été respecté et aucun drapeau étranger n’a été sorti. Il n’y a pas eu d’insultes. Aucun feu rouge n’a été grillé mais simplement franchi à l’orange. Vous savez, je suis radiologue, ma famille est intégrée et je considère que c’est un manque de respect. Ma sœur est en pleurs", s’est insurgée Mouna, la sœur de la mariée.

"C’est scandaleux. Ça fait un an qu’on prépare ce mariage et la Ville a tout gâché. La mariée n’était pas encore sortie de chez elle, que les policiers étaient déjà présents pour l’escorter", raconte-t-elle, outrée par la tournure des événements, ajoutant : "On nous a fait attendre plusieurs heures, derrière des barrières, surveillés par des policiers avec des matraques et des armes. Les parents de la mariée n’ont pas été autorisés à entrer dans la cour de la mairie. On a été escortés par une dizaine de voitures de police et cinq ou six motos. Des invités ont été menottés".

Ce mariage niçois contrarié par un maire qui est déjà en campagne pour les régionales, flattant les bas instincts de la population pour damer le pion au FN, alors qu’il fait en réalité son jeu, a finalement pu avoir lieu, en catimini, le lendemain matin. Gageons que comme les « mariages pluvieux », il sera « heureux »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

M. Aubry est effrayée de savoir que les réfugiés ont une perception négative de la France (vidéo)

Un supporter de football britannique interpellé suite à son agression islamophobe à bord d’un train