in

Belgique : un instituteur accusé d’avoir infligé une effroyable punition à un petit écolier musulman

Elles dépassent l'entendement, les photos des blessures d’un petit garçon belge de confession musulmane constituent les preuves accablantes du châtiment corporel subi dans le sanctuaire d’une école primaire, révulsant l’ensemble de la communauté musulmane d’Anvers, et tout particulièrement les mères d’élèves.

Diffusés sur Facebook par sa maman saisie d’effroi, les stigmates de l’inacceptable punition infligée à ce petit bout de chou de 5 ans par son instituteur accusé de s’être mué en bourreau, illustrent le calvaire enduré pour avoir simplement refusé de se ranger à la queue leu leu.

Traîné par le cou, avec une extrême brutalité, par l’enseignant hors de contrôle, jusqu’au fond de la cour d’école où il a été rudoyé, roué de coups, avant qu’une corde lui serre la gorge comme un vulgaire animal, d’où ses marques de strangulation, le garçonnet, terrorisé, a été « torturé », ainsi que le dénonce sa mère, déterminée à ce que son professeur indigne soit reconnu coupable et révoqué.   

"Parce qu'il ne voulait pas faire la queue, il a été battu et ensuite accroché avec une corde", a relaté jeudi 10 septembre cette mère profondément choquée, avertissant avec force : "Je vais tout faire pour que cet enseignant soit radié."

Alors que Joke Cortens, le porte-parole de l'Education à Anvers, se dit sidéré par la gravité de l’incident, tout en appelant au calme, le temps que toute la lumière soit faite sur l’affaire et les responsabilités établies, trente mamans musulmanes bouleversées se sont rassemblées, jeudi dernier, devant l’école Bijtjes, pour crier leur colère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hongrie: images désolantes de migrants nourris comme des animaux dans un enclos (vidéo)

Éric Cantona va accueillir des réfugiés chez lui (vidéo)