in

Ces musulmanes portant le voile qui quittent la France pour trouver du travail en Angleterre (www.slate.fr)

C’est parfois la seule solution pour certaines de trouver un emploi à la hauteur de leurs attentes et de leurs qualifications.

Il y a trois semaines, Lydia, 24 ans, reçoit un coup de fil. Chez elle, dans son lit, à Paris, elle apprend qu’elle a été sélectionnée pour faire partie d’un programme du CIEP (Centre international d’études pédagogiques). On lui propose un poste d’assistante de professeur de français dans la banlieue de Londres. Elle fait ses valises en catastrophe: «Le départ s’est fait vite mais je ne pouvais pas refuser cette opportunité. C’était mon ticket de sortie, celui que j’attendais depuis longtemps.»

Lydia est musulmane. En février 2015, elle a fait le choix de porter un foulard. Très vite, elle a été confrontée aux regards incessants dans la rue, aux remarques désobligeantes sur les réseaux sociaux… Puis, le ras-le-bol. «En France, je me sens observée comme dans un zoo. Qui aimerait vivre ainsi?», demande la jeune Franco-Algérienne.

Publicité
Publicité
Publicité

Pour cette étudiante en master de lettres anglaises, trouver un travail a été un véritable défi. «Les seuls métiers que je pouvais faire, c’était vendeuse à H&M ou du babysitting. Pour un job étudiant, avec plaisir, mais ce n’est pas quelque chose que j’aimerais faire toute ma vie. J’ai quand même des ambitions.» Lydia a alors une prise de conscience: «Je me suis rendue compte que je ne pourrais pas avoir une carrière en France. L’exil était la seule solution pour vivre convenablement.»

Elle choisit l’Angleterre, un pays qu’elle connaît bien. En 2017, elle s’y était installée un an pour étudier à la faculté de Winchester. Le changement a été radical. «En Angleterre, le maître-mot est l’acceptation. En France, on t’accepte si tu ressembles à la majorité. Ce n’est pas comme McDonald’s, “venez comme vous êtes”, c’est venez comme nous voulons que vous soyez.»

Il est difficile d’avancer un chiffre précis, mais les femmes qui portent le voile sont nombreuses à partir pour le Royaume-Uni, notamment pour trouver du travail. Ce pays proche de la France est reconnu pour son multiculturalisme. «Londres n’a pas suivi cette tendance de régulation de la visibilité des femmes musulmanes, explique la docteure en sociologie Hanane Karimi, partisane d’un féminisme musulman. C’est une situation que l’on voit très peu en Europe.»

Publicité
Publicité
Publicité

(…)

Mais le Royaume-Uni est-il réellement aussi ouvert sur la question? Une étude menée par le Comité des femmes et de l’égalité de la Chambre des communes du Parlement britannique en doute. Selon cet organe, les femmes musulmanes sont trois fois plus au chômage ou en recherche d’emploi que les femmes en général. L’islamophobie reste très présente outre-Manche –dans une interview accordée au Daily Telegraph en août 2018, Boris Johnson avait même comparé les femmes portant la burqa à des boîtes aux lettres.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La catastrophe du coronavirus se profile à Gaza

Paris : affrontement entre Marocains et militants indépendantistes sahraouis du Front Polisario