in

Benjamin Stora prend le relais de BHL dans le jeu de dominos

Dis : « Contemplez ce qu’il y a dans les Cieux et la terre. A quoi serviraient les Signes et les avertissements à des gens qui ne sont pas croyants ? S’attendent-ils à autre chose que comme les jours de ceux qui passèrent avant eux ? Dis : « Attendez, je suis avec vous de ceux qui attendent. » Younes 101

Benjamin Stora, universitaire « spécialisé » sur le Maghreb, monte au créneau dans le Figaro suite à l’agression franco-atlantiste contre la Libye pour décréter que les dirigeants algériens donnent l’impression de ne pas tenir compte de la nouvelle donne géopolitique et que « Le régime algérien fait preuve de myopie ». Son article plein de « trous noirs » mérite d’être corrigé et refocalisé pour nous éviter les ténèbres qui nous sont promis et que relaye la presse algérienne comme si l’éditeur en chef est BHL, Benjamin Stora ou un adjudant chef des « Think Tank » français.

Je me rappelle qu’au début des années 2000, le Point avait rédigé un article, dont le titre « Harro sur les Généraux ». faisait référence au Général Lamari. Ce Général algérien a cru naïvement que l’interview lu était favorable, qu’il s’adressait au peuple algérien, mais la subtilité de la langue française lui a manqué pour comprendre que « Haro » est le cri poussé par quelqu’un pour attirer l’attention sur le coupable d’un forfait ou le cri lancé par les Seigneurs pour galvaniser leurs chiens lancés dans la chasse à courre contre le gros gibier.

Quelques mois plus tard le Général Lamari a appris la langue française à ses dépens malgré de longs et loyaux services. Le Figaro veut rééditer le coup du Point et Benjamin Stora celui du coup de Tripoli et ainsi préparer la mise à la tête de l’État algérien d’un « plus français que moi tu meurs ».

BHL est appelé pour l’instant à travailler dans les coulisses auprès de ses réseaux algériens. Il est trop enivré par son succès libyen pour apparaitre en plein jour avec une gueule de bois. Il risque de froisser la sensibilité des algériens. Entre l’article du Point et celui du Figaro, l’Algérie a beaucoup changé mais les fichiers français ne sont pas à jour car l’effet pygmalion joue en leur défaveur : les Algériens qui les renseignent sont déconnectés de la réalité et à leur tour ils ont le regard perverti par le regard porté sur eux par leur manipulateur qu’ils ont informé.

En synthèse de son interview, il s’adresse aux algériens en les invitant à oublier les réminiscences anti- impérialistes et qu’il faut être réaliste « La matrice culturelle du régime algérien a peu changé depuis l’époque Boumediene. Le fer de lance de la diplomatie algérienne, c’est encore en grande partie l’anti-impérialisme des années 1970. Cela peut paraître difficile à croire, mais les dirigeants algériens donnent l’impression de ne pas tenir compte de la nouvelle donne géopolitique, qu’il s’agisse de la chute du mur de Berlin, de la fin de la guerre froide, de l’élection de Barack Obama… ».

Un universitaire français qui croit au Messianisme obamique, aux fabulations et aux superstitions. Boumediene reste une épine dans la gorge. J’avais pensé que la pensée française avait plus de talent et de subtilités pour exprimer ses haines et ses peurs mais nous avons une fois de plus la confirmation de la mort de l’intelligentsia en France. Il n’y a que les Algériens de Liberté, d’Al Watan et d’autres canailleries à y croire. La référence à la chute du mur de Berlin n’est pas fortuite, elle témoigne l’idée dominante en Occident qui se résume en trois points :

  •  La fin des pôles idéologiques et le triomphe définitif du sionisme et de l’impérialisme ;
  •  L’axe Vatican CIA a fait tomber le mur de Berlin par le noyautage des mouvements protestataires et « démocratiques » dans les syndicats et dans la société civile ;
  •  Les Arabes et les Musulmans sont les artisans de la chute de l’URSS et ils restent le fer de lance de la recomposition du monde par leur inculture politique et leur convulsion émotionnelle :

    1. Les Moudjahiddines arabes et afghans qui ont poussé l’URSS à un effort de guerre insoutenable

    2. L’Arabie saoudite qui a fait couler les recettes pétrole de l’URSS ;

    Il nous demande de reconnaitre le nouvel ordre mondial et de nous soumettre à la théorie de la domination impérialo-sioniste défendue par les néo-conservateurs américains et dont les Européens sont devenus les exécutants. Cette théorie est celle de Francis Fukuyama « La fin de l’Histoire ». Il faut nous soumettre au triomphe arrogant du capitalisme, du mode de vie américain et de la domination du sionisme. Il faut nous plier au remodelage du monde musulman selon des schémas ethniques, confessionnels, topographiques dans un Syse Picot 2 qui réalise six objectifs :

  •  La main mise sur les ressources du sous-sol au profit des appétits prédateurs de l’Occident,
  •  L’impossibilité du monde musulman ou arabe de créer une unité civilisationnelle en disloquant et en fragmentant ce qui est latent à la renaissance islamique en l’occurrence la contigüité spatiale, la continuité historique, la mémoire collective, le devenir commun,
  •  Le chaos constructeur d’un patchwork à façade démocratique où chaque élément du puzzle disloqué est un comptoir commercial comme dans les traditions des comptoirs anglais, hollandais ou français en Asie et en Afrique ;
  •  L’installation de bases militaires.
  •  La prise de contrôle du continent africain comme réservoir de matière premières et gisements de marché de consommation pour les biens et services industriels ou domestiques obsolètes.
  •  Encercler la Chine et interdire l’émergence des projets de l’organisation de l’alliance de Shanghai (Russie-Chine) et sa mise en réseau avec les pays du BRIC.

    Benjamin Stora affirme : « C’est un nationalisme exacerbé qui rejette le principe du droit d’ingérence. Enfin, un certain nombre de responsables algériens redoutent que ce printemps arabe ne fasse le jeu d’un islam radical qu’ils ont combattu tout au long des années 1990. Il est clair que le pouvoir est divisé sur la conduite à adopter. Le courant conservateur tient la corde, mais il ne représente pas forcément l’armée. Il y a des islamo-conservateurs ou de vieux nationalistes arabes qui sont toujours au pouvoir, qui s’accrochent au passé et qui ne comprennent pas les aspirations aux changements de la jeunesse arabe, en particulier de la jeunesse berbère, nombreuse, éduquée et à l’affût des bruits du monde. »

    Sans commentaire : le nationalisme de canaille, l’islamisme infantile, le berbérisme sectaire sont les portes d’entrées de l’ingérence française en Algérie. Comme toujours, il attise les particularismes locaux contre l’unité nationale : « Un espace immense et une population hétérogène qui se compose de Sahariens, de Mozabites, de Kabyles, d’Algérois, d’Oranais qui ne marchent pas forcément du même pas. ».

    Oranais et Algérois sont donc des ethnies, des confessions, des doctrines, des territoires, des cultures ou les vues d’un esprit qui veut montrer les divisions en Algérie comme insurmontable pour que les Algériens vivent en paix ensemble et qu’il faut “partitionner” le pays pour le rendre gérable, gouvernable, démocratique et séculier Cerise sur la tarte storaïque : « En outre, l’Algérie est un pays très riche et le pouvoir dispose de ressources financières considérables de nature à empêcher qu’un mouvement de revendications sociales ne se transforme en contestation politique. Malgré cela, les Algériens sont de plus en plus choqués par la répression en Syrie, suivent avec intérêt le processus de démocratisation en Tunisie, et craignent également un possible isolement de leur pays sur la scène internationale. Comment, dans ces conditions, ne pas croire à un changement démocratique en Algérie ? »

    Je ne vais pas lui livrer toutes mes cartes et toutes mes connaissances sur un pays que j’ai honorablement servi et loyalement critiqué, mais dire au public français : attention les nostalgiques de l’Algérie française vous invitent à une aventure qui va vous coûter cher ! Je m’explique sans rentrer dans les détails que vos spécialistes connaissent, mais que votre actuel gouvernement belliqueux peut ignorer pour des considérations électorales ou de géostratégie ( le front atlantiste et le front sioniste) :

  •  Ce n’est plus le même personnel militaire qui dirige l’Algérie. Les seconds couteaux qui ont mené la lutte antiterroriste se considèrent comme légitimes et comme les messies sauveurs de l’Algérie. Vous avez créé les conditions politiques et géopolitiques pour qu’il y ait une guerre civile en Algérie. Ces Militaires ont maté les Algériens et tout particulièrement les Maquis islamiques ou pseudo islamiques. Ils se considèrent comme les véritables détenteurs du pouvoir réel et comme les plus méritants à user de la rente de l’Algérie. Qui touchera à leurs privilèges se mordra les dents car ils sont aguerris à mener de longues opérations militaires sans pitié.
  •  La mentalité du régime algérien vous échappe. La France et les lobbies pro-français en Algérie pensent que les décideurs algériens sont inféodés à la France alors qu’ils ne sont inféodés qu’à leur logique interne : la survie de la meute et le maintien de l’Algérie sous chasse gardée privée. La France a été un auxiliaire et non le donneur d’ordres. Quand les décideurs algériens ont liquidé les réseaux islamiques ils se sont tournés vers un autre auxiliaire : les États-Unis. Ces derniers ont raflé toutes les mises stratégiques. Quand les États-Unis ont voulu imposer leur agenda les Algériens se sont tournés vers les Russes et les Chinois.
  •  La culture politique algérienne, après la force, est la corruption. Elle a commencé par corrompre tous les laïcs qui ont vécu à l’ombre de la rente dans le service public et les as laissé divaguer dans leurs journaux.
  •  Les Algériens ont développé un réseau de clientélisme et de corruption en France par l’intermédiaire des laïcs éradicateurs qui le moment venu sont obligés de défendre le régime algérien que de prendre le risque de tout perdre. Ils n’ont pas d’idéal mais des intérêts. Les intérêts liés à la corruption entre l’Algérie et la France vont entrer en jeu lorsque le conflit monte au degré intenable
  •  Le peuple algérien est épuisé par deux décennies qui ont le mérite de lui dévoiler la vérité sur ses gouvernants, les opposants et les élites. Il est en stand by. Il attend le retour du Mahdi ou la refondation du mouvement islamique sur une base saine débarrassé des débris de l’incompétence et de l’improvisation.
  •  La topographie de l’Algérie est complexe ;
  •  Les Algériens ont pratiqué la France pendant 132 ans de colonisation et 50 ans de post- colonisation : ils connaissent son discours, ses actes et ses intentions.

    Le peuple Algérien a une longue expérience de résistance passive et celui qui l’a pratiqué sait que ce n’est pas un tube digestif ni une foule (Ghachi), mais une intelligence politique qui va exprimer un sursaut de conscience et de vigilance à la lumière des événements de Libye, de Syrie, de Palestine. Il sait que la révolution tunisienne a été confisquée par des arrangements d’appareils avec l’armée tunisienne et les caciques de Bourguiba sous les auspices de la France et des États-Unis. Il attend un sursaut révolutionnaire en Tunisie et une poursuite de la Révolution en Égypte. Le deal passé entre l’armée égyptienne, les Frères Musulmans et la Turquie allié de l’OTAN ne passe pas inaperçu aux algériens qui ont vu les Frères Musulmans étaler leur corruption et leurs alliances contre nature.

    Enfin un dernier mot : Benjamin Stora et BHL à l’instar de Sarkozy et des monarchies arabes font de l’intox en prenant leurs désirs pour des réalités. Le temps va nous montrer que l’affaire libyenne n’est qu’à son début et que la braise sous la cendre est comme un Phénix. Le temps va nous montrer que le colonialisme anglais a su atteindre ses objectifs au Machrek par son intelligence et sa gestion par vassal interposé, alors que le colonialisme français court à sa perte par son arrogance, sa stupidité et son ignorance.

  • Un commentaire

    Laissez un commentaire
    1. Dis : « Contemplez ce qu’il y a dans les Cieux et la terre. A quoi serviraient les Signes et les avertissements à des gens qui ne sont pas croyants ? [101] S’attendent-ils à autre chose que comme les jours de ceux qui passèrent avant eux ? Dis : « Attendez, je suis avec vous de ceux qui attendent. » [102]
      Younes 101 et 102

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Des casse-croûtes halal pour les donneurs de sang musulmans

    Les liens entre Microsoft et le régime de Ben Ali